Pour une première ligne d’aide et de soins forte : donnez votre avis !

Pour une première ligne d'aide et de soins forte: donnez votre avis !

Be.Hive, la chaire francophone interdisciplinaire et interuniversitaire de la première ligne, souhaite récolter l’avis des assistants sociaux, des ergothérapeutes, des sages-femmes ou bien encore des logopèdes. Le but de cette enquête ? Connaitre la perception des acteurs de la première ligne sur leur milieu de travail. Les données serviront à écrire un « livre blanc ».


- [A lire]  : La Flandre réforme les soins de première ligne

Avec trois universités et trois hautes écoles, mais aussi une représentation exhaustive des acteurs de terrain, la chaire francophone interdisciplinaire et interuniversitaire de la première ligne souhaite réaliser des recherches et partager ses connaissances avec les principaux intéressés : les acteurs de terrain. Le but est également de jouer un rôle clé dans l’enseignement des futurs professionnels.

« La qualité d’un système de santé se mesure notamment par rapport à la qualité de sa première ligne. Cette première ligne de soins et de l’aide devrait être capable d’encourager les personnes à prendre soin de leur santé et à accéder aux ressources disponibles, tout en offrant des soins proactifs, globaux et inclure la personne ou le patient comme partenaire de ses soins. Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas », déplore la chaire.

- [A lire]  : Soins à domicile, ça passe aussi par la 1ère ligne !

De nombreux professionnels sont concernés !

Dans ce contexte, Be.Hive vient de lancer un questionnaire afin de récolter la perception que les travailleurs de la première ligne ont de celle-ci. Deux questions sont centrales dans cette enquête : qu’est-ce qui s’y passe bien et que faudrait-il y améliorer ? Cette initiative s’adresse à une pléiade de professionnels, à savoir les accueillantes, les aides familiales, les aides-soignantes, les assistants sociaux, les dentistes, les diététiciens, les ergothérapeutes, les infirmiers, les kinésithérapeutes, les logopèdes, les médecins généralistes, les ostéopathes, les pharmaciens, les podologues, les psychologues et finalement les sages-femmes.

« Tous les acteurs de la première ligne sont concernés : les personnes qui utilisent la première ligne, leurs aidants, les associations qui les représentent, les professionnels (actuels et futurs), les managers, les politiques et les enseignants des 16 professions de la première ligne. Mais les professionnels travaillant dans d’autres lieux de soins (hôpitaux, institutions et services de promotion de la santé, …) ont aussi leur avis sur la première ligne », rajoute Be.Hive.

- [A lire]  : Décret ambulatoire : vers plus de souplesse pour le terrain ?

Avec les résultats de ce questionnaire, la chaire a pour ambition de rédiger un « livre blanc ». « Un texte de vision pour une première ligne francophone plus forte, inspirée par votre expérience et celle des pays et régions similaires », précise-t-elle.

Concrètement, répondre à ce questionnaire vous prendra une demi-heure environ. Il convient de le remplir avant le 30 septembre prochain.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus