Le non-marchand bravera le froid pour se faire entendre

Le non-marchand bravera le froid pour se faire entendre

Le non-marchand est déterminé à faire entendre ses revendications en Région wallonne, ce vendredi. Contrairement à la Communauté française et Bruxelles, qui a fait un premier pas vers le secteur depuis la manifestation du 21 mars, notamment, à la Région wallonne les négociations sont complètement bloquées.

Le non-marchand, dont le secteur des soins de santé, est plus déterminé que jamais : il veut obtenir des accords, n’en déplaise aux politiques. Si le Fédéral a fait un premier pas vers le secteur, souhaitant trouver un accord pour le 30 juin, la Région wallonne en revanche, se refuse à toute rencontre. Attitude inadmissible, pour les professionnels, qui iront manifester devant le cabinet du ministre Prévôt, entre autres, ce vendredi 28 avril.

Toujours pas d’accord

La CNE, au sein d’un Communiqué, précise l’avancée des négociations avec la Région bruxelloise et la Communauté française, expliquant qu’au Fédéral, les ministres De Block et Peeters ont affirmé vouloir finaliser un accord Non Marchand pour le 30 juin. A Bruxelles, les négociations ont débuté pour la COCOF : il s’agira d’étendre à la COCOM dès la fin avril. A la Fédération Wallonie Bruxelles, le chiffrage est maintenant terminé. Le gouvernement doit donner un mandat de négociation la semaine prochaine.

Eric Dubois, le responsable sectoriel de la CGSLB précise, quant à lui, dans un communiqué, que Depuis 2015, les organisations syndicales ont déposé un cahier de revendications. En région wallonne, ces revendications ne sont pas neuves, elles s’inscrivent dans le processus d’harmonisation entre les entités fédérées et le secteur fédéral commencé en 2000...mais toujours pas réalisé à 100% ! Aujourd’hui, aucune perspective pour ces travailleurs...RIEN au niveau du pouvoir d’achat ni pour l’amélioration des conditions de travail.

Au contraire, on assiste à un recul, notamment par un accès aux aménagements de fin de carrière de plus en plus difficile et des conditions de travail qui se dégradent (une charge de travail élevée, des tâches souvent pénibles, une flexibilité exacerbée, des horaires difficiles)…et des salaires trop peu attractifs pour attirer les jeunes vers le secteur alors que les besoins augmentent !

Pourtant des moyens existent. Le tax shift notamment a libéré des sommes importantes pour les entreprises du secteur qui ne sont pourtant nullement soumises à la concurrence étrangère. Les syndicats ont demandé aux autorités de chiffrer cette marge financière…Aucune réponse à ce stade.

Tout en partageant l’avis de M. Dubois sur le tax-shift et les moyens libérés par ce dernier, le secrétaire fédéral du non-marchand pour le Setca, Christian Masai, précisait déjà avant la première manifestation de novembre dernier « En 2010 et en 2005 il y a eu de grosses avancées. On a eu des accords qui avaient une certaine tenue, une certaine ambition. Cependant, ce n’est plus le cas depuis 2010 et le pouvoir d’achat reste un élément sensible, d’autant plus que beaucoup de travailleurs, même s’il y a des nuances selon les secteurs, travaillent à temps partiel. »

Une délégation des manifestants sera reçue par les ministres Prévôt et Tillieux.

La rédaction

[A lire] :

- Le Fédéral fait un (premier) pas vers le non-marchand
- « Grand succès » pour la manifestation du non-marchand
- 10 à 15.000 travailleurs du non-marchand dans les rues de Bruxelles
- Les infirmières seront présentes en nombre à la manif du non-marchand
- Le printemps du non-marchand démarre !
- Le secteur non-marchand, champion de l’absentéisme
- Nouvelle déception du non marchand à la Région wallonne
- Non-marchand : ça avance à Bruxelles !
- Non-marchand : 2e grande manifestation nationale ce 21 mars
- Le secteur non-marchand martèle : il veut un accord pour 2017
- Non-marchand : les syndicats fustigent le gouvernement wallon
- Le secteur non-marchand en a assez
- Les revendications du secteur non-marchand
- Pas de budget pour le non-marchand
- Le non-marchand n’a jamais été évalué à sa juste valeur



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.