Travailleur social : comment démotiver une équipe de travail

05/11/21
Travailleur social : comment démotiver une équipe de travail

Lorsque j’ai rédigé le texte « Travailleur social : comment démotiver un collègue compétent et investi », je ne pensais vraiment pas qu’il aurait un tel écho, qu’il parlerait à autant de lecteurs … Malheureusement, c’est le cas. J’ai donc décidé d’approfondir le sujet et de proposer des pistes aux responsables en mal d’idées pour démotiver leur équipe de travail. Petit guide (vraiment pas) très ironique pour les responsables d’équipe en mal d’idées …

Lire aussi :

- Travailleur social : comment démotiver un collègue compétent et investi
- Travailleur social : comment démotiver un collaborateur compétent et investi - 2e partie

Divisez pour mieux régner

Cette stratégie est vieille comme le monde, mais d’une efficacité redoutable, en ce compris auprès des personnes les plus instruites, fines et intelligentes. Usez-en et abusez-en, il leur faudra énormément de temps pour se rendre compte de ce que vous faites. Et même lorsque ce sera le cas, ils seront impuissants, car il leur manquera ce lien qui fait d’un groupe une équipe. Ne cherchez donc pas à créer une unité au sein de votre équipe, au contraire, faites tout pour qu’il y ait des camps, favorisez les dissensions, n’essayez pas de résoudre les problèmes interpersonnels. Allez-y, n’ayez pas peur de rajouter une couche. Ce n’est pas pour rien que cette technique est utilisée à tous niveaux, en ce compris par nos dirigeants nationaux.

Ne les écoutez pas

N’écoutez pas leur vécu, leurs expériences de terrain, restez dans votre tour d’ivoire. Mieux encore, faites visiblement semblant de les écouter (dans ce cas, n’oubliez pas de produire quelques onomatopées aux moments opportuns). L’idée est que chacun d’entre eux ait l’impression que vous vous fichez totalement de leur sort et qu’aucun ne sache plus vers qui se tourner en cas de problème.

Ayez un favori

Choisissez-en un au hasard et faites-en votre chouchou. Validez toutes ses propositions, valorisez ses idées, n’hésitez pas à en faire trop. Cela participera au premier point, la division au sein de l’équipe. Ses collègues se méfieront de lui. Et soudainement, changez de favori. Que celui qui était devenu votre bras droit devienne un rien du tout du jour au lendemain au profit d’un autre, toujours choisi aléatoirement. Ne changez pas trop souvent, afin de ne pas éveiller les soupçons et de maintenir un climat insidieusement malsain.

Ne favorisez pas la communication

Soyez flou, le plus possible. Dites blanc à l’un, noir à l’autre, changez d’avis comme de chemise et multipliez les directives. Faites-les courir comme des poules sans têtes. Lors des réunions, ne faites que du passage d’informations, ne les impliquez dans aucune décision. Ou alors, plus subtil : faites-leur croire qu’ils peuvent discuter et débattre pour, au final, prendre la décision que vous aviez choisie depuis le départ. Et faites en sorte qu’ils s’en aperçoivent, qu’ils comprennent qu’ils perdent leur temps. Mais à chaque réunion, faites-leur croire qu’ils auront leur mot à dire, afin qu’ils continuent à tomber de haut.

Ne les soutenez pas

Soyez absent en période de crise, lorsqu’ils ont besoin d’un capitaine pour tenir la barre du navire. Renvoyez-les à leur autonomie, à leur capacité de décision, défaussez-vous de vos responsabilités. Même en cas d’épisode grave, comme par exemple une situation de violence, soyez aux abonnés absents. Mieux encore, faites en sorte de leur renvoyer la responsabilité de leur vécu.

Ne leur montrez aucun respect

Ni pour leurs idées, ni pour leurs personnes. En fait c’est l’essence même de ce guide. Vivez dans votre tour d’ivoire et ne montrez surtout aucun respect, aucune considération envers vos collaborateurs. Ne voyez pas leur enthousiasme, leur motivation, n’essayez pas de les entretenir, de les développer, de faire votre travail, à savoir permettre à votre équipe de grandir, et ainsi à votre institution d’évoluer. Ne vous remettez pas en question, ne les laissez pas faire de vous un véritable responsable. Epargnez votre ego et votre cerveau.

MF - travailleuse sociale

[De la même autrice] :
- Coronavirus : à la recherche de notre humanité perdue
- Précarité du travailleur social : et si on en parlait
- Travailleurs sociaux : non prioritaires ?
- Educateur spécialisé : toujours mal considéré...
- Travail social : déceler un manipulateur et s’en protéger
- Travailleur social : (se) motiver au changement
- Le non-marchand, encore et toujours oublié de la crise
- Travailleur social : astuces pour mieux communiquer, malgré le masque
- "Être éducateur dans une société en crise"
- Le non-marchand, oublié du (dé)confinement
- Patients psychiatriques, détenus, personnel : les oubliés de la crise
- Coronavirus : travailleur social en télétravail ?
- Coronavirus : quand nos hôpitaux en sont réduits à mendier...
- Gare à la surenchère dans l’offre de services sociaux
- Toujours en burn-out malgré les vacances...
- Vivre un deuil au travail
- De l’injonction à la résilience chez le travailleur social
- Éducateur spécialisé, le parent pauvre
- L’hypnose, un formidable outil pour le travailleur social
- Travailler en réseau : bénéfices et difficultés
- Les travailleurs sociaux sont-ils tous sur un pied d’égalité ?
- Travailleur social : gérer la lassitude professionnelle



Commentaires - 5 messages
  • Merci pour vos articles qui permettent de remettre les choses à leur place et de prendre du recul quand on a la tête dans le guidon ! Il n'y a pas que dans l'associatif où il y a ce genre de comportement, dans la fonction publique aussi!
    Je crois que je vais imprimer ces articles et les mettre à disposition de ma hiérarchique... Peut-être va-t-elle se rendre compte de cette maltraitance qu'elle nous fait subir.. et je vais aussi sérieusement chercher ailleurs...un hiérarchique bienveillant, si tant est que cela existe encore dans le social...

    Tournesol2021 mercredi 10 novembre 2021 23:25
  • Ce guide me parle tellement. J'ai vécu cela en tant que travailleuse. En effet, il m'a fallut du temps pour le voir et pour y croire...c'est quoi un nouveau type de management ? Merci merciiiii pour ce résumé tellement réaliste. Si on peut savoir qui a écrit ce texte... cela me ferait super plaisir.

    g.guisset jeudi 11 novembre 2021 16:20
  • Bonjour, j'ai pu faire ces constats de management déviant, maltraitant, partager cela en équipe et organiser les choses pour dénoncer. Et c'est là que le bas blaisse lorsqu'il faut aller au bout de ses idées, de ses convictions, bon nombre se retire.... chacun ses raisons mais tous adultes et responsables. Rester passifs lorsque l'on constate de tels agissements c'est cautionner, donc pas d'excuses! Faire le choix de. partir n'a rien de facile à tous les niveaux. Je suis dirigeante et n'accepterais jamais des agissements malveillants que ce soit de la part de la hiérarchie qu'entre collègues..... ca aussi c'est frequent!

    CaroleP17 vendredi 12 novembre 2021 15:25
  • Voilà ma réalité quotidienne professionnelle depuis un an... Je ne pouvais imaginer que de tels agissements puissent exister surtout d'une personne qui a fait des études d'assistante sociale au départ... Ce qui me rassure par votre article c'est de me rendre compte que je ne suis pas seule dans le cas

    Joy61 samedi 13 novembre 2021 08:06
  • J'ai connu une directrice incompétente sans aucune empathie pour le personnel et les enfants accueillis.J'étais chef de service, j'ai été victime de harcèlement jusqu'à un licenciement abusif. Je ne pensais pas que cela puisse exister dans le cadre de mon travail. Cette directrice sévit encore,les assistantes familiales ont souvent peur d'elle.Cette personne se sait incompétente mais elle s'accroche à son poste avec la "bénédiction" du Président de l'association.

    lavoux vendredi 19 novembre 2021 16:16

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus