Politique des aînés du gouvernement wallon : "Peu de vision d’avenir"

Politique des aînés du gouvernement wallon:

Femarbel, la fédération des maisons de repos privées en Belgique, a analysé la politique des ainés du futur gouvernement wallon. Pour ces acteurs du secteur des seniors, elle fait preuve « de beaucoup de vieux préjugés et de peu de vision d’avenir ». Découvrez leurs critiques.

[DOSSIER]
- Handicap, santé, aînés : les promesses du nouveau gouvernement wallon
- Quel impact des déclarations politiques pour les familles ?

Femarbel, la fédération des maisons de repos privées de Belgique, a pris acte de l’accord de gouvernement de la région wallonne en ce qui concerne la politique des aînés.

Si le maintien à domicile, dont le gouvernement dit vouloir faire une priorité absolue, rencontre l’assentiment général de la population, il doit toujours être mis en perspective sur le plan de la sécurité, de la sociabilité et du coût pour la personne âgée. A ce titre, Femarbel a développé un outil (Femartool) permettant de comparer le coût du maintien à domicile par rapport au choix d’une structure d’accueil pour une personne en perte d’autonomie. Cet outil a été validé par l’Institut de Développement Durable (IDD) et l’économiste Philippe Defeyt.

- [A lire]  : 1.130 nouvelles places supplémentaires en maisons de repos dès 2019

Non à une clé de répartition figée

Femarbel regrette que la création de 1 130 places en maison de repos par an jusqu’en 2031 (décidée en mai 2019 par le précédent gouvernement) soit à présent limitée aux seules années 2019 et 2020. Ce qui, une fois encore, propose une vision à très court terme.

Par ailleurs, Femarbel s’oppose à une clé de répartition figée entre les différents acteurs (associatif, privé et public) sur base de critères purement politiques, complètement éloignés des préoccupations de la population.

Femarbel s’interroge aussi sur la question de savoir à qui s’adresse l’accord du gouvernement qui dit vouloir lutter « contre les tarifs abusifs en matière de contribution des bénéficiaires pour leur hébergement (…) et contre les pratiques des certains opérateurs qui détériorent aujourd’hui la qualité du soin et la qualité de vie des résidents, des leurs proches et des professionnels ».

Femarbel rappelle que dans les maisons de repos privées, il existe déjà une solution d’accueil à partir de 1 100 € par mois et que les tarifs sont fonction de la localisation et des services annexes proposés, hors soins. Le prix moyen du privé et associatif en Wallonie est de 1 500 € par mois – soit une différence d’à peine 200 € avec le secteur public – qui n’a pas les mêmes modes de financement et n’est pas soumis aux mêmes contraintes de rigueur de gestion (équilibre budgétaire).

- [A lire]  : Maisons de repos : entre professionnalisation et marchandisation

Ouverte au dialogue

Enfin, l’accord de gouvernement dénonce « la surmédication de résidents en maisons de repos, et encouragera les MR-MRS à un usage rationnel des médicaments ». Femarbel croit utile de rappeler que ce sont les médecins (et non les maisons de repos) qui sont les seuls habilités à prescrire les médicaments nécessaires à la bonne santé de leurs patients …

Femarbel, en tant que principale fédération professionnelle dans le secteur de la prise en charge de la personne âgée en Wallonie et à Bruxelles, représente plus de 50% des structures en Wallonie et à Bruxelles. Aujourd’hui, plus de 18 000 personnes sont employées dans ses structures avec une croissance de plus de 1,3% chaque année.

Pour cette nouvelle législature, Femarbel, est plus que jamais ouverte au dialogue pour rencontrer les besoins de nos aînés et soutenir des projets innovants.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus