Psy à domicile : qui, quoi, comment ?

Psy à domicile : qui, quoi, comment ?

Inviter un psy chez soi  : pour certains patients, c’est l’unique moyen de bénéficier des services de ce professionnel. Une pratique relativement rare, mais qui correspond à un besoin.

Parmi les professionnels du secteur que l’on s’attend le moins à recevoir à domicile  : les psychologues. La plupart du temps, ce sont les patients qui se rendent dans leurs cabinets privés ou dans les centres de santé mentale, les associations, où ils prestent. Mais dans certains cas, lorsque les patients sont incapables de se déplacer par exemple, l’intervention psychologique peut se faire à domicile. L’ASBL Soins chez soi propose notamment ce service, de même que pour soutenir les aidants-proches.

[DOSSIER]
- Mon psy en ligne
- Bientôt, une maison de soins psychiatriques à Bruxelles ?
- Psychologues, que pouvez-vous espérer comme salaire ?
- Wallonie : la semaine de la Santé mentale est proche

Support aux aidants proches

Les conjoints, parents, enfants, amis, d’un proche atteint d’une maladie grave, comme celle d’Alzheimer, autre maladies apparentées (démence de Pick, démence à corps de Lewy, ...) ou handicap, nécessitent souvent un soutien afin de “tenir le coup”. Dans ce cas, un psychologue peut se rendre à leur domicile afin d’offrir un espace de parole et d’écoute, prodiguer d’éventuels conseils ou répondre aux questions qu’ils se posent. Les aidants-proches sont souvent très occupés, tributaires d’un agenda de ministre, pour soutenir leurs chers malades. Trouver du temps pour soi, se déplacer, constituent un luxe qu’ils reportent toujours aux calendes grecques. Le psychologue à domicile permet de gagner du temps et de plus facilement trouver un moment dans l’agenda. Une opportunité pour briser l’isolement, typique de ce genre de situation.

Des paramètres perturbés  !

Pour le psychologue, se rendre au domicile du patient exige la prise en compte de paramètres différents que lors d’un accueil dans son cabinet ou dans une structure extérieure. Les repères classiques du professionnel, que ce soit au niveau spatial, temporel ou humains, sont clairement à revoir. A l’instar des médecins, il peut aussi être confronté à des comportements de personnes, quelquefois ingérables et inattendus. Des paramètres à prendre en considération  ! Outre les considérations pragmatiques (planning et gestion du temps, déplacements et coûts afférents), cette pratique implique aussi d’entrer davantage et plus directement dans l’intimité du patient.

- [A lire] : La place du psychologue dans la formation des jeunes adultes

Entrer dans l’intimité

Lors d’une consultation classique, en-dehors du domicile, la parole et éventuellement la communication non-verbale (gestes, mimiques) constituent les éléments essentiels de l’analyse du patient. En revanche, son domicile est aussi riche en informations et peut donc compléter la compréhension et l’image d’une personne. Des indices à double tranchant, à utiliser avec parcimonie  ! Si d’autres membres de la famille sont présents au domicile du patient, cela peut aussi perturber la quiétude de la consultation, voire la confidentialité des propos tenus, que confère la privacité d’un cabinet. Cela peut bien entendu sérieusement perturber le travail en cours, le patient étant peut-être plus prudent dans ses propos, s’il craint d’être entendu par ses proches. De plus, selon la problématique du patient, le psychologue peut éventuellement se sentir mal à l’aise. Il passe d’accueillant, à accueilli, ce qui n’est pas anodin…

Du psy à domicile au psy en-ligne

Pour certains patients, franchir les portes du cabinet d’un psy constitue une barrière psychologique infranchissable. Le recevoir à domicile peut donc permettre d’éviter des craintes et appréhensions. Raisons pour lesquelles certaines personnes optent aussi pour les consultations en ligne. Attention  : que le psychologue soit consulté dans un cabinet, à domicile ou même au travers du Web, vérifier qu’il s’agit bien d’un praticien diplômé et reconnu par la profession, demeure un réflexe à observer  !

- [A lire] : La place du psychologue dans l’éducation à la parentalité

Comment les obtenir ?

Pour obtenir un rendez-vous avec un psychologue pour aidants proches des malades, il faut que l’aidant proche appelle l’ASBL, explique sa situation, transmette ses coordonnées à la coordinatrice téléphonique ; celle-ci contacte ensuite un psychologue qui téléphone à l’aidant pour prendre rendez-vous. 

De plus, ces services de psy à domicile sont également proposés aux personnes qui traversent une période difficile et qui sont dans l’impossibilité de se déplacer vers un cabinet. Dans ce cas, le patient peut appeler lui-même Soins Chez Soi qui se chargera de contacter un psychologue. Ces services sont assurés 24h/24.

La rédaction



Commentaires - 1 message

  • Je suis étonnée que l'article ne fasse pas mention des autres professions qui sont à même d'assurer une prise en charge psychiatrique que domicile et qui sont complémentaires aux suivis des psychiatres et psychologues.
    Je fais référence aux infirmières psychiatrique (psycho éducation, soins, observations,....) aux assistants sociaux ayant fait une spécialisation psychiatrique (accompagnement social,...)
    La prise en charge d'une personne souffrant d'une pathologie psychiatrique ou en souffrance de santé mentale est pluri/interdisciplinaire tout en respectant la fonction et la spécificité des intervenants. Ce qui est d'autant plus riche dans une réflexion de concertation autour et avec la personne suivie.
    Bien à vous,


    Hsp jeudi 23 août 2018 11:20

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus