Manque de places dans les SAJ, des enfants placés à l'hôpital

Manque de places dans les SAJ, des enfants placés à l'hôpital

En raison d’un manque de places de crise dans les services d’aide à la jeunesse, des enfants en bonne santé résident depuis plusieurs mois dans un hôpital bruxellois.

Actuellement, plusieurs enfants vivent à l’hôpital à Bruxelles alors qu’ils sont en bonne santé, ont rapporté ce samedi De Standaard, Het Nieuwsblad et Het Belang van Limburg. La raison de cette situation : le manque de places de crise dans les services d’aide à la jeunesse.

Dans le Hainaut, des intervenants de l’Aide à la Jeunesse avaient déjà tiré la sonnette d’alarme, au début du mois de mai, face au manque de familles d’accueil disponibles. Plusieurs campagnes de sensibilisation et des appels à candidature ont été lancés ces dernières années afin de favoriser la sécurité des jeunes, mais ceci n’a pas suffi à résoudre le problème.

- [A lire] : Campagne pour les familles d’accueil : c’est reparti !

Une situation extrême

Elisabeth Rebuffat, cheffe de service à l’hôpital Saint-Pierre dans les Marolles, interrogée par Belga, rappelle que chaque hôpital bruxellois a une aile réservée à l’enfance et prévoit des places d’accueil pour les situations d’urgence. Ces places peuvent alors être occupées de 3 à 6 mois, "mais parfois, le séjour dure aussi plus longtemps, jusqu’à neuf mois par exemple, si on recherche un endroit où placer une personne autiste ou présentant d’autres déficiences mentales".

Selon les médecins, les conditions de vie à l’hôpital ne sont pas idéales pour ces enfants. En effet, il y a davantage de risques d’infections et un manque d’encadrement des internés.

De plus, les enfants en bonne santé occupent actuellement des places prévues pour des enfants malades.

- [A lire] : Bébés dits "parqués " : un budget et des places supplémentaires

De nouvelles places en Fédération Wallonie-Bruxelles

La Fédération Wallonie-Bruxelles a déjà dû faire face à une situation semblable. Pour pallier le manque de places d’accueil dans les institutions d’aide à la jeunesse, deux refinancements « conséquents » ont alors été accordés en 2017 et 2018, indique le cabinet de Rachid Madrane, le ministre francophone de l’Aide à la Jeunesse.

- [A lire] : La FWB soutient trois nouvelles structures pour l’accueil des MENA

A la suite de ces refinancements, deux centres d’accueil d’urgence ont vu le jour, à Bruxelles et Charleroi. La capacité d’accueil de ces structures d’urgence s’élève à 8 enfants mais ces derniers ne peuvent y rester qu’un temps limité. Par an, cela représente de 70 à 80 prises en charge.

Le cabinet de Rachid Madrane ajoute que 15 places résidentielles ont été créées à Bruxelles dans des services d’accueil et d’aide éducative.

Autre alternative : la prise en charge par les familles d’accueil d’urgence. On compte au total 12 places assurées, soit 96 places par an.

La rédaction



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus