Une prime pour les prestataires de soins conventionnés en 2023

21/12/22
Une prime pour les prestataires de soins conventionnés en 2023

Le ministre de la Santé Publique Frank Vandenbroucke investira 100 millions d’euros dans les soins sans suppléments en 2023. Selon lui, “les prestataires de soins de santé qui s’en tiennent entièrement aux tarifs conventionnés, et ne répercutent donc pas la hausse des coûts sur les patients, méritent d’être soutenus.” Découvrez les métiers concernés par la mesure et ce qu’ils recevront !

Les prestataires de soins, dont les kinés, les logopèdes, les sages-femmes et les infirmiers, sont confrontés à une hausse des coûts, alors que l’indexation prévue de leurs honoraires ne compense pas directement ces augmentations de coûts au même rythme. Dans ces circonstances, les prestataires de soins qui s’en tiennent entièrement aux tarifs conventionnés, et ne répercutent donc pas la hausse des coûts sur les patients, méritent d’être soutenus, a annoncé le ministre de la Santé publique.

Frank Vandenbroucke et le Conseil général de l’INAMI prévoient, en effet, un financement structurel de 100 millions d’euros à partir de 2023, qui sera utilisé en 2023 pour une compensation des coûts pour les prestataires de soins entièrement conventionnés.

En parallèle, une réflexion va également être lancée sur le modèle de conventionnement, dans le but de contrer la tendance actuelle au déconventionnement (kinésithérapeutes, logopèdes, médecins spécialistes, etc.). "Il en va de l’accès aux soins dans notre pays", pointe Frank Vandenbroucke, "car un déconventionnement massif, motivé par la hausse du coût de la vie, augmenterait les coûts des soins de santé de la population."

 Lire aussi : Travailler dans la santé et le social : lequel de ces métiers de contact est fait pour vous ?

Qui recevra quoi ?

La prime s’appliquera aux médecins, dentistes, sages-femmes, infirmiers, kinésithérapeutes, logopèdes, orthopédistes, bandagistes, opticiens, audiciens, pharmaciens et pharmaciens biologistes qui sont totalement conventionnés et elle sera ciblée sur leur pratique ambulatoire.

 Lire aussi : Déconventionnement massif des logopèdes : la révolution des fourmis est en marche

Sur les 100 millions d’euros, 8,3 millions iront aux pharmacies, qui recevront toutes le même montant (1.790 euros par officine).

Reste 91,7 millions. La moitié de ce montant est répartie de manière égale entre les prestataires de soins de santé complètement conventionnés et atteignant le seuil d’activité requis, toutes professions confondues (excepté pharmaciens).

L’autre moitié des 91,7 millions est répartie par secteur d’abord, en fonction du nombre de prestataires (conventionnés ou non) atteignant le seuil d’activité requis dans chaque secteur. Ce montant est ensuite distribué au sein du secteur entre les prestataires totalement conventionnés atteignant le seuil d’activité. Ainsi, les prestataires de soins de santé qui restent ou s’engagent dans la convention - dans un secteur où le taux de ‘déconventionnement’ est plus élevé - recevront une aide un peu plus élevée.

Concrètement, le total attendu par prestataire s’élèvera à :

  • 1.068 euros par sage-femme
  • 985 euros par infirmier
  • 1.197 par kinésithérapeute
  • 1.570 par logopède

 Lire aussi : Honoraires des kinés : "Non à la nouvelle convention INAMI !"



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus