"Infirmiers de rue" débarque à Liège

L’asbl « Infirmiers de rue  » va créer une antenne liégeoise. A partir du 13 mai prochain, l’association, déjà présente à Bruxelles, déambulera dans les quartiers de la Cité Ardente afin de prodiguer les premiers soins aux personnes sans-abri.

Selon le syndicat national des personnes sans-abri, Liège compterait plus de 500 personnes sans domicile fixe. Un constat qui coïncide avec le recensement effectué au CPAS de la ville. En octobre 2018, 470 revenus d’intégration dits « de rue » ont été octroyés. 26 d’entres eux seraient décédés l’année passée. La première cause de mortalité  ? Un mauvais suivi de la situation sanitaire. Une situation que compte endiguer l’asbl « Infirmiers de rue » en ouvrant son antenne liégeoise.

- [A lire]  : Le moment est venu d’avoir une politique de fin du sans-abrisme sur Bruxelles

Mettre fin au sans-abrisme

Camille Delvoye et Fanny Caprasse seront les premières à enfiler leur sac à dos « IDR ». Ces deux infirmières de formation ont travaillé à Liège avec des personnes sans-abri pendant plus de deux ans. C’est sur le terrain qu’elle se sont rendues compte du manque de professionnels de la santé dans le secteur. Mais aussi à quel point la présence de travailleurs médicaux en contact direct avec le milieu de vie des personnes sans-abri est cruciale. Avec «  Infirmiers de rue  », elles espèrent améliorer les conditions de vie de ces personnes et lutter contre le sans-abrisme dans la Cité Ardente.

Les deux jeunes femmes appliqueront la même méthodologie de travail que les infirmiers de rue de Bruxelles. Elles ont d’ailleurs eu l’occasion de se former au sein de l’équipe bruxelloise de l’association. Créé en 2005, «  Infirmiers de rue  » utilise l’hygiène et la valorisation des talents comme moyen d’entrer en contact avec les personnes sans-abri. Mais, l’objectif final est toujours le relogement de la personne suivie. Pour cela, l’infirmier de contact, en plus de prodiguer les premiers soins d’hygiène, joue un rôle d’intermédiaire entre les différents acteurs de santé et sociaux et la personne.

- [A lire] : Sans-abrisme : "Un manque de moyens et de ressources humaines !"

Une priorité politique 

Dans les déclarations de politique du Collège Communal et du CPAS, la fin du sans-abrisme est aussi à l’ordre du jour. La Commune compte d’ailleurs sur l’activation du service «  Infirmiers de rue  » pour renforcer le plan de lutte contre la pauvreté. Selon Laura Quintart, attachée de presse au CPAS de Liège, la fin du sans-abrisme n’est possible sans une concertation des différents acteurs. « Le problème du sans-abrisme ne peut être traité efficacement si les acteurs du secteur restent dans leurs coins. Pour cela, il faut renforcer les collaborations avec les différents acteurs de la santé. Mais aussi créer des partenariats solides avec la Croix-Rouge, les abris de jour, les abris de nuit, ou encore en matière d’aide alimentaire ».

- [A lire]  : Sans-abrisme : une préoccupation majeure du CPAS de Liège

Besoin d’un coup de pouce  !

Dès le 13 mai prochain, Camille Delvoye et Fanny Caprasse commenceront leurs maraudes en Cité Ardente. Afin que l’aventure commence dans les meilleures dispositions possibles, elles ont lancé un crowdfunding. L’argent récolté servira à financer leur matériel de terrain (sac-à-dos, pharmacie…) et un local ainsi que son aménagement. Elles espèrent réunir la somme de 15 000€ d’ici le 30 avril.

Pour participer, rendez-vous sur la page de leur crowdfunding  !

Le Guide Social est également sur Facebook et Twitter. Pour être tenu au courant en temps réel des dernières offres d’emploi et actualités du secteur, c’est simple, il vous suffit de cliquer sur « J’aime » et sur « Suivre » !



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus