Sans-abri : plus de 1400 lits disponibles en Région bruxelloise

Sans-abri : plus de 1400 lits disponibles en Région bruxelloise

Sur fond de conflit autour du Parc Maximilien et de "La Porte d’Ulysse" et avec la saison froide qui approche, la problématique des places d’accueil pour les sans-abri revient au centre des discussions bruxelloises. La question qui se pose est de savoir si la Région dispose d’assez de places pour les réfugiés et pour les sans-abri.

La question des places d’accueil pour les personnes sans-abri revient aujourd’hui au centre des débats, notamment, suite à la décision de la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés de suspendre pour une période son activité d’hébergement pour des raisons de tensions autour du Parc Maximilien et du centre "La Porte d’Ulysse". Selon le directeur de l’ASBL “La Strada”, Yahya Samii, il existe actuellement plus de 1.400 places de nuit disponibles en Région bruxelloise. Ce chiffre ne prend pas en compte les centaines de lits mis à disposition par le centre “La Porte d’Ulysse”, ni les places proposées par des familles belges qui désirent aider les sans-abris.

- [A lire] : Les premiers "casiers solidaires" pour les sans-abris ont été installés à Liège

D’où vient ce chiffre ?

Les 1400 lits évoqués par l’ASBL “La Strada” comprennent les lits disponibles en maisons d’accueil ( environ 900) et les lits en hébergement d’urgence, qui s’élèvent à 500 unités. Ces derniers sont disponibles dans les structures du Samusocial, au Centre Ariane à Forest, etc. Cependant, il faut souligner que ce chiffre ne tient pas compte ni des places supplémentaires ouvertes en hiver, ni des places temporaires au boulevard Poincaré sur le site du Samusocial.

- [ Alire] : Aide aux sans-abris : une si difficile cartographie

Des places disponibles tant pour les réfugiés que pour les sans-abris

Concernant les hébergements proposés par la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés, ces derniers ont été destinés en premier lieu aux migrants qui arrivaient en Belgique. D’après Yahya Samii, cette problématique est beaucoup plus complexe : "Il ne faut pas oublier que la présence de migrants dans le public sans-abri existe depuis toujours. Les migrants bénéficient du système d’aide aux sans-abris, et, depuis des années, cela se passe dans l’autre sens aussi. On ne peut pas faire de discrimination", cite la RTBF.

Il précise aussi que cette situation a été révoquée il y a plusieurs années mais que le Fédéral n’a pas assumé son rôle : "En réalité, la Plateforme remplit un rôle qui a été délaissé par le fédéral". Pour lui, les migrants sont tombés dans "un jeu regrettable, avec le fédéral qui dit à la Région bruxelloise ’ne faites rien pour ce public, et il ne viendra plus chez vous’, alors qu’il s’agit bien d’êtres humains, et que ce postulat n’est de toute façon pas correct", écrit la RTBF.

- [A lire] : Le secteur des sans-abris, entièrement réformé

Une problématique complexe

Le directeur de "La Strada" déclare aussi que la demande de lits et d’aide "répond à un ensemble d’éléments complexe". Selon lui, les fermetures récentes de squats ont joué un rôle dans cette affaire. Il explique qu’actuellement à Bruxelles, il y a un manque de logements à bas prix et cette situation se combine avec la question de l’immigration.

L’ASBL "La Strada" compte deux fois par an le nombre des personnes sans-abri en Région bruxelloise. Le prochain dénombrement aura lieu au mois de novembre et devrait fournir une idée plus précise sur cette problématique.

La rédaction



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus