Pas de place pour l'assistant de police

17/07/01

La réforme des polices aurait oublié l’assistant de police. Cet agent, ayant une formation d’assistant social, de criminologue ou de psychologue, n’a plus de place déterminée dans le nouveau cadre et est assimilé à un inspecteur principal.

La Présidente de la Fédération nationale des assistants de police, Marie-Paule Horlin, a voulu insister dans le Soir de ce jour sur la spécificité de leur travail : Nous avons une autre formation (que les inspecteurs principaux), et une autre mission. Notre optique est d’accorder plus d’importance aux gens qu’aux faits, de nous intéresser à ce qu’ils vivent plutôt qu’aux événements qu’ils ont commis ou subis. Pour la Présidente, ce n’est pas une question de barêmes, mais de reconnaissance d’un travail plus humain, plus social, indispensable à une police de proximité.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus