Où en est la revalorisation des barèmes des agents des CPAS ?

Où en est la revalorisation des barèmes des agents des CPAS ?

Fin 2020, le gouvernement bruxellois et le front commun syndical se sont accordés sur un réinvestissement de plus de 150 millions d’euros pour les quatre prochaines années, destiné à revaloriser les barèmes des agents des Pouvoirs Locaux (communes, CPAS…) de la Région bruxelloise. Que devient cette mesure quelque mois plus tard ?

L’histoire n’est pas neuve. Depuis plusieurs années maintenant, la CGSP, la CSC et le SLFP réclament, d’une seule voix, une revalorisation salariale des agents des Pouvoirs Locaux, dont font partie les travailleurs des 19 CPAS bruxellois. Après une série d’actions et de longues heures de discussion, syndicats et politiques sont finalement parvenus à un terrain d’entente, fin 2020. A l’époque, le gouvernement bruxellois avait en effet promis un réinvestissement de plus de 150 millions d’euros pour les quatre prochaines années, destiné à revaloriser les barèmes.

Tout est bien qui finit bien ? « Non », répondent les organisations syndicales. « Les négociations qui se poursuivent au Comité C prennent une allure assez différente des promesses qui nous avaient été faites », alertent-elles.

- Lire aussi : "Une revalorisation barémique pour les agents des CPAS bruxellois !"

Quatre mesures sur la table des négociations

Selon le front syndical, quatre branches de revalorisations leur sont proposées :

  • Renforcement et/ou mise en place du dispositif des chèques repas : « Un avantage net mais qui n’a aucune incidence sur la progression barémique et la pension des agents », déplorent la CGSP, la CSC et le SLFP.
  • Renforcement et/ou mise en place du financement d’un second pilier de pension pour les agents contractuels : cette mesure n’aurait aucune incidence dans la progression barémique ou pour un salaire net plus élevé.
  • Allongement des échelles barémiques qui permettrait d’avoir une progression barémique au-delà du plafond des 27 années actuelles : progression de 4 années uniquement après 27 ans de carrière.
  • Revalorisation des barèmes  : 2 % dans la plupart des niveaux sauf pour les niveaux B et A qui pourraient atteindre une revalorisation allant de 5% à 8 %. « Les niveaux B et A n’ont pas reçu d’augmentation lors des dernières progressions barémiques », pointent les syndicats.

- Lire aussi : Des précaires au service de précaires

« Nous sommes donc très éloignés de la demande essentielle du front commun syndical puisque celui-ci attend des propositions de ventilation du financement uniquement pour une revalorisation des barèmes », poursuivent-ils. « Les représentants du Front Commun Syndical qui siègent dans les négociations au Comité C des Pouvoirs Locaux ne peuvent se satisfaire d’une telle proposition. »

La mission du front commun reste bien de décrocher un accord par lequel l’essentiel du financement sera fixé dans une vraie revalorisation barémique qui aura une incidence immédiate sur le salaire poche mais qui permettra aussi d’augmenter à terme la pension des agents des Pouvoirs Locaux bruxellois. Des actions syndicales sont en cours de préparation.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus