SCMR en Wallonie, c'est parti !

SCMR en Wallonie, c'est parti !

La résolution pour la création de salles de consommation à moindres risques (SCMR) a été adoptée par le parlement wallon. Des expériences pilotes vont donc pouvoir être menées en Wallonie. Liège et Charleroi devraient ouvrir le bal.

La proposition de résolution déposée au parlement wallon par le cdH, le PS et le MR au début du mois de mars et adoptée à l’unanimité par la commission de l’Action sociale et de la Santé au mois d’avril a été soumise au vote du parlement wallon. A 70 voix et une abstention, la résolution a été adoptée. L’installation de salles de consommation à moindres risques (SCMR) en Wallonie, en tant que projets pilotes, sera donc désormais possible et un renforcement général des dispositifs existants contre les assuétudes devrait être engagé. Alors que Liège et Charleroi sont déjà candidates, le Fédéral fait toujours obstacle à la création de ce type de structures sur le long terme.

Le feu vert pour des expériences pilotes

La résolution votée mercredi autorise en Wallonie le lancement d’expériences pilotes de salles de consommation à moindres risques. Celles-ci admettent la consommation de drogues dures dans un cadre médical, grâce à la supervision de soignants.

Pour le moment, la première ville candidate est Liège, la proposition étant portée par 3 députés liégois : Benoît Drèze, Christine Defraigne et Alain Onkelinx. En effet, la ville prépare un projet de SCMR pour la fin du moins de juin, avec l’accord du conseil communal. Charleroi est aussi engagée pour ce type d’expérience, demandé depuis plusieurs années par le secteur associatif. " Liège est plus avancée que nous sur ce projet, mais, à Charleroi, une réflexion est déjà entamée en coulisses avec les acteurs de terrain comme le Relais social, Trempoline et le Comptoir pour mettre en place un groupe de travail en vue de la création de cette salle de consommation à moindre risque", a indiqué Véronique Salvi, députée carolo dépositaire de la résolution, à la Nouvelle Gazette.

- [A lire] : Drogues et salles de consommation à moindre risque : l’affaire de tous

Région et Fédéral s’opposent

Un obstacle demeure néanmoins : l’opposition du Fédéral. En effet, la loi en la matière, qui date de 1921, interdit la création d’un lieu de consommation. Malgré la demande du bourgmestre de Liège pour un aménagement législatif, Maggie De Block campe sur ses positions. En octobre 2016, elle avait déjà affirmé que les SCMR ne faisaient pas partie des priorités du Gouvernement et ne verraient pas le jour sous cette législature. L’une des causes de ce refus pourrait être la frilosité du côté flamand en la matière. Même si la proposition de résolution est adoptée le 9 mai, les autorités wallonnes devront donc tout de même trouver un arrangement avec le Fédéral d’un point de vue juridique.

La Wallonie, et de manière générale la Belgique francophone, sont pourtant très demandeuses d’un dispositif d’encadrement médical de la consommation de drogues. Alda Greoli, ministre wallonne de l’Action sociale, et Céline Fremault pour Bruxelles se sont ainsi exprimées toutes les deux pour la mise en place de SCMR. Le procureur du roi, Philippe Dulieu, a quant à lui déclaré qu’il ne s’opposerait pas à leur installation.

- [A lire] : Un projet de SCMR pour Bruxelles ?

Compléter les dispositifs existants

La résolution des députés wallons en faveur des SCMR vise à compléter les dispositifs existants déjà dans la lutte contre les assuétudes. En utilisant une approche de réduction des risques, ces salles peuvent notamment permettre une baisse du nombre d’overdoses et devenir un lieu d’information et d’accompagnement. Il s’agit aussi de limiter la consommation en rue en offrant un lieu couvert et sécurisé aux personnes toxicomanes. Présentes déjà dans 8 pays européens, les SCMR ont prouvé leur efficacité.

- [A lire] : Quelle évolution en matière de réduction des risques liés à l’usage de drogues ?

La rédaction



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus