Une hausse du tarif social pour l’électricité inquiète les CPAS

Une hausse du tarif social pour l'électricité inquiète les CPAS

Le tarif social sur l’électricité augmente de 22% ce mois-ci. Une mauvaise nouvelle pour les bénéficiaires du tarif mais aussi pour les CPAS, obligés de compenser leurs difficultés à honorer leurs factures.

Deux fois par an, la CREG (la commission de régulation de l’électricité et du gaz) établit le tarif d’électricité. Celui-ci se doit d’être au plus bas du marché. Mais les prix du marché en forte augmentation en 2018 obligent la hausse du tarif social. Une augmentation qui inquiète les CPAS et les politiques.

- [A lire] Elections : les CPAS lancent un SOS

La conséquence pour les CPAS

La hausse de 22% du tarif social va mettre à mal les budgets des CPAS. En effet, son augmentation n’est pas seulement une mauvaise nouvelle pour les petits revenus ou les allocataires sociaux qui en bénéficient. Les CPAS vont devoir compenser les difficultés de ces derniers en payant leurs factures énergétiques via le Fonds gaz-électricité.

«  Aujourd’hui déjà, l’accès au tarif social ne couvre pas toute la population en difficulté par rapport à leur facture de gaz et d’électricité. Il y a aussi des gens qui n’ont pas le tarif social qui se rendent aux CPAS pour avoir une aide sur la facture. Avec un tarif social qui augmente de 20% en électricité, 29% en gaz... on va se retrouver avec des gens encore plus en difficulté avec leurs factures  », explique Sabine Wernerus, de la fédération des CPAS de Wallonie, interrogée par Belga.

- [A lire] Quid des fonds pour lutter contre la précarité énergétique ?

La réponse des politiques

Afin de répondre à l’inquiétude des CPAS, le ministre de l’Intégration sociale, Denis Ducarme (MR), a débloqué 3,7 millions d’euros à cet effet. Pendant ce temps, les ministres de l’Économie, Kris Peeters (CD&V) et de l’Energie, Marie Christine Marghem (MR), ont convoqué, ce lundi, la CREG. « Ils souhaitent une explication sur la hausse récente du tarif social pour l’électricité. Ils demandent aussi des propositions pour permettre d’absorber cette hausse de prix », selon la porte-parole de Kris Peeters. «  Un tarif social pour électricité & gaz est un besoin pour beaucoup d’entre nous. C’est pourquoi le tarif doit rester aussi bas que possible  », a rajouté le ministre sur son compte Twitter.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus