La FWB contrecarre la politique sécuritaire

La FWB contrecarre la politique sécuritaire

Lundi 19 mars, la commission des Affaires générales du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) a approuvé le projet de résolution de la députée Ecolo Barbara Trachte pour faire de la FWB une "entité hospitalière". La mesure, qui sera discutée mercredi 21 mars en séance plénière, devrait empêcher les contrôles de police pour les migrants et demandeurs d’asile dans les institutions culturelles et éducatives, comme celui qui a eu lieu chez Globe Aroma en février dernier.

Levée du secret professionnel dans les CPAS, omniprésence du problème de la radicalisation dans les débats de l’Aide à la Jeunesse ou encore plus récemment arrestation de personnes sans-papiers au sein de l’association Globe Aroma sous le prétexte d’un contrôle dans le cadre du "Plan Canal"... La politique sécuritaire en Belgique ne fait décidément pas que des heureux, surtout dans le secteur associatif. En toile de fond, la peur pour ces institutions qui se basent sur un rapport de confiance avec leurs bénéficiaires de se faire instrumentaliser par la politique à d’autres fins que la lutte contre le terrorisme. Afin de renforcer l’inviolabilité des institutions culturelles et éducatives qui accueillent des migrants et des demandeurs d’asile, un projet de résolution a donc été adopté en commission des Affaires générales du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) et devrait faire de la FWB une "entité hospitalière".

Faire de la FWB une "entité hospitalière"

Si le projet de résolution est adopté en séance plénière mercredi 21 mars, il fera de la FWB une "entité hospitalière" pour les migrants et les demandeurs d’asile. Les institutions culturelles et éducatives comme les écoles, les crèches, les musées, les centres culturels ou les maisons de jeunes seront donc "inviolables" dans la mesure où les migrants et demandeurs d’asiles ne pourront pas être soumis à une interpellation dans ces lieux. Leur accès à ces institutions sera aussi garanti. En outre, la résolution demande au gouvernement fédéral de ne pas réaliser d’arrestations visant à un éloignement du territoire dans les structures que financent la Fédération Wallonie-Bruxelles.

- [A lire] : Les travailleurs de rue ne sont pas des agents de sécurité

Un amalgame ?

La résolution a été proposée par Barbara Trachte, cheffe de groupe Ecolo, et approuvée par la majorité PS-cdH. Elle n’a en revanche pas convaincu le MR, qui s’est abstenu. Pour la cheffe de groupe MR Françoise Bertieaux, la résolution ferait l’amalgame entre les demandeurs d’asile, pour lesquels la procédure est assez complexe, et les migrants volontaires en séjour illégal. Selon elle, des mesures doivent être appliquées contre ces derniers. Quant à la députée MR Patricia Potigny, la RTBF rapporte qu’elle aurait qualité l’initiative de "résolution opportuniste" et "d’insulte à tout ce qui se fait déjà en Fédération Wallonie-Bruxelles" en matière d’accueil et de soutien aux migrants.

Une demande du secteur associatif

La résolution fait suite à une demande de la part de 18 fédérations et associations socioculturelles, culturelles et sportive de faire de la FWB une "entité hospitalière". Ils avaient adressé une lettre à l’ensemble des élus du Parlement. Après l’arrestation de personnes sans-papiers au sein de l’association Globe Aroma, un grand nombre d’acteurs du secteur associatif s’étaient ainsi mobilisés.

En effet, si le secteur peut s’associer avec les autorités sous certaines circonstances, il n’en souhaite pas moins préserver son autonomie. Comme dans l’Aide à la Jeunesse, le mélange entre prévention et répression peut véritablement nuire à l’efficacité de l’action sociale. Dans le cadre de la politique sécuritaire mise en place ces dernières années, la revendication est donc particulièrement forte afin de faire face à d’éventuels débordements des autorités.

- [A lire] : "Buiten !", le secret professionnel...

La rédaction



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus