L’accord gouvernemental wallon : emploi toujours

L'accord gouvernemental wallon : emploi toujours

Les nouveaux ministres de la majorité PS et cdH ont prêté serment ce mardi matin. Ils se sont mis d’accord sur les accords de majorité pour ces cinq prochaines années. Un accord, comme à Bruxelles, centré sur l’emploi.

Les deux déclarations de politique régionale et communautaire ont été présentées vendredi dernier. Elles seront les bases du travail du gouvernement wallon et de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour cette prochaine législature. Voici les principales positions qui concernent notre secteur psycho-médico-social.

Emploi : formations tout azimut

Au programme de l’Emploi, des formations dans tous les sens : formation en alternance, formation professionnelle-alternée… ainsi que, comme à Bruxelles, un contrat d’insertion professionnelle et un appui renforcé à la « garantie-Jeunes ».

Emploi et jeunesse toujours, car les jeunes peu qualifiés engagés pourront bénéficier d’un taux de cotisations sociales de 0% pendant une période déterminée et de manière dégressive. En pleine période d’austérité, les aides à l’emploi seront radicalement repensées (comme à Bruxelles), simplifiées et rationalisées.

Politique sociale : des nouvelles compétences

Avec la 6ème Réforme de l’Etat, la Région hérite de nouvelles compétences telles que la gestion des allocations familiales et l’aide aux personnes âgées. Comme à Bruxelles, la majorité PS/cdH ont la volonté de créer un seul organisme d’intérêt public (OIP).

L’exécutif tend à créer une « couverture autonomie », comme à la capitale, visant à garder les aînés à domicile. Malgré les budgets serrés des deux prochaines années, le nouveau gouvernement annonce 1.700 nouvelles places en maisons de repos et maisons de repos et soins, une augmentation du budget pour l’aide à domicile de 7%, l’amélioration de la politique hospitalière et une simplification des allocations familiales.

Gouvernance : réduire les moyens

En matière de gouvernance, « on veut réduire les moyens ». On parle par exemple d’intégrer les Agences locales pour l’emploi aux Maisons de l’emploi, d’une simplification et d’une réduction du nombre des structures régionales et locales. Le conseil supérieur des villes et communes est également supprimé.

Economie : se tourner vers les entreprises

L’exécutif veillera à créer un cadre plus attractif pour les entreprises. Il cite en exemple (entre autres) l’allègement du coût du travail, l’innovation « business », la mise en avant des technologies de l’information et de la communication et la simplification administrative.

Pouvoir locaux : association des CPAS

Les communes et CPAS qui le souhaiteraient pourraient être fusionnées. Les CPAS des communes peu peuplées pourraient par exemple s’associer pour mettre en commun travail et budgets.

Lire aussi :
- Qui sont nos ministres ?

- Le contrat d’insertion professionnelle : « l’emploi au rabais »

- Le contrat d’insertion professionnelle : LA nouveauté à Bruxelles



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus