Remboursement des soins psychologiques : les avis sont mitigés

Remboursement des soins psychologiques: les avis sont mitigés

Le remboursement partiel de consultations de soins psychologiques entre en vigueur à partir du mois de mars. Une mesure boudée par l’association professionnelle flamande des psychologues VVKP. Côté francophone, les avis sont mitigés.

La mesure, annoncée il y a un an deviendra officielle dans peu de temps. A partir de mars, certains patients souffrant de dépression, de dépendance à l’alcool ou d’angoisse auront l’occasion de suivre, sur prescription d’un généraliste ou d’un psychiatre, des séances chez un psychologue à coûts réduits. En effet, l’Etat prendra à sa charge une partie du coût, le patient devant s’acquitter que de 11 petits euros. Cette mesure doit permettre de rendre l’aide psychologique de première ligne plus accessible, l’argent étant souvent un frein pour les patients.

Une perte du chiffre d’affaires

Concrètement, les psychologues voulant pratiquer des traitements remboursés doivent conclure un contrat avec le réseau de soins de santé mentale duquel ils ressortent. Le coût de leur séance est alors plafonné à un euro/minute. Une contrainte que ne plaît pas à l’association flamande VVKP, qui a déconseillé à ses membres indépendants d’y souscrire. Avec ce plafond, les psychologues perdent environ 20% de leur chiffre d’affaires, explique la VVKP dans un communiqué (les séances de 45 minutes, étant majoritairement tarifées à 60 euros).

- [A lire]  : Le tarif des psys, l’éternelle polémique

Un constat mitigé

Côté francophone, les avis se font plus mitigés sur la mesure. L’UPPCF (Union Professionnelle des Psychologues Cliniciens Francophones) salue l’initiative mais souligne certains points noirs. « La mesure est beaucoup trop restrictive pour les psychologues cliniciens car elle impose des contraintes, elle ne reconnait pas notre autonomie et ne valorise pas nos honoraires », explique la présidente Catherine Choque, interrogée par Sudpresse. De plus, la mesure vise seulement les adultes, de 18 à 64 ans. Ce que reproche l’union. «  Les ados et les personnes âgées, sont aussi des publics à prendre en compte  ».

L’APPPsy, l’Association des psychologues praticiens d’orientation psychanalytique, elle, revient sur l’obligation pour le patient d’obtenir préalablement une prescription de son médecin. « Il est déjà difficile pour un patient souffrant de troubles psychiques de passer la porte d’un professionnel. Le fait de devoir s’adresser d’abord à son médecin pour pouvoir bénéficier d’un remboursement risque de le freiner totalement dans son élan », relève Alain Rozenberg, vice-président de l’Association à Sudpresse. L’APPsy émet, de plus, des doutes sur la durée du traitement, trop courte selon elle.

- [A lire]  : Soins psychologiques remboursés : Et les + de 65 ans alors ?



Commentaires - 1 message
  • www.petitions24.net/psychologues_inquiets

    Chers Collègues francophones,

    Depuis quelque temps, je participe au groupe de "psychologues inquiets" avec plusieurs collègues psychologues...

    L'un des sujets sur lesquels nous travaillons est l'élaboration de la "fonction psychologique de première ligne" comme Maggie De Block le propose.

    Puisqu'il apparaît maintenant qu'il est très difficile de mettre en oeuvre cette fonction de PPL dans de nombreux réseaux, il nous semble approprié de demander aux coordinateurs de réseau de renvoyer la mission au gouvernement. C'est seulement de cette façon que les propositions de Maggie De Block bloquent et qu'il peut devenir possible de renégocier l'interprétation du remboursement des soins psychologiques

    Nous avons donc lancé une pétition à ce sujet, que nous enverrons à tous les coordinateurs de réseau mi-Mars.

    Vous pouvez lire la lettre ici et, si vous la soutenez, la signer.

    www.petitions24.net/psychologues_inquiets

    Cordialement,

    Stef Joos, Philippe Grisar, Wouter Mareels, Tania Schuddinck, Mileen Janssen, Ilse Barbe

    membres des "psychologues inquiets" en Belgique.

    ps: cette initiative vient des psychologues qui sont membre d' UPPsy-BUPsy, VVKP, Klipsy et indépendents, mais l'initiative est privée. On ne veut pas que l'initiative soit recupérée par les associations professionelles. Merci.

    Bezorgde Psychologen mercredi 27 février 2019 11:16

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus