Plus de places pour les sans-abris !

Plus de places pour les sans-abris !

Face à la vague de froid qui touche le pays cette semaine, les organismes d’hébergement d’urgence pour les sans-abris se mobilisent. A Bruxelles, à Charleroi ou encore à Liège, des places ouvrent dans les hébergements de nuit et de nouveaux dispositifs sont mis en œuvre. Pour venir en aide aux sans-abris, des projets étudiants voient aussi le jour.

Si des investissements sont faits pour lutter contre le sans-abrisme à Bruxelles, le problème reste majeur dans tout le pays, surtout avec l’arrivée de la vague de froid. Le plan Grand Froid en Wallonie et le Plan Hiver à Bruxelles ont été mis en place depuis mi-novembre, mais les places manquent toujours dans les hébergements de nuit. Les centres ouvrent donc des places supplémentaires cette semaine et des dispositifs sont instaurés à Bruxelles, Charleroi et Liège pour des personnes précarisées. Un projet a aussi été vu le jour grâce à des étudiants bruxellois en architecture : ils proposent des studios démontables à installer dans les logements inoccupés de la capitale.

Plus de places en hébergement d’urgence

Dans le cadre du Plan Hiver, le Samusocial a décidé d’ouvrir vendredi 23 février un centre supplémentaire de 50 à 70 lits pour des hommes. Le centre est situé rue Borrens à Ixelles et offre un accueil de 21h30 à 8h du matin. Grâce à ces mesures, les places prévues pour l’hébergement d’urgence ne sont pas saturées et des lits pour tous les publics sont disponibles.

A Charleroi, un abri de crise a aussi été ouvert avec 12 lits supplémentaires. Il a très vite été complet. Une collaboration avec la SNCB a aussi été mise en place, ce qui permet de mettre à disposition une salle chauffée équipée de lits dans la gare en cas d’urgence. En Région liégeoise, un abri de nuit a aussi été ouvert à Coronmeuse.

De nombreux dispositifs

L’hébergement de nuit n’est pas le seul dispositif employé pour venir en aide aux personnes précarisées. Le Samusocial oriente ainsi les personnes vers des centres d’accueil de jour, où elles peuvent bénéficier d’une mise à l’abri permanente si elles le souhaitent. Le Dispositif « 86.400 » offre des repas chauds, un accès aux sanitaires, des habits chauds, des soins et un accompagnement social spécifique dans ces centres. Les familles avec enfants peuvent aussi accéder à des sites d’accueil ouverts toute la journée et toute la nuit. A Charleroi, la Croix-Rouge distribue vêtements et couvertures à tous ceux qui le demandent et un numéro d’urgence social est disponible 24h/24.

Le Samusocial mentionne l’importance des maraudes du soir, qui permettent d’assurer une veille humanitaire pour les personnes qui ne souhaitent pas dormir dans un centre. Les ministres bruxellois Céline Frémault et Pascal Smet ont aussi rappelé que les citoyens qui aperçoivent des personnes en danger dans les espaces publics peuvent en faire le signalement au numéro vert du Samusocial, qui dépêchera une maraude sur place. A Liège-Angleur, la Croix-Rouge, en collaboration avec le Relais Social et le CPAS organisent aussi des maraudes afin d’inciter les sans-abris à dormir en centre de nuit.

Une initiative étudiante pour les sans-abris

Les organismes à but social ne sont pas les seuls à venir en aide aux sans-abris. En effet, des étudiants en architecture à Bruxelles ont conçu des studios entièrement démontables et sans vis à installer dans les bâtiments inoccupés de la ville. Ils devraient accueillir leurs premiers locataires d’ici un an. Baptisé Home for Less, le projet est à l’initiative de l’ASBL L’Ilôt et a inauguré ses logements il y a un an.

Voir la vidéo de BX1 sur le projet

Crédit photo Samusocial

[A Lire]

- Le secteur des sans-abris entièrement réformé
- Le plan Grand Froid pour lutter contre le sans-abrisme
- Le premier d’Housing First de l’ASBL Archi Human verra bientôt le jour



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus