La FWB continue de lutter contre la violence à l’égard des femmes

La FWB continue de lutter contre la violence à l'égard des femmes

La Fédération Wallonie-Bruxelles continue de mettre en place le Plan intra-francophone de lutte contre les violences faites aux femmes. L’objectif : une meilleure prise en charge grâce à une meilleure formation des professionnels.

À l’approche de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes et alors que plus d’1 femme sur 3 en Belgique subi des violences physiques et/ou sexuelles depuis l’âge de 15 ans, Isabelle Simonis, ministre du Droit des Femmes, avance dans la mise en application du Plan national et du Plan intrafrancophone de lutte contre les violences faites aux femmes. Parmi ses projets, 4 nouvelles actions en cours de réalisation sont à mettre en évidence :

1.Afin de former les intervenants de première ligne, professionnels ou futurs professionnels dans les filières paramédicales, sciences humaines et sociales par exemples, à mieux identifier et à orienter les victimes de violences de manière adéquate, 4 modules de cours spécifiques liés aux violences seront disponibles au plus tard le 1er janvier 2018 dans 6 « écoles pilotes » de l’Enseignement de promotion sociale. Ces modules de cours, d’ores et déjà prêts, aborderont notamment les violences basées sur le genre, les violences conjugales ainsi que les mutilations génitales.

2.En collaboration avec, Rachid Madrane, en charge des Maisons de Justice, la nouvelle ligne d’écoute gratuite pour les victimes de violences sexuelles, ouverte en novembre 2016 (0800/98.100), sera prochainement renforcée. Une campagne de promotion du numéro sera également relancée à partir de ce samedi 25 novembre 2017.

3.En matière de jeunesse, afin d’actualiser les dernières statistiques disponibles, la ministre a lancé une étude sur les violences dans les relations amoureuses des jeunes avec une attention particulière portée sur les dangers inhérents aux réseaux sociaux et à internet, en étudiant l’impact sur les jeunes de l’exposition croissante à la cyberviolence et à la pornographie. Les résultats de cette étude, financée à hauteur de 100 000 euros, sont prévus pour la fin de l’année 2018.

4.Au niveau budgétaire, l’enveloppe spécifique allouée à la lutte contre les violences faites aux femmes sera doublée en 2018, atteignant ainsi les 300 000 euros et un projet de décret actuellement en cours d’élaboration, devrait venir pérenniser le soutien financier apporté aux associations de terrain actives dans ces matières. À cet égard, Isabelle Simonis déposera un texte sur la table du gouvernement dans le courant du premier semestre 2018.

« Les violences à l’égard des femmes constituent une problématique de société prioritaire. Il est donc primordial de travailler sur tous les maillons de « la chaîne des violences ». À côté de la nécessaire répression des auteurs, il faut donc également éduquer à l’égalité entre hommes et femmes dès le plus jeune âge, sensibiliser, mais aussi créer les conditions optimales pour libérer la parole des victimes et les accompagner au mieux dans leur différentes démarches », conclut la ministre.



Commentaires - 1 message
  • Où pourrons nous obtenir des renseignements sur les modules de cours ? (Dates, durée, tarifs...)

    EloïseB mercredi 22 novembre 2017 20:53

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.