Moins d'accidents pour les pompiers bruxellois

Moins d'accidents pour les pompiers bruxellois

Au SIAMU, les mesures de prévention mises en place ont permis une baisse des accidents du travail. 182 ont tout de même été recensés : un chiffre qui témoigne tout d’une exposition particulière au danger.

Les mesures de prévention mises en place au SIAMU auraient permis une baisse du nombre d’accidents du travail. Après la question du manque d’effectifs, qui a récemment fait l’objet de grèves, c’est donc celle de la sécurité des pompiers bruxellois qui se pose, face à une exposition particulière au danger.

Des chiffres en baisse

Pour limiter les accidents, des mesures de prévention ont été mises en place. Selon la secrétaire d’Etat en charge Cécile Jodogne, qui a aussi lancé une réforme de l’organisation de l’institution, elles portent leurs fruits et les pompiers se blessent de moins en moins. Les chiffres enregistrés par le SIAMU indiquent encore 182 accidents en 2017, alors qu’en 2010, 266 pompiers-ambulanciers du SIAMU avaient été victimes d’accidents de travail. Cela représente donc une baisse de près de 32%.

[A lire] : Au SIAMU, le terrain gronde et l’enquête démarre

Se former pour limiter les risques

Les pompiers-ambulanciers ont accès à des formations qui favorisent les mises en situation et mettent l’accent sur l’importance d’assurer sa propre sécurité en intervention. Ce sont les interventions en ambulances, qui représentent 80% des sorties, qui causent le plus d’accidents. Cécile Jodogne souligne ainsi que "les techniques de travail et le matériel deviennent de plus en plus pointus, ce qui permet de limiter le nombre d’accidents."

[A lire] : Grèves : après le SIAMU, les agents pénitentiaires

Une exposition particulière au danger

En situation d’urgence, les pompiers-ambulanciers du SIAMU doivent pouvoir limiter leur exposition au danger tout en étant très efficaces. Une situation d’autant plus difficile que chaque intervention est différente. Pour Cécile Jodogne, la sécurité au travail des pompiers doit faire l’objet d’une certaine vigilance. "Les pompiers et les ambulanciers sont de plus en plus confrontés à des comportements indésirables ou agressifs. La majorité de ces comportements sont dus à des personnes sous l’influence de l’alcool ou de stupéfiants", explique-t-elle, "C’est totalement inadmissible car les pompiers-ambulanciers ont pour mission première d’apporter leur aide à la population. Des mesures ont donc été prises pour inciter le personnel à davantage signaler ce genre de comportements et pour améliorer le suivi de plaintes éventuelles."

[A lire] : Une Commission spéciale pour le SIAMU



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus