Le PTB obtient la présidence de la commission de la santé

Le PTB obtient la présidence de la commission de la santé

Le PTB va hériter de la présidence de la commission de la santé à l’issue de la conférence des présidents de la chambre. Thierry Warmoes est le député qui a été désigné pour cette fonction. Le MR a condamné cette nomination d’un membre du parti d’extrême gauche.

Pour rappel, une commission parlementaire est un groupe constitué d’un nombre limité de députés chargés d’examiner et débattre autour de question législative relevant de ses compétences. Le président d’une commission n’a pas de pouvoir législatif direct, son rôle est d’organiser et orienter le débat au sein de la commission.

- [A lire] : Elections 2019 : les propositions des partis pour la santé !

Un rôle limité

La nomination de Thierry Warmoes à la présidence de la commission de la santé a provoqué une levée de boucliers de la part des libéraux francophones, comme en atteste la réaction de Caroline Taquin du MR. « Le MR a toujours été le défenseur naturel et sincère du travail des acteurs indépendants de la santé, nous veillerons à ce qu’il ne soit pas mis en péril par la présidence communiste qui s’installe », a-t-elle commenté à la DH. Or, bien que la présidence de la commission ait un rôle dans le processus de la commission, ce rôle est limité et ne lui permet pas d’installer un quelconque climat politique. Il ne peut pas passer en force ou outre-passer la commission. Pour avoir un impact politique il faut une majorité d’élus de la commission derrière lui.

La santé vue par le PTB

Dans ses propositions pour la santé, le parti du travail belge a longuement évoqué la priorité de la santé mentale. Mais plus généralement, le parti mise sur une vision où la société doit garantir les soins de santé, mettant ainsi le marché hors-jeu. L’Etat doit investir dans des soins de santé publics, humains et de qualité, faisant ainsi directement écho aux crises du secteur actuelles. Le PTB a pour objectif de remettre la santé comme un droit universel et loin de la marchandisation. Loin d’avoir le pouvoir législatif, cette présidence pourra néanmoins permettre au PTB d’orienter le débat de la santé vers sa logique politique.

B.T.

- [A lire] : Psychologue, infirmier, kiné... : quels partis sont prêts à vous défendre ?



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus