L'armée et la protection civile au chevet des maisons de repos

09/04/20
L'armée et la protection civile au chevet des maisons de repos

A Bruxelles et en Wallonie, les maisons de repos manquent de moyens humains pour gérer la crise sanitaire. Le gouvernement wallon a demandé l’aide de l’armée, de la protection civile ainsi que celle de citoyens qualifiés issus de la société civile. Le ministre bruxellois de la Santé, Alain Maron, a lui réquisitionné six membres du personnel soignant de l’armée afin qu’ils viennent en aide au personnel d’une maison de repos de Jette, où trois soignants devaient gérer 71 résidents.

Un nouveau cap a été franchi dans la lutte contre le coronavirus au sein des maisons de repos wallonnes. De nombreux membres du personnel sont malades et donc absents, si bien que les structures ne peuvent plus faire faces, seules, à l’épidémie. C’est pourquoi la ministre wallonne de la Santé, Christie Morreale, a demandé l’appui de l’armée et de la protection civile. Ce jeudi, sur la matinale de Bel RTL, elle a également lancé un appel à l’ensemble du corps médical wallon, afin que ceux qui le peuvent viennent en aide aux maisons de repos.

« La situation nécessite qu’on mobilise toute l’aide possible pour essayer de répondre à la situation, à la propagation de la maladie, à la vitesse à laquelle se répand le virus dans les maisons de repos » a-t-elle affirmé ce jeudi matin. Pour y faire face, il était nécessaire de prendre « des mesures d’envergure ». Il faut dire que 116 maisons de repos wallonnes enregistrent au moins 10 cas de coronavirus, sur les 600 que comptent le territoire.

L’armée et la protection civile sont mobilisées pour des raisons claires. « Pour la logistique, mais pas uniquement. Aujourd’hui, les maisons de repos fonctionnent avec des aides-soignants qui donnent tout ce qu’ils peuvent, mais qui sont épuisés. Il faut envisager toutes les aides possibles, une médicalisation qui soit beaucoup plus importante que ce qu’elle n’est aujourd’hui, donc il faut faire rentrer des médecins quand c’est nécessaire dans les maisons de repos, pour venir en appui aux aides-soignants, pour pouvoir s’occuper des malades. »

« On fait aussi un large appel à tous les médecins »

Or, quand on connaît la situation dans laquelle les maisons de repos se trouvent concernant l’équipement en matériel de première nécessité, on s’interroge. Ces renforts auront-ils les équipements nécessaires pour mener à bien leur mission ? Christie Morreale a tenu à rassurer : « Des masques, on en distribue systématiquement dans les maisons de repos, on a distribué des masques chirurgicaux il y a plusieurs semaines et systématiquement quand il y a des clusters, on amène des masques FFP2, pour s’assurer que le personnel soit suffisamment couvert. Pour ce qui est de la logistique, il faut qu’on s’adapte. Parfois, il mettre des malades d’un côté et des porteurs sains de l’autre, pour essayer que la maladie ne se propage pas. Dans ces cas-là, effectivement, l’armée va pouvoir venir en aide parce que le personnel n’a pas le temps pour pouvoir le faire. On peut imaginer que des homes doivent être désinfectés. Dans ce cas-là, l’armée pourrait venir en renfort si c’est nécessaire ».

Mais l’appel à l’aide ne s’arrête pas là : « On fait aussi un large appel à tous les médecins, à tout le personnel paramédical, qui n’est aujourd’hui pas occupé de manière aiguë dans la crise covid, pour venir en renfort dans les maisons de repos. » La société civile est, elle aussi, appelée à contribuer, à hauteur de ses compétences. « Tous ceux qui, d’une certaine manière, pensent d’une certaine manière qu’ils peuvent être utiles, faites signe, on a un site qui s’appelle https://solidaire.aviq.be/, sur lequel ils peuvent s’inscrire. Ils peuvent être utiles durant cette crise, dans les maisons de repos mais aussi dans les centres d’hébergements pour personnes handicapées ou en santé mentale, puisque ce sont parfois les oubliés. »

Evidemment, tous les organismes publics en lien avec le secteur de la santé sont dans la boucle de cette opération. On pense à MSF, la Croix-Rouge, les Maisons médicales, l’AVIQ et Médecins du monde par exemple. Des équipes mobiles viendront en renfort dans les maisons de repos confrontées à la pandémie et/ou en manque de personnel.

Un exemple concret à Jette

Dans la région bruxelloise, le gouvernement a également décidé d’agir. Alors que dans une maison de repos située à Jette, il n’y avait plus que trois membres du personnel pour prendre en charge les 71 résidents, une décision a été prise. Six membres du personnel soignant de l’armée ont été réquisitionnés pour leur venir en aide, la directive étant émise par la Commission communautaire commune de Bruxelles.

En effet, une équipe de la cellule compétente d’Iriscare accompagnée de MSF s’est rendue sur place lundi midi et, constatant la situation, ont fait un rapport. Les autorités ont donc réagi dans la foulée. Le ministre de la Défense fédéral, Philippe Goffin, a lui indiqué que l’armée est intervenue à Jette, et à Lustin, en province de Namur, et qu’elle se tient disponible pour des interventions supplémentaires.

Morgane Daniel, la directrice de la maison médicale de Jette, a expliqué sur la RTBF : « Je n’ai plus que dix membres du personnel (sur 50) à disposition. A cela s’ajoutent sept décès liés au Covid-19 depuis le début de la crise, trois cas avérés actuellement et treize suspicions ». A Bruxelles, les services de la Cocom et d’Iriscare tentent de renforcer les équipes, à l’aide de soignants volontaires. Un chose est certaine, les maisons de repos ont besoin de toute l’aide qu’on peut leur apporter.

[Sur le même sujet] :
- Maisons de repos face au Covid-19 : "S.O.S. d’un secteur en détresse"
- Maisons de repos : "Il faut prendre des mesures d’urgence aujourd’hui"
- Maisons de repos : le sous-effectif à l’épreuve du coronavirus…
- Wallonie : distribution de masques aux maisons de repos et aux secteurs santé et social de 1ère ligne
- Coronavirus : les recommandations aux maisons de repos wallonnes



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus