Masques : "Le groupe met en relation les personnes en demande et les couturières"

Masques:

En Belgique, un vaste élan de solidarité est né pour aider le personnel de la santé mais aussi du social à faire face à la pénurie de masques. Dans ce cadre, des initiatives se multiplient pour faciliter les contacts entre les personnes ou asbl en demande et les citoyennes qui proposent leurs services pour coudre des protections en tissu. C’est le cas notamment du groupe Facebook « Masque tissu - Solidarité Coronavirus - Belgique - Création et distribution ». Il a permis l’échange d’au moins 4.000 masques depuis une semaine et demie. Interview de Jessie, à la base de ce projet d’entraide.

Guide Social : Comment est né le groupe « Masque tissu - Solidarité Coronavirus - Belgique - Création et distribution » sur Facebook ?

Jessie : L’idée a germé grâce au groupe « Solidarité Bruxelles », né très vite sur le réseau social après le début du confinement. Assez rapidement, beaucoup d’internautes ont proposé leur aide pour confectionner des masques en tissu. Autant de démarches individuelles où chaque personne agissait dans son coin. C’est là que nous avons eu l’idée de rassembler les demandes et les offres sur un même groupe afin de faciliter les échanges, les contacts entre les citoyennes qui cousent et ceux et celles qui en ont besoin. La priorité a souvent été donnée au personnel soignant mais d’autres secteurs en ont aussi cruellement besoin comme les associations qui travaillent avec les sans-abris. Le groupe s’adresse donc également aux asbl, aux petites associations de la santé, du social… en recherche du matériel de protection pour poursuivre sereinement leur travail de terrain. Ainsi, l’asbl L’Ilot, qui lutte contre le sans-abrisme, est passée par notre groupe, tout comme l’asbl DIOGÈNES, un service de travail de rue pour les personnes sans-abri. Il y a eu aussi une série de maisons de repos. Notre groupe a donc permis de mettre en contact ces structures avec des coutières actives aux quatre coins de la Belgique.

Guide Social : Le but de votre groupe Facebook est également de centraliser une mine de renseignements à destination des couturières ainsi que des bénéficiaires des masques.

Jessie : Nous répertorions toutes les consignes et nous essayons vraiment de clarifier au maximum les informations. Nous diffusons également les modèles de masques, les patrons validés par les instances officielles comme par exemple le SPF Santé. Le but du groupe est aussi de rappeler les consignes pour fabriquer les masques en tissu mais également les recommandations sur la manière de les porter efficacement. Sur le groupe, nous répertorions aussi les magasins de tissus encore ouverts qui offrent leurs services par livraison. Bref, nous essayons d’offrir une mine d’informations. Le but est d’être aussi complémentaire d’autres initiatives, comme celle de la Région bruxelloise qui a lancé sa ligne de production de masques et qui a ses propres lieux d’écoulement. Notre mission est de s’occuper aussi de ceux qui ne sont pas repris dans la liste de Bruxelles.

"Le groupe s’adresse également aux asbl, aux petites associations de la santé, du social..."

Guide Social : Quel premier bilan tirez-vous ?

Jessie : Nous avons permis l’échange d’au moins 4.000 masques depuis une semaine et demie. Nous comptabilisons près de 3.000 personnes sur le groupe avec au minimum 150 couturières. Ces dernières sont originaires de toute la Belgique mais une majorité habite à Bruxelles. Ce serait bien d’avoir des personnes installées en Wallonie aussi. Nous en avons seulement quelques-unes sur le groupe. Conséquence : toutes les demandes de la région se concentrent sur ces personnes. Elles ont grandement besoin d’être rejointes par d’autres couturières.

Guide Social : Les citoyennes sont nombreuses à offrir leurs services. Comment percevez-vous cet élan de solidarité ?

Jessie : J’ai un avis mitigé sur la question. Clairement, ces nombreuses initiatives citoyennes pallient les manquements de l’Etat. En même temps, dans cette période difficile, anxiogène de confinement, elles permettent aux Belges de se sentir utiles et de pouvoir apporter modestement leur pierre à l’édifice afin de soutenir les personnes qui doivent coûte que coute poursuivre leur travail sur le terrain. Cette solidarité est porteuse de sens. Vraiment.

Propos recueillis par E.V.

Un Call Center lancé par la Région bruxelloise

La Région bruxelloise a lancé un appel aux volontaires pour la production de masques anti-projection. Pour ce faire, elle a initié la mise sur pied d’une ligne de production de masques de protection afin de répondre dans les plus brefs délais à la demande du secteur hospitalier. L’aide de personnes bénévoles actives à domicile est sollicité. Le recrutement est établi exclusivement via le Call Center (du lundi au samedi de 8h30 à 21h) au numéro : 02/519.22.85.

[Sur le même sujet] :
- Masques buccaux : les conseils, le tuto et le patron du SPF Santé
- SDF et Covid-19 : "Dans notre secteur, le télétravail n’est pas une option !"
- Caroline confectionne des masques en tissu pour les soignants
- Coronavirus : "Les infirmiers et infirmières à domicile sont les grands oubliés !"
- Les kinés face au coronavirus : "C’est la débrouille absolue !"



Commentaires - 1 message
  • je suis aiterese de aide a fair des masque

    lola 69 samedi 28 mars 2020 17:24

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus