« Ne dites plus non-marchand mais secteur à profit social ! »

''Ne dites plus non-marchand mais secteur à profit social !''

La Confédération Bruxelloise des Entreprises Non Marchandes (CBENM-BCSPO) a réuni jeudi 26 avril des acteurs du non-marchand, ou secteur à profit social, pour des discussions autour de l’avenir du secteur. Fadila Laanan, ministre-présidente de la Cocof en charge de l’Enseignement, de l’Accueil de l’Enfance, du Sport et de la Culture, et Didier Gosuin, ministre de l’Economie et de l’Emploi, et membre de la Cocom en charge de la politique de Santé, ont notamment participé à cette rencontre qui a été l’occasion de la présentation du nouveau nom de la CBENM-BCSPO.

Une centaine d’acteurs du secteur à profit social bruxellois se sont réunis ce jeudi 26 avril pour débattre autour des principaux défis du secteur et élaborer ensemble les grands principes qui permettront d’en construire l’avenir. A l’initiative de cet évènement, la Confédération Bruxelloise des Entreprises Non Marchandes (CBENM-BCSPO) a profité de l’occasion pour dévoiler sa nouvelle dénomination : BRUXEO. « La nouvelle dénomination souligne notre encrage bruxellois, notre attachement au social, aux entreprises/ondernemingen. Par cette nouvelle dénomination, nous entendons également promouvoir une appellation unique et positive pour le secteur en le qualifiant à l’instar de nos organisations sœurs de ’secteur à profit social’ » déclare Jean-Claude Praet, président de BRUXEO.

Un secteur en constante évolution

Fort de cette nouvelle dénomination, BRUXEO souhaite participer, au côté des pouvoirs publics, à la coconstruction de politiques efficaces pour dynamiser la ville, renforcer l’emploi et répondre efficacement aux besoins sociétaux des bruxellois. Jean-Claude Praet signale : « A Bruxelles, 100.000 personnes travaillent actuellement au sein des 6.500 ASBL du secteur à profit social afin de développer une offre de services accessibles et de qualité pour répondre aux besoins sociaux de chaque bruxellois. Ce véritable défi quotidien doit s’adapter sans cesse à l’évolution des besoins et des attentes des citoyens mais aussi au nouveau cadre juridico-institutionnel. En tant que confédération représentative du secteur à profit social bruxellois, BRUXEO s’engage à promouvoir les intérêts de l’ensemble des employeurs du secteur et à peser dans les débats socioéconomiques afin de donner au secteur l’importance qu’il mérite. »

- [A lire] : Travail semi-agoral, le Fédéral fait la sourde oreille

Un soutien pour les entreprises à profit social

Au-delà de son rôle essentiel dans la concertation sociale, BRUXEO souhaite également favoriser le développement durable des entreprises à profit social. A ce titre, Jean-Claude Praet souligne : « Nous poursuivrons la mutualisation de services au bénéfice de l’ensemble des entreprises à profit social. Aujourd’hui, BRUXEO développe déjà, avec le soutien de ses partenaires (Bruxelles Environnement, la Coopérative Cera et ACTIRIS), deux services d’accompagnement en « énergie » et en « diversité » pour toutes les entreprises à profit social bruxelloises. Accompagnements collectifs ou individuels, workshop et expertises sont proposés gratuitement pour soutenir les associations qui en font la demande. Demain, nous veillerons à faire émerger d’autres services mutualisés (communication, formation, soutien informatique, protection des données, groupement d’achat, etc.) au sein de BRUXEO ou d’autres structures ad hoc pour renforcer la professionnalisation des entreprises, répondre aux nouvelles exigences juridico-institutionnel ou simplement pour permettre aux employeurs de dégager du temps et des marges budgétaires pour se consacrer pleinement à leurs missions sociales. »

En tant que représentant bruxellois des prestataires de services à profit social, BRUXEO veut également devenir un lieu de réflexion et d’échange pour appréhender les défis et les enjeux actuels mais aussi pour construire avec ses partenaires les opportunités et les innovations sociales qui permettront de créer les services de demain et de consolider la qualité et l’accessibilité des services à profit social bruxellois.

- [A lire] : Partenariats entre marchand et non marchand. Oui mais…

BRUXEO, qu’est-ce que c’est ?

BRUXEO est la confédération intersectorielle et pluraliste des employeurs du secteur à profit social (non marchand) à Bruxelles. Elle représente 24 fédérations d’employeurs du secteur public et privé, actives dans le domaine de la santé, l’accueil et l’hébergement des personnes âgées, l’aide et les soins à domicile, l’aide aux personnes fragilisées, l’aide et l’hébergement des personnes handicapées, l’aide à la jeunesse, la petite enfance, les entreprises de travail adapté, l’insertion socioprofessionnelle, la culture, le sport et l’enseignement, ainsi que les organismes d’action sociale et les mutualités. En termes d’emploi, le secteur à profit social représente à lui seul près de 18% de l’emploi total bruxellois, soit plus de 100.000 travailleurs actifs au sein de 6.500 entreprises. En tant que confédération représentative du secteur à profit social bruxellois, BRUXEO s’engage à promouvoir les intérêts de l’ensemble des employeurs du secteur et à peser dans les débats socioéconomiques afin de donner au secteur l’importance qu’il mérite.

- [A lire] : Les ASBL ne sont pas des sociétés commerciales



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus