Le Samusocial traverse une crise de confiance sans précédent

Le Samusocial traverse une crise de confiance sans précédent

L’ASBL Samusocial, acteur principal dans l’aide aux personnes sans-abri, rencontre actuellement plusieurs difficultés dans la réalisation de ses missions. Après le scandale traversé par l’association, la confiance du public a été mise à mal. Résultat : les dons se sont amenuisés…

Après les révélations, en mai 2017, des rémunérations outrancières perçues par plusieurs administrateurs du Samusocial, dont Pascale Peraïta, ancienne présidente du CPAS de Bruxelles et Yvan Mayeur, bourgmestre de Bruxelles à l’époque, le Samusocial a connu une période bien sombre. La crise a remis en cause toute l’organisation du Samusocial mais aussi son image auprès de l’opinion publique. Résultat : le Samusocial a fait face à une chute importante des dons. Selon Aurélien Doffigny, l’actuel CEO qui a remplacé Pascale Peraïta, interrogé ce lundi par Le Soir, l’ASBL a perdu l’équivalent de 700.000 euros de dons privés. Ces pertes engendrent de nombreuses difficultés dans la réalisation des projets et des missions. L’exemple le plus récent : le manque de bouteilles d’eau pour le plan canicule pour les personnes sans-abri.

- [A lire] : La commission d’enquête Samusocial présente son rapport

Regagner la confiance

Dans un communiqué de presse mis en ligne ce lundi, le Samusocial lance donc un appel aux dons de bouteilles d’eau.

A cette occasion, l’association tient à redorer son image. « Aujourd’hui nous tenons à rappeler que le Samusocial est redevenu fréquentable. L’association est gérée par de nouveaux dirigeants issus de la société civile qui partagent tous un même objectif : redresser l’association et en faire un exemple de bonne gouvernance et de gestion transparente », peut-on lire dans le communiqué.

Afin d’assurer une transparence et de rétablir la confiance, l’ASBL assure que plusieurs mesures ont déjà été actées : « non rémunération des administrateurs, double signature pour tous les actes, transparence des comptes et de l’affectation des dons ».

De plus, dans l’interview accordée au Soir, le directeur affirme que le personnel s’engage toujours à revenir vers les donateurs pour leur expliquer et présenter ce qui a été fait, avec factures et photos à l’appui si nécessaire.

Concernant le "NewSamusocial", « le cadre légal a été adopté le 25 mai mais les modalités concrètes ne sont pas encore connues. Rien n’émergera avant la rentrée. On réfléchit à nos missions. On fait énormément de choses en plus de la principale qui est l’hébergement d’urgence. On en fait peut-être trop… », assure Aurélien Doffigny.

- [A lire] : Qu’en est-il des travailleurs du Samusocial ?

Des pertes conséquentes

Depuis le scandale, l’association ne peut plus vraiment compter sur le soutien de donateurs et d’entreprises privées dans leur action d’aide aux plus démunis. L’actuel CEO estime que l’ASBL a perdu l’équivalent de 700.000 euros de dons privés, soit près de 300.000 euros par an, sachant que le budget annuel du Samusocial est de 19 millions d’euros.

Ce déficit de partenariat a un impact immédiat sur leurs actions de terrain et compromet l’aide que les équipes médico-sociales peuvent apporter aux personnes sans-abri.

Dans l’interview accordée au Soir, Aurélien Doffigny, évoque également la fuite du secteur public, et cite notamment la Loterie nationale.

- [A lire] : Aide aux sans-abri : l’importance de clarifier le secteur

Quelles conséquences sur le personnel ?

En début du mois de juin, le Samusocial a été contraint de licencier 31 travailleurs parmi les 73 qui travaillaient dans le programme d’accueil des demandeurs d’asile. Selon A. Doffigny, ici le problème est plutôt lié à la non-reconduction d’un projet d’accueil des demandeurs d’asile. « Au final, il y a eu vingt-deux licenciements secs. Il n’y a pas de projet de restructuration à l’ordre du jour. On se focalise sur l’assainissement de nos dettes au CPAS et à l’ONSS », a-t-il déclaré au Soir.

Enfin, il y a quelques mois, le Samusocial, par le biais de sa porte-parole, Marie-Anne Robberecht, avait annoncé ne plus être en mesure d’assurer les maraudes tous les soirs à cause d’un manque de personnel.

Lien vers le communiqué du Samusocial

Lien vers l’interview du Soir



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus