Saga des masques buccaux : "Les masques tombent !", dénonce Axxon

Saga des masques buccaux:

Le torchon brûle entre les autorités politiques et Axxon, association représentative des kinésithérapeutes en Belgique. La cause de cette mésentente ? Les fameux masques buccaux. Pour Axxon, les autorités rejettent l’échec de leur politique sur les associations professionnelles.

Dès le début de la crise du COVID-19, Axxon a à plusieurs reprises interpellé le cabinet De Block pour que du matériel de protection – masques buccaux en tête - soit distribué aux kinésithérapeutes qui traitent les patients pour des soins urgents et nécessaires. À la demande du SPF Santé publique, AXXON a établi une liste de kinésithérapeutes répertoriés comme compétents en kinésithérapie respiratoire, en précisant que les kinésithérapeutes de première ligne ne pouvaient pas être oubliés.

Au cours de la deuxième semaine de cette crise, le cabinet De Backer est devenu responsable de la gestion du matériel de protection. Durant la troisième semaine, le cabinet Geens a également été impliqué.

« À ce jour, force est de constater que nous assistons à une désorganisation totale associée à une non-communication permanente », s’insurge Axxon, dans un communiqué. « Depuis la semaine dernière, le gouvernement a décidé de n’accorder des masques qu’aux kinésithérapeutes détenant une qualification professionnelle en kinésithérapie respiratoire, laissant ainsi sur le carreau les quelque 15.000 autres kinésithérapeutes de première ligne. » L’association représentative de la profession en Belgique dénonce un autre souci : selon elle, le matériel de protection aurait été livré au domicile de ces kinésithérapeutes alors que ceux-ci travaillent majoritairement au sein des hôpitaux.

Aucune liste complète des kinés actifs

« La distribution incohérente du matériel de protection illustre à merveille l’incompétence dont ont fait preuve ceux qui devaient assurer cette tâche », poursuit Axxon. « Nous demandons au gouvernement depuis 10 ans qu’un cadastre dynamique soit créé, afin de connaître en temps réel le statut et la fonction de chaque kinésithérapeute. Cela aurait permis aujourd’hui d’établir des listes claires, permettant une distribution efficace du matériel de protection indispensable pour assurer les soins en toute sécurité, tant pour le patient que pour le kinésithérapeute. »

L’association professionnelle estime que la communication entre les autorités et les communes, en charge de la distribution du matériel de protection, est chaotique. Conséquence : certaines administrations communales renverraient les kinésithérapeutes vers l’association professionnelle. « Il n’est pourtant pas de notre responsabilité d’établir les listes citées ci-dessus et il est affligeant de constater qu’aucune liste complète des kinésithérapeutes actifs dans notre pays ne soit disponible », martèle Axxon avant de conclure : « Plutôt que de rejeter la faute sur les autres, il est grand temps que les autorités assument leurs responsabilités. »

[Sur le même sujet] :
- "Certains kinés font fi du respect des consignes de prudence !"
- Covid-19 : "Le gouvernement abandonne les kinésithérapeutes à leur sort"
- Les kinés face au coronavirus : "C’est la débrouille absolue !"
- Covid-19 : plus de 2.500 kinésithérapeutes se portent volontaires
- Coronavirus : les indépendants font face au danger de la faillite
- Axxon conseille de reporter les soins de kinésithérapie non-urgents
- Coronavirus : les professionnels de soins indépendants bénéficieront d’un revenu de remplacement
- Au moins 600 volontaires pour former la réserve médicale à Bruxelles
- Le Covid-19 reconnu maladie professionnelle pour le personnel de santé
- Le cri d’alarme des infirmières à domicile en 1ère ligne face au virus
- Masques buccaux : les conseils, le tuto et le patron du SPF Santé
- Confinement coronavirus : tous à nos fenêtres !



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus