Rééducation périnéale : "Des sages-femmes sanctionnées par l’INAMI"

Rééducation périnéale:

Bien que formées à cette pratique, les sages-femmes indépendantes n’ont pas la possibilité d’offrir un remboursement des séances de rééducation du périnée à leurs patientes, contrairement aux kinés. Nombreuses praticiennes contournaient cette situation en utilisant un code INAMI « fourre-tout ». Face à cette utilisation abusive, l’INAMI a serré la vis et a sanctionné des sages-femmes.

« Nous sommes victimes d’une chasse aux sorcières comme si nous étions des illégales, des fraudeuses », s’insurge une sage-femme indépendante, qui a souhaité garder l’anonymat par peur des représailles. « Quatre de mes collègues ont reçu un courrier où on les accuse de fraude à l’INAMI. C’est d’une profonde injustice. Une de ces professionnelles craint carrément de devoir contracter un prêt pour payer l’amende, pour rembourser les heures qu’elle a prestées. C’est fou. L’INAMI a directement procédé à des sanctions, sans rappel à l’ordre préalable. Cela met dans l’embarras toute une profession. » Mais, que reproche concrètement l’INAMI à ces indépendantes ? D’avoir utilisé de manière incorrecte un code INAMI dans le but de permettre aux patientes d’obtenir le remboursement de leurs séances de rééducation périnéale. Or, les sages-femmes n’en ont pas le droit…

- [A lire] : Violences obstétricales : patientes et sages-femmes en souffrance

Elles attendent depuis 2006 le fameux code

Actuellement, seuls les kinésithérapeutes sont autorisés à offrir un remboursement des séances de rééducation périnéale aux femmes. Par contre, les sages-femmes, n’en ont pas le droit et ce malgré le fait qu’elles sont tout aussi formées à cette pratique. « Dans notre cursus de base, nous avons des cours au sujet de la rééducation périnéale. De plus, dans les écoles, on nous invite vivement à nous former davantage à cette pratique. Et donc, depuis des années, beaucoup d’indépendantes se sont spécialisées. Elles pratiquent cette rééducation et la facturent aux mutualités », pointe-t-elle. Et de rajouter : « Depuis 2006 nous attendons l’approbation de ce fameux code nous permettant les remboursements pour les séances de rééducation périnéale », note-t-elle. « Ironie de la situation : les kinés l’ont demandé en 2014 et reçu en 2016 ! »

Souci et de taille : comme elles ne disposent pas d’un code INAMI prévu à cet effet, les professionnelles utilisaient, depuis de nombreuses années maintenant, un code INAMI à la dénomination plutôt vague pour permettre aux patientes de bénéficier d’un remboursement des séances. « On justifiait ces soins avec le code « consultation en cas de complications post-partum. » Cela veut tout dire ou rien dire... C’était le seul code à notre disposition qui nous permettait de justifier les soins de rééducation du périnée. Cette dernière nécessite neuf séances. Beaucoup de femmes n’ont pas les moyens de financer tout cela de leurs poches. »

- [A lire] : Les séjours raccourcis en maternité font du tort aux sages-femmes

Une amende salée…

Face à ce qu’il juge comme une utilisation abusive du code voire carrément une fraude, l’INAMI est passé à l’action récemment afin de faire respecter la législation en vigueur. L’arrêté royal n°78 relatif à l’exercice des professions des soins de santé prévoit à l’ Art. 21octiesdecies, §4 : « Le Roi fixe, après avis du Conseil fédéral des Sages-femmes, les modalités et les critères de qualification particulière permettant au titulaire du titre professionnel de sage-femme de pratiquer la rééducation périnéo-sphinctérienne. » Et, à ce jour, le Roi n’a pas encore fixé ces modalités. La rééducation périnéale est donc bel et bien réservée aux kinésithérapeutes, pointe-t-on du côté de l’institut national d’assurance maladie invalidité.

Une lettre recommandée a donc été envoyée à plusieurs praticiennes. Elles sont tenues de fournir des dizaines de preuves concernant une série de prises en charge. « Mes collègues ont des ennuis judiciaires. Une de ces personnes est accusée de pratique illégale de la kinésithérapie. Une première audience a eu lieu et elle a fait appel. Actuellement une enquête est en cours et les avocats sont sur le coup. On parle quand même d’un risque de devoir rembourser 30.000 euros ! L’amende peut en effet aller de 5 à 150% du remboursement initial… C’est totalement injuste. Ces professionnelles ne l’ont pas fait pour s’en mettre plein la poche mais pour aider les femmes à accéder à des soins. » Elle rajoute : « L’INAMI nous dit : vous avez le droit d’effectuer ces gestes sur vos patientes mais vous n’avez pas le droit de nous les facturer. »

- [A lire] : Sages-femmes indépendantes : bien attester les soins prénataux

Un coup dur pour les professionnelles et les patientes

Pour notre interlocutrice, c’est un vrai coup dur pour beaucoup de sages-femmes indépendantes qui pratiquent la fameuse rééducation. Certaines ont centré leurs services sur cette pratique. Elle juge également que c’est une catastrophe pour les patientes. « Certaines ne sont pas d’accord d’aller chez un kiné. Elles veulent une continuité des soins avec leur sage-femme. Pourquoi devoir aller voir quelqu’un d’autre quand on est contente et en confiance ? Parfois chez le kiné, elles ne font l’objet d’aucun examen ou doivent suivre des séances collectives. Cela en refroidit certaines. Après loin de moi l’idée de dire que les kinés ne travaillent pas bien. Certains sont convenablement formés et offrent une prise en charge correcte. »

Face à ce resserrement des règles, la plupart des sages-femmes indépendantes ont choisi de cesser tous les remboursements pour les séances de rééducation périnéale. Une question de survie. Elles ne peuvent évidemment pas se permettre de subir les lourdes sanctions de l’INAMI.

- [A lire] : Le statut de sage-femme, bien malmené... à tort !

E.V.



Commentaires - 4 messages
  • Après la naissance de ma fille, ma sages-femme était la personne principale qui se souciait de mon état physique et à qui j'osais demander du rééducation. Elle s'est occupé de moi pendant toute ma grossesse, c'était que normale et logique que c'était elle qui s'est occupé de mes problèmes post-parteme. Je suis dégouté qu'on osé lui dire qu'elle ne peut pas offrir ces soins nécessaires à ces clients dont elle est formé à offrir ! Oui, oui, elle puisse le faire mais ne puisse pas les facturer à l'INAMI. C'est ridicule et contradictoire et les femmes perdent une énorme service de santé à cause de toute cette affaire. C'est honteux et dégoûtant.

    MistyRae82 mardi 26 novembre 2019 10:00
  • C'est vrai que c'est honteux, injuste et dégoutant !
    C'est irrespectueux envers ces professionnelles et envers leurs patientes...C'est violent.

    Cela doit changer, les sage-femme doivent pouvoir bénéficier d'un code inami pour la rééducation périnéale. Sans plus tarder.

    Marjolaine Van Brussel jeudi 28 novembre 2019 14:03
  • C'est honteux et scandaleux. Quand on voit tout ce qui se trame dans les coulisses politiques corrompues jusqu'à l'os et c'est encore le contribuable qui paye. Ici des pauvres sages femmes qui font rien d'autre que leur travail en toute légitimité et qui rendent un énorme service à la société, voilà comment le gouvernement les traite. Je pousse un coup de gueule contre cette société qui va droit au mur. Citoyens, serrez vous les coudes et continuez ainsi, arrêtons de soutenir ce système et donc faites fi des demandes de remboursement de la mutuelle. D'ailleurs j'invite les gens à se désinscrire et on verra bien comment ils vont réagir....S'il faut en arriver là pour se faire respecter, autant agir dans ce sens.

    Citoyenne belge jeudi 28 novembre 2019 21:52
  • Pour ma 1ère grossesse j'ai été suivi par une gynécologue. Pour la deuxième par ma sage femme qui m'avait vu après ma première grossesse. Elle était là seule à me soutenir dans la dépression prénatal que je vivais et à m'encourager durant nos séances de rééducation. Àa m'a fait un bien fou. Je n'aurai pas pu avoir de soutien avec une Kine Car je n'aurai pas pris la peine de toooooout réexpliquer. Elle connaissait déjà toute ma situation et ses séance de rééducation étaient un vrais bonheur. Elle pouvait me donner d'autres conseils concernant la maternité (allaitement, lochies, sexualité) chose qu'une kine ne serait pas en mesure de m'offrir.
    Il y a énormément de personne qui ont besoin des kinésithérapeutes laissons la rééducation périnéale aux sages femmes !

    ElFaso jeudi 5 décembre 2019 19:55

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus