Le kinésithérapeute, réparateur de douleur

Le kinésithérapeute, réparateur de douleur

Très sollicité dans le milieu sportif, mais pouvant exercer également dans un hôpital ou un centre spécialisé, le kiné a pour mission de traiter les douleurs et les affections en tous genres puis de proposer divers traitements en fonction des symptômes de ses patients. Cet article présente une série d’informations utiles à quiconque voudrait se lancer dans le métier de kiné !

En quoi consiste le métier ?

Le kiné utilise la thérapie par le mouvement pour traiter et rééduquer les affections osseuses, musculaires et articulaires. Son approche vise soit à réduire le risque de lésion, soit à entraîner une récupération optimale des capacités. Le kiné s’occupe aussi bien des troubles musculaires, respiratoires, neurologiques (lésions cérébrales), cardio-vasculaires, etc. Il est donc souvent appelé à intervenir dans le domaine sportif.

Il palpe, masse les muscles avec douceur ou intensément en fonction des besoins. Il utilise des crèmes, des pressions de froid et de chaleur, et même l’électricité.

A partir du diagnostic du médecin et d’un examen des radiographies, il décide du traitement à suivre : massages, étirements, exercices qui doivent être pratiqués par le patient durant la durée du traitement prescrit (renforcement musculaire). Il donne aussi des conseils au patient pour qu’il puisse également s’auto-rééduquer.

Il travaille la plupart du temps en libéral dans un cabinet privé, seul ou avec des associés, mais il peut aussi pratiquer dans un hôpital, un centre de rééducation. Mieux vaut pour lui éviter les régions saturées et privilégier les zones demandeuses (souvent les zones rurales).

Une bonne résistance physique est indispensable : il travaille la plupart du temps debout et est appelé à faire des efforts physiques prolongés. Enfin, il s’adresse aussi bien à des personnes blessées ou malades que handicapées.

- Lire aussi : Kiné : portrait d’une spécialiste de la Rééducation Posturale Globale

Compétences à acquérir et à développer

- Analyser et évaluer sur le plan kinésithérapeutique une personne, sa situation, et élaborer un diagnostic kinésithérapeutique
- Concevoir et conduire un projet thérapeutique en kinésithérapie, adapté au patient et à sa situation
- Concevoir et conduire une démarche de promotion de la santé, d’éducation thérapeutique, de prévention et de dépistage
- Concevoir, mettre en œuvre et évaluer une séance de kinésithérapie
- Etablir et entretenir une relation et une communication, dans un contexte d’intervention en kinésithérapie
- Concevoir et mettre en œuvre une prestation de conseil et d’expertise dans le champ de la kinésithérapie.
- Analyser, évaluer et faire évoluer sa pratique professionnelle.
- Rechercher et analyser des données professionnelles et scientifiques.
- Organiser une structure individuelle ou collective en optimisant les ressources.
- Organiser les activités et coopérer avec les différents acteurs
- Former et informer les professionnels et les personnes en formation.

Qualités requises

- Disponibilité et capacité d’écoute
- Patience
- Dynamisme
- Dextérité et délicatesse

Formation et salaire

Deux diplômes permettent d’accéder à la profession : un diplôme d’enseignement universitaire en kinésithérapie, et un diplôme d’enseignement supérieur non-universitaire en kinésithérapie

Dans le secteur public hospitalier, le salaire peut aller de 1600 euros nets par mois en début de carrière jusqu’à 3000 euros nets par mois pour un cadre de santé en fin de carrière.

Dans les établissements et services pour personnes handicapées, le salaire est d’environ 1600 euros nets par mois.

Enfin, s’il exerce en libéral, les revenus du kiné dépendent de la fréquentation de son cabinet par sa clientèle.

Perspectives d’évolution de carrière

Dans les hôpitaux, après une expérience professionnelle de quatre ans, le masseur-kinésithérapeute peut préparer le diplôme de cadre de santé en un an ou celui de directeur de soins, en deux ans. Il peut ainsi occuper un poste d’encadrement ou de formateur dans un service. Des spécialisations sont aussi possibles : kinésithérapie respiratoire, rhumatologie, sport...

Sources

Cidj.com
Métiers.be
URPS Kiné



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus