Santé en Lutte : le personnel médical livre ses revendications

Santé en Lutte: le personnel médical livre ses revendications

Ce vendredi 13 septembre, une centaine de professionnels du secteur médical se sont réunis afin de définir les revendications autour de l’étendard commun : la santé en lutte. Obtenir enfin une amélioration salariale, stopper le management inhumain et autoritaire, ne plus utiliser les stagiaires comme main d’œuvre gratuite… : les travailleurs ont pointé une série de revendications.

[DOSSIER]
- Lettre aux élus : venez à nos places tenter de réparer les vivants
- Les travailleurs de l’hôpital Erasme ne sont pas des moutons !

A l’issue de cette première assemblée générale, un constat alarmant se dégage immédiatement : la situation des soins de santé est néfaste autant pour les professionnels que pour les patients. L’assemblée se désole de voir que le système de santé ne remplit plus sa mission première à savoir, celle d’offrir et d’assurer des soins de qualité universelle dans une sécurité optimale à la fois pour les bénéficiaires comme pour les travailleurs.

- [A lire] : La colère gronde au sein des hôpitaux publics du réseau Iris

Pallier le manque de moyens

L’une des premières revendications que l’on retrouve est sans surprise la demande de pallier le manque de moyens qu’il soit en termes de personnel ou de financement. L’assemblée demande un refinancement des soins de santé tout en apportant une transparence sur l’utilisation de ce budget alloué. Pour assurer la qualité des soins, il est aussi demandé l’engagement de plus de personnel médical pour faire face à la crise du secteur et prévenir ainsi l’augmentation croissante des patients. Les professionnels présents demandent aussi une révision des normes d’encadrement, pour que celles-ci puissent réellement tenir compte des difficultés du terrain ainsi que de sa réalité.

- [A lire] : Iris : "Le personnel se détruit la santé... à soigner les autres !"

Améliorer le statut et les conditions des professionnels

Le front commun syndical a déjà lancé l’alerte sur ce point que reprend tout naturellement l’assemblée générale de Santé en Lutte. Il est question de dénoncer le fait que les professionnels du secteur soient les parents pauvres du système. Les syndicats ont déploré la sidérante constatation que depuis, dix ans, il n’y a eu aucune augmentation salariale. L’assemblée en appelle donc à une revalorisation de tous les métiers de la santé ainsi qu’un arrêt de la précarisation des emplois.

L’amélioration des conditions de travail représente un gros point des revendications qui étaient déjà, pour la plupart, exprimées par le mouvement des Blouses Blanches. Les professionnels souhaitent l’arrêt de ce système et de ce management inhumain et autoritaire qui traite le personnel ainsi que les bénéficiaires comme des chiffres. Ils souhaitent sortir de cette logique où la santé doit être rentable et juteuse. L’amélioration des conditions de travail passe par l’arrêt de cette logique mais également par la diminution des charges ainsi que du temps de travail, ce dernier devenant insurmontable pour de nombreux professionnels. En atteste le fort taux de maladies professionnelles.

- [A lire] : Mardi des blouses blanches : le cri noir du service hospitalier

Repenser le secteur

L’assemblée en appelle aussi à repenser le secteur ainsi que sa logique. Elles souhaitent que les patients ainsi que les professionnels puissent être associés à toutes grandes décisions concernant le secteur. Cela doit passer par un arrêt de la dynamique de marchandisation des soins ainsi que du recours au privé qui se fait par l’externalisation des services. Le secteur de la santé ne doit pas se dégrader plus qu’il ne l’est. Il faut qu’il retrouve une vitalité loin du privé et cela passe, notamment, par l’amélioration des conditions de travail, l’arrêt d’une certaine vision politique qui met à mal le secteur ainsi qu’une véritable politique d’attractivité des métiers de la santé.

L’amélioration des études de soignant est primordiale comme il est tout aussi primordial, pour l’assemblée, d’arrêter d’utiliser les stagiaires comme main d’œuvre gratuite. Le secteur de la santé est l’une des colonnes les plus importantes, son état atteste de la bonne constitution du reste de la société.

- [A lire] : "Je suis infirmière. Depuis 4 ans. Et aujourd’hui, j’ai plus envie"

Une pétition a été lancée !

L’assemblée dans son communiqué montre sa détermination à ne rien lâcher et ne plus céder face à la dégradation des professions de santé. Dans un premier point elle apporte son soutien aux autres mouvements sociaux. Les actions de l’assemblée prennent plusieurs formes. Se déclarer en lutte et poursuivre les actions des mardis des Blouses Blanches pour instaurer un rapport de force sur le long terme est l’une des bases principales.

Mais en plus de cela, des actions ponctuelles sont à prévoir comme la manifestation du secteur privé du non marchand prévue le 24 octobre. Vient s’ajouter un meeting le 25 octobre ainsi que des actions de grève pour refinancer le secteur de soins et de santé. De plus, une pétition est lancée « Des soins de qualité pour tous » qui est déjà à 1970 signatures sur 2500 espérées. Le lien est ici : Des soins de qualité pour tous.



Commentaires - 2 messages
  • Mais pourquoi tolere- t' on 7 ! ministres en charge de la Sante en Belgique ? 1 germanophone
    2 neerlandophones
    3 francophones
    1 federal
    + leurs equipes !
    Pourquoi ?

    caros samedi 21 septembre 2019 10:35
  • C'est pour placer les amis de mes amis et profiter des indemnités de sortie.

    Atchiaopantin samedi 21 septembre 2019 11:08

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus