Soins de santé : le front commun dépose un préavis de grève

Soins de santé: le front commun dépose un préavis de grève

Le front commun syndical dépose un préavis de grève et d’actions à durée indéterminée dans les Soins de santé. La raison ? Le blocage de la Commission Paritaire des Etablissements et Services de Santé.


- [A lire] : Etudiants infirmiers : quand le stage se transforme en vrai calvaire…

Après le blocage de la Commission Paritaire des Etablissements et Services de Santé début du mois, une nouvelle réunion se tenait ce jeudi 26.

Pour rappel, le blocage concerne :

- les conventions d’exécution de l’Accord Social Non-Marchand du 25/10/2017 (vacances annuelles, stabilité des horaires, jours de formation, des contrats plus stables à temps plein, reprise de l’ancienneté…) ;
- le "rapportage" par lequel les employeurs doivent justifier de l’utilisation de l’argent destiné à la nouvelle classification barémique (le refus des employeurs empêche le lancement de la phase suivante, pour laquelle des budgets existent, et donc l’augmentation des salaires) ;
- le refus des employeurs de signer le protocole négocié pendant des mois au cabinet De Block, visant à encadrer socialement la mise en place des réseaux hospitaliers.

- [A lire] : Les travailleurs de l’hôpital Erasme ne sont pas des moutons !

Négociations sous haute tension

Le front commun a perçu positivement que les fédérations d’employeurs commencent enfin à vouloir réellement négocier. Des frémissements ont même pu être enregistrés dans les positions prises.

"Malheureusement, nous avons dû constater ce jeudi que les employeurs ne sont pas prêts à négocier l’ensemble des conventions d’exécution de l’Accord Social. Ils veulent seulement avancer sur des conventions pour lesquels ils peuvent, de leur côté, engranger une plus grande flexibilité", pointent les syndicats.

Et de prévenir : "Dans ces conditions, le front commun a dû se résoudre à déposer un préavis de grève et d’actions à durée indéterminée visant non seulement la situation dans la commission paritaire, mais aussi la nécessité de rendre les professions de la Santé à nouveau attractives (charge de travail, horaires, salaires…)."

- [A lire] : Santé en Lutte : le personnel médical livre ses revendications

Première journée de grève le 24 octobre

Au-delà des actions des Mardis des Blouses Blanches qui se poursuivent, le front commun organisera une première journée nationale d’action et de grève le jeudi 24 octobre, date du 2ème anniversaire de la signature de l’Accord Social.

Mais le plan d’action reste un plan d’action à durée indéterminée, avec des actions qui viseront aussi les négociateurs gouvernementaux. "En espérant que les employeurs entendent mieux le bruit des actions que les arguments lors des négociations", conclut le front commun.

- [A lire] : La colère gronde au sein des hôpitaux publics du réseau Iris



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus