Quel impact des déclarations politiques pour les familles ?

Quel impact des déclarations politiques pour les familles ?

Enseignement, logement, mobilité, pauvreté… Les déclarations de politiques présentées par la coalition arc-en-ciel pour la Région Wallonne et la Fédération Wallonie-Bruxelles touchent évidemment à la future qualité de vie des familles. A la lecture des engagements pris, la Ligue des familles se réjouit de plusieurs avancées tout en s’inquiétant de certains points et silences. Enfin, l’association se met à la disposition des gouvernements pour œuvre de façon constructive à la mise en place de solutions bénéfiques pour toutes les familles.

[DOSSIER]
- Handicap, santé, aînés : les promesses du nouveau gouvernement wallon
- Politique des aînés du gouvernement wallon : "Peu de vision d’avenir"

La Ligue des familles a passé au peigne fin les déclarations de politiques gouvernementales publiées ce lundi. Avec un filtre unique : l’intérêt des parents. Force est de constater qu’à quelques bémols près, ces annonces sont globalement réjouissantes si les engagements pris sont tenus.

Le Pacte confirmé, reconnaissance pour l’accueil temps libre, prise en compte des parents solos… De belles avancées en Fédération Wallonie Bruxelles

La Ligue des familles accueille positivement la décision du futur gouvernement de poursuivre la dynamique et la mise en œuvre du Pacte pour un enseignement d’excellence. Elle regrette néanmoins l’érosion du principe du tronc commun, car en ajoutant des heures « à la carte » en troisième secondaire, l’unicité de la formation ne se poursuivra en réalité que jusqu’à la fin de la deuxième secondaire. Avoir un cursus unique et pluridisciplinaire de la maternelle à la troisième année du secondaire était la promesse d’une réduction des inégalités scolaires.

La Ligue des familles salue la promesse d’avancées en matière de gratuité scolaire. Des mesures comme la gratuité progressive des garderies ainsi que l’intégration progressive du temps de midi à l’école dans le temps dit « scolaire » seront synonymes de réel soutien aux familles. La Ligue des familles se met évidemment à la disposition du gouvernement pour plancher sur la mise en œuvre de la gratuité scolaire.

La Ligue des familles prend acte de la décision d’abroger les dispositions relatives aux inscriptions dans l’enseignement secondaire dans le décret « missions ». Elle se tient également à disposition du gouvernement afin d’élaborer un nouveau dispositif permettant l’accès à une école de qualité pour tous et toutes. Elle rappelle non moins que l’amélioration de la mixité sociale au sein des écoles est un enjeu important pour réduire les inégalités scolaires.

La Ligue des familles soutiendra le gouvernement dans la création de places supplémentaires et de nouvelles écoles pour répondre à l’enjeu démographique.

Le Ligue des familles, en tant qu’acteur représentant les parents, se réjouit de la volonté du gouvernement d’impliquer davantage les familles et les élèves dans la vie de l’école. À ce sujet, elle suivra de près la mise en place des contrats d’objectifs dans le cadre du Pacte.

Au vu d’une précarisation des familles et des enfants de plus en plus inquiétantes, la Ligue des familles salue la future mise en place un plan transversal de lutte contre la pauvreté infantile.

La volonté du futur gouvernement de réformer les milieux d’accueil afin d’en améliorer la qualité et l’accès est positive et la Ligue des familles l’accompagnera. Cependant, elle regrette l’absence de mesure visant à atteindre la gratuité de l’accueil.

Le gouvernement entend reconnaitre la monoparentalité comme un statut spécifique et inscrire les préoccupations des parents solos dans ses politiques. La Ligue des familles salue cette prise en compte de la réalité des parents et propose d’offrir son expertise pour accompagner le gouvernement dans cette démarche.

La Ligue des familles l’ayant réclamé depuis longtemps, elle se félicite de la future reconnaissance de l’accueil temps libre comme un troisième lieu de vie et accompagnera le futur gouvernement dans son choix d’en améliorer sa qualité et son accessibilité.

La Ligue des familles se réjouit de voir la dimension de genre prise en compte dans la confection des budgets et dans l’élaboration de toutes les politiques de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Conciliation des temps, logement public, mobilité… de bonnes résolutions mais un silence embarrassant à la Région sur les allocations familiales pour les familles à cheval sur les deux modèles

La Ligue des familles se réjouit de la volonté affichée de développer en Wallonie une politique facilitant la conciliation entre vie privée et vie professionnelle qui tiendra compte de la situation particulière des parents solos – spécifiquement les jeunes femmes – et d’encourager les entreprises à œuvrer pour la qualité de vie des parents.

La Ligue des familles suivra de près l’extension du mécanisme des titres-services à l’accueil et au transport d’enfant. Cette proposition – à étudier plus en profondeur – montre une prise de conscience des difficultés de nombreux parents pour trouver des solutions de garde en tout début et fin de journée mais pose aussi la question de la formation. Quelle formation pour les personnes qui s’occupent de ce que les parents ont de plus précieux ?

Les engagements pour faire face à la pénurie de logements sociaux répondent également à une difficulté majeure des familles. Un toit et un logement décent sont un préalable indispensable pour permettre au parent de jouer son rôle et répondre aux besoins de sa famille.

Le principe d’une allocation loyer pour les ménages précaires sur liste d’attente va également dans le sens de ce qui est réclamé par la Ligue des familles. La Ligue des familles se tient à la disposition du gouvernement pour contribuer à construire ce mécanisme qui semble actuellement trop restrictif.

La mise en œuvre progressive de la gratuité des transports en commun pour les jeunes jusqu’à 25 ans, pour les 65 ans et plus et pour les publics précarisés est évidemment un motif de réjouissance pour la Ligue des familles. L’enjeu d’une mobilité douce pour les familles reste un point d’attention.

L’entrée en vigueur de la réforme des allocations familiales n’est pas évoquée dans le document. Une déception pour la Ligue des familles qui – tout en saluant l’essentiel du nouveau modèle en place – s’inquiète du manque à gagner important pour les familles qui sont à cheval sur les deux modèles. Il est essentiel de prévoir un mécanisme correctif pour éviter à ces familles d’être les grandes perdantes de la régionalisation des allocations familiales.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus