Kinésithérapie : Axxon n'accepte pas la nouvelle classification d'emplois de l'IF-IC

Kinésithérapie : Axxon n'accepte pas la nouvelle classification d'emplois de l'IF-IC

L’association professionnelle Axxon refuse d’accepter la nouvelle classification des catégories d’emplois issue des conventions collectives de travail (CCT) du 11 décembre 2017. Cette classification a été établie par l’IF-IC et s’adresse notamment aux kinésithérapeutes.

Après avoir dû faire face à l’évolution de leur formation, les kinésithérapeutes connaissent un nouveau revers. Cette fois-ci l’association s’oppose à l’Institut de Classification des Fonctions (IF-IC) . Axxon a fait le point sur la nouvelle classification des catégories d’emplois issue de deux conventions collectives de travail (CCT) du 11 décembre 2017. L’association professionnelle développe dans un communiqué les points qui n’ont pas été pris en compte. Selon Axxon, cette classification est bien en dessous du niveau de formation et de compétence des kinésithérapeutes.

- [A lire] : Non, les kinés n’appellent pas à la déconvention

Le 30 avril 2018, les kinésithérapeutes travaillant dans les hôpitaux généraux et psychiatriques fédéraux, dans les centres de réadaptation fédéraux, dans les centres de psychiatrie légale et les centres de santé locaux ont reçu de leur employeur des informations concernant leur attribution de fonction, les échelles salariales actuelles et les nouvelles échelles.

Ceci est le résultat de deux conventions collectives de travail (CCT) du 11 décembre 2017, notamment la « nouvelle classification de fonction sectorielle », conclues au sein de la commission paritaire 330. Une CCT réglemente l’introduction de la nouvelle classification, l’autre CCT réglemente le nouveau système de rémunération.

- [A lire] : Kinésithérapeutes, la double filière supprimée

Afin d’attribuer les échelles salariales dans les différents secteurs des soins de santé de manière équitable, une pondération a été instaurée entre les différents secteurs afin d’obtenir une classification des catégories d’emplois. Les indicateurs suivants ont été utilisés pour cette pondération : connaissances et compétences, responsabilité, capacité de résolution des problèmes, communication et gestion et enfin facteurs environnementaux aggravants.

Cette pondération a été établie par l’IF-IC, l’Institut de Classification de Fonctions. Aucune association professionnelle n’est représentée à son conseil d’administration et n’a été consultée, seuls des représentants des employeurs et des syndicats en font partie. La manière dont la pondération entre les différents secteurs s’est produite et les divers éléments utilisés pour cela n’ont pas été annoncés par l’IF-IC.

- [A lire] : RGPD, ça concerne aussi les kinésithérapeutes !

Axxon ne peut accepter cette classification créée par l’IF-IC pour le kinésithérapeute, pour le directeur du service de kinésithérapie, pour le kinésithérapeute en centre de santé local et pour le coordinateur thérapeutique. Cette classification est bien en dessous du niveau de formation et de compétence des kinésithérapeutes, sans tenir compte des éléments suivants :

1. Avec la « loi sur la pratique de la kinésithérapie » (Loi Mahoux Diegenant) de 1995, la kinésithérapie a obtenu son propre statut professionnel et son propre organe consultatif (le Conseil Fédéral de la Kinésithérapie). Depuis lors, les kinésithérapeutes ont un statut médical sui generis dans la loi coordonnée du 10 mai 2015 (décret n° 78) et ils ne sont plus placés sous les professions paramédicales. C’est pourquoi on pourrait s’attendre à un chapitre distinct pour la kinésithérapie dans la classification IF-IC, comme pour les soins infirmiers, au lieu d’une classification au sein des professions paramédicales.

2. Lors de l’élaboration par l’IF-IC de la classification de fonctions, il n’a pas suffisamment été tenu compte du profil de compétences professionnelles du kinésithérapeute année 2020 (élaboré par le CFK à la demande de la ministre de la Santé) et du dossier concernant les qualifications professionnelles particulières du kinésithérapeute (approuvé en décembre 2017) : la classification IF-IC est en contradiction flagrante avec ce dernier et ne cadre pas du tout avec les compétences professionnelles du kinésithérapeute.

3. En Belgique, l’obtention d’un Master en kinésithérapie nécessite une formation de cinq ans en Flandre et de quatre ans en Wallonie et à Bruxelles : la classification IF-IC ne tient pas compte d’une uniformisation.

4. Les qualifications professionnelles particulières en kinésithérapie ont été complètement perdues de vue lors de l’élaboration de la classification IF-IC. Par Arrêté royal du 25 avril 2014 établissant la liste de celles-ci, la mise en place et la reconnaissance des six premières ont commencé en 2016 grâce aux commissions d’agrément respectives des Régions.

Dans une lettre adressée au gouvernement fédéral, au conseil de l’IF-IC et aux membres de la commission paritaire 330, Axxon a insisté pour que cette dernière (et par la suite l’IF-IC) trouve un barème salarial plus élevé. Celui-ci sera également important pour les kinésithérapeutes qui concluent un nouveau contrat de travail, y compris les jeunes diplômés.

Lien vers le communiqué



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus