Travailleur social : comment démotiver un collègue compétent et investi

11/10/21
Travailleur social : comment démotiver un collègue compétent et investi

On parle souvent de la motivation au travail : comment la susciter, la développer, l’entretenir, etc. Bizarrement, on ne parle pas de son pendant : la démotivation. Comment faire pour démotiver un collègue ou un collaborateur compétent, motivé et investi ? Petit guide très ironique à l’usage des responsables d’équipe qui auraient besoin d’un coup de pouce.

Surchargez-le de travail

Vraiment. Allez-y sans limites, il faut qu’il ait l’impression de ne jamais en venir à bout, quelles que soient les stratégies mises en place pour y arriver. Que le stress monte dès le début de la journée, voire même sur le chemin du boulot, ou, encore mieux, que ce stress ne s’arrête jamais, en ce compris la nuit. Et surtout, faites comme si sa charge de travail était normale et que c’était une question d’organisation de sa part. Sinon, vous pouvez toujours lui donner des tâches trop difficiles à réaliser pour lui et le blâmer de ne pas y arriver.

Ou au contraire, ne lui en donnez pas assez

Qu’il s’ennuie, tourne en rond … Ou alors, donnez-lui des tâches trop faciles s’il a besoin de relever des défis. Ou encore des tâches répétitives, voire abrutissantes, bien en deçà de son niveau de compétences. Laissez-le végéter tout en lui répétant à quel point il est indispensable et à quel point son travail est précieux, surtout s’il est clair que les tâches accomplies sont parfaitement inutiles. Qu’il se pose plein de questions. S’il tourne en bourrique, c’est encore mieux.

Reposez-vous sur lui

Déchargez-vous du poids de vos responsabilités sur ses épaules. Tant qu’à faire, laissez-le définir ses fonctions et prendre les décisions le concernant qui sont normalement de votre ressort. Au début, il pourra se sentir valorisé, mais in fine, ne vous inquiétez pas, il se sentira seul et perdu, voire même stressé et sur-employé.

Ne valorisez jamais ses réalisations

Bannissez le mot « reconnaissance » de votre vocabulaire. Pointez tout ce qui ne va pas, mais n’accordez aucune importance à ce qui va bien, ce qui est bien fait, ses capacités, ses compétences. Faites en sorte qu’il ne se sente jamais reconnu, qu’il ait l’impression de ne pas être à sa place. Si vous le pouvez, mettez en doute ses paroles et montrez que vous ne lui faites pas confiance.

Ne soyez jamais content

Cela rejoint le point précédent. Critiquez-le, beaucoup, souvent. Même pour des choses que vous auriez précédemment complimentées. Qu’il ne sache plus que croire et que penser, que faire et quoi ne pas faire. Critiquez surtout ses initiatives personnelles, alors qu’auparavant, vous les avez encouragées.

Soyez flou, évitez toute clarté

Que ce soit au niveau des descriptions de fonctions, mais aussi de la communication quotidienne. Bannissez toute notion de clarté, restez vague et flou. Et si possible, changez les règles du jeu en cours de partie, qu’il ne sache jamais sur quel pied danser. Passez du noir au blanc, dites une chose et son contraire. Soyez le plus flou possible dans vos explications, pour ensuite pouvoir le blâmer de ne pas les avoir comprises. Le summum serait de diviser pour mieux régner : instillez un esprit de compétition, ne favorisez pas la communication au sein de votre équipe, dites une chose à l’un et le contraire à l’autre … Tout est permis.

N’oubliez pas : ceci est un guide ironique

Vous l’aurez compris, ce texte se veut ironique … Mais si cela vous parle, en tant que travailleur ou responsable, … Et que dans tous les cas, cela peut ouvrir des portes et dégager des pistes de réflexion et d’action … Alors tant mieux.

MF - travailleuse sociale

[De la même autrice] :
- Coronavirus : à la recherche de notre humanité perdue
- Précarité du travailleur social : et si on en parlait
- Travailleurs sociaux : non prioritaires ?
- Educateur spécialisé : toujours mal considéré...
- Travail social : déceler un manipulateur et s’en protéger
- Travailleur social : (se) motiver au changement
- Le non-marchand, encore et toujours oublié de la crise
- Travailleur social : astuces pour mieux communiquer, malgré le masque
- "Être éducateur dans une société en crise"
- Le non-marchand, oublié du (dé)confinement
- Patients psychiatriques, détenus, personnel : les oubliés de la crise
- Coronavirus : travailleur social en télétravail ?
- Coronavirus : quand nos hôpitaux en sont réduits à mendier...
- Gare à la surenchère dans l’offre de services sociaux
- Toujours en burn-out malgré les vacances...
- Vivre un deuil au travail
- De l’injonction à la résilience chez le travailleur social
- Éducateur spécialisé, le parent pauvre
- L’hypnose, un formidable outil pour le travailleur social
- Travailler en réseau : bénéfices et difficultés
- Les travailleurs sociaux sont-ils tous sur un pied d’égalité ?
- Travailleur social : gérer la lassitude professionnelle



Commentaires - 3 messages
  • Mais n' oublions pas que le moral des assistants sociaux est inaltérable vu que nous ne pratiquons pas une simple "profession' mais bien une "vocation" et cela change tout. En effet lors d'une séance académique de rentrée d' une école de service social, le Président du Conseil d' Administration faisait l' éloge de notre profession en relevant que nous avons " un supplément d' âme ",. Je lui ai alors demandé si par "supplément d' âme" il entendait la part de notre travail pour laquelle nous ne sommes pas rémunérés ? C'est il y a 1/4 de siècle, les choses ont-elles changé ? Michel LOIR, octogénaire qui poursuit la promotion du regroupement associatif des AS qui célèbrent malheureusement en silence le centième anniversaire de leur profession. PS : j' ai déjà lancé des appels afin que les étudiants et AS actifs profitent de ce centenaire pour faire parler d' eux dans les médias et attirer l' attention sur nos véritables compétences et les freins institutionnels. Courage, arrière grand-père vous embrasse.

    Papamichel lundi 11 octobre 2021 19:34
  • Être médecin est aussi une vocation, être politicien devrait l'être puisque ces personnes dont supposé travailler pour le peuple et le représenter mais eux ont droit à une reconnaissance, un salaire décent, etc.
    Ma « vocation » est morte, mon âme aussi. L'un de mes anciens professeurs avait dit cette phrase qui avait choqué tous les étudiant : « vous ne sauverez personne, ce sera déjà bien si vous parvenez à vous sauvez vous même ». Je l'avais trouvé inhumain, cynique... mais il avait raison.

    RoxanneBXL jeudi 14 octobre 2021 10:38
  • Ce petit guide vaut pour beaucoup de travailleurs, dans le secteur marchand également. Mais ce qui fait le "plus" du non-marchand, la raison de la "vocation", ce sont les Valeurs (avec un grand V) supposées portées par ce secteur.
    Une bonne manière de démotiver un travailleur social ? Vider sa fonction du sens et des valeurs, déshumaniser les prises en charges, faire prévaloir l'argent et les subsides sur le demandeur "bénéficiaire"...
    Françoise

    Franberg jeudi 21 octobre 2021 15:07

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus