Un site de l'Agence pour le Non-Marchand
Informations, conseils et services pour le secteur associatif

Tout savoir sur le métier d’intervenant éducatif EMA

Tout savoir sur le métier d'intervenant éducatif EMA

L’intervenant éducatif en Équipe Mobile d’Accompagnement (EMA) travaille au sein d’une équipe pluridisciplinaire destinée à intervenir auprès des mineurs poursuivis du chef d’un fait qualifié infraction au sein de leur milieu de vie. En se rendant au cœur des familles, cet intervenant de terrain apporte une aide précieuse, contribuant à la réinsertion et au bien-être des jeunes. Un métier enrichissant qui fait une réelle différence dans la vie des jeunes et de leurs familles.

Qu’est-ce qu’une EMA (Équipe Mobile d’Accompagnement) ?

Comme le précise le site de la Fédération Wallonie-Bruxelles, "une EMA, c’est une équipe mobile d’accompagnement composée d’intervenants éducatifs mais également de psychologues et encadrée par un coordinateur et dont l’une des missions est d’accompagner les mineurs poursuivis du chef d’un fait qualifié infraction au sein de leur milieu de vie, en leur apportant une aide éducative, sociale et familiale et en soutenant leur projet."

Lire aussi  : "Je suis fière lorsque je peux aider une personne à atteindre ses objectifs"

L’intervenant éducatif en Équipe Mobile d’Accompagnement (EMA) vise la réinsertion sociale du jeune en s’inscrivant dans une démarche éducative et restauratrice. L’intervention au sein de la EMA se centre sur ses besoins spécifiques, le soutient, l’amène à établir un bilan de ses ressources, de ses forces et de ses difficultés, et l’accompagne dans son processus de désistance.

Un travail d’accompagnement auprès du jeune et de sa famille

L’EMA a également pour objectif d’amener le jeune à augmenter son niveau de conscience concernant le sens et l’impact des faits pour lesquels il est poursuivi sur la ou les victimes, la communauté, sa famille et lui-même.

Si la prise en charge est centrée sur le jeune, elle implique également une collaboration étroite et une participation de la famille du jeune.

Le mandat de prise en charge d’un jeune par la EMA est fixé à 3 mois. Le premier mois consiste en une phase d’observation durant laquelle l’intervenant crée un lien avec le jeune et sa famille.

On compte huit équipes mobiles qui couvrent l’ensemble du territoire de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Découvrez la campagne "J’aime mon métier" consacrée aux fonctions et métier du non-marchand.

Missions principales

  • Accompagnement personnalisé des jeunes dans leur milieu de vie ;
  • Évaluation des besoins des jeunes et des familles pour ajuster les interventions et les recommandations ;
  • Interventions en situations de crise pour désamorcer les conflits et proposer des solutions adaptées aux besoins immédiats des jeunes et des familles.
  • Coordination avec les autres services sociaux et de santé pour assurer un suivi cohérent et efficace ;
  • Promotion de la santé et prévention ;
  • Travail en équipe : pratique de la co-intervention, rédaction de notes pour les autres intervenants, réunions ;
  • Travail avec les instances judiciaires.

Lire aussi  : Quel métier social est fait pour moi en fonction de ma personnalité ?

Où exercer ?

  • À domicile : Interventions directes au domicile des jeunes pour un soutien dans leur environnement quotidien ;
  • Bureaux des EMA ;
  • En milieu scolaire ou récréatifs ;
  • En extérieur : dans la rue, dans un parc ;
  • Tribunaux de l’Aide à la Jeunesse ;
  • Structures communautaires (associations, maisons de jeunes, etc.).

Lire aussi : Travailler dans la santé et le social : lequel de ces métiers de contact est fait pour vous ?

Formation et Qualifications

  • Formation en travail social ou éducatif : diplôme d’assistant social, d’éducateur, de psychologue, etc.
  • Formations complémentaires : des formations spécifiques en gestion de crise, en médiation familiale ou en intervention d’urgence peuvent être requises.

Lire aussi : "Le métier d’assistant social n’est pas un sacerdoce"

Compétences et Qualités requises

  • Excellentes capacités d’écoute, d’empathie, et de communication ;
  • Autonomie et neutralité ;
  • Résilience et adaptation ;
  • Distanciation pour se protéger par rapport à la charge émotionnelle ;
  • Compétences en médiation et négociation ;
  • Ouverture sur les différences culturelles.

[Découvrez les professions du secteur psycho-médico-social] :
 Les témoignages
 Les fiches métiers

Découvrez la campagne "J’aime mon métier : un focus sur les professionnels du social et de la santé

www.jaimemonmetier.be



Commentaires - 1 message
  • Il est bien triste de constater que cette tendance (de mêler toutes de fonctions avec le terme intervenant... encore plus ici en ajoutant le terme educatif)... pourquoi pas.simplement se définir par son métier, son tite son diplôme. Ici cela laisse encore la place à beaucoup d amalgame... de mélanges des genres..

    Ludovicdahlem vendredi 5 juillet 2024 12:38

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour