Une équipe composée de différentes générations, une vraie richesse !

Une équipe composée de différentes générations, une vraie richesse !

L’équipe psycho-sociale idéale n’existe pas. Néanmoins, s’inscrire dans une équipe professionnelle où les différentes générations sont représentées est un atout tant pour les travailleurs que pour les patients. Malheureusement, certaines institutions souffrent d’un turn-over important, l’ancienneté du personnel fait défaut, l’équipe se renouvelle continuellement. Cette absence de pérénité est une perte pour tout le monde.

Engagée depuis quelques années dans une équipe où toutes les générations se côtoient , je saisis de plus en plus la richesse d’une telle situation. La pluridisciplinarité au sein d’une structure est très clairement un pillier fondateur d’une institution pyscho-sociale, mais la représentation de toutes les tranches de vie parmi le personnel est également une force au sein d’un collectif de professionnels.

Histoire de l’institution

S’inscrire dans une nouvelle équipe et faire fi de l’histoire de celle-ci, de ses moments forts et plus difficiles, des tensions antérieures, des éventuelles crises institutionnelles serait une erreur majeure. Si en arrivant, il est difficile de cerner tous les contours d’une institution où l’on commence seulement à prendre ses marques, les collègues, par contre peuvent nous raconter l’histoire du lieu où l’on vient de poser ses valises. S’imprégner de cette narration permet de mieux saisir les enjeux qui peuvent exister entre nos collègues, avec la direction… Malheureusement, si tout le monde est là depuis seulement 2, 3 ans, il est fort peu probable d’avoir accès à l’histoire de ce nouveau lieu.

Santé de l’équipe

Parler de la santé d’une équipe peut sembler étrange de prime abord, mais en se penchant de plus près sur la question, elle prend tout son sens. Dans une institution qui se porte bien, les membres ont envie de s’installer et d’y rester. Certes, on ne peut éviter les crises institutionnelles, elles jalonnent le parcours de toutes les institutions, mais l’important est la capacité des employé(e)s et des employeurs d’y faire face. Observer que des collègues travaillent dans un lieu depuis 10, 15, 20 ans et qu’ils continuent à y trouver du sens et du plaisir est plutôt de bon augure.

Quand la nouveauté rencontre l’expérience

De mon expérience, ce partenariat entre les nouveaux et les anciens membres d’une équipe constitue la plus belle et la plus riche expérience professionnelle. D’avoir bénéficié au début de ma carrière de la bienveillance et du parrainage par un collègue, psychologue confirmé, a été un réel soutien pour trouver mes marques. Aujourd’hui, pouvoir animer un groupe thérapeutique avec une collègue, riche d’une expérience de plus de 30 ans est également un moment fort de mon parcours professionnel. Dans nos métiers, l’expérience est irremplaçable. Le partage de la connaissance, du vécu entre les générations est un aspect à privilégier au sein d’une institution.

Le regard du béotien

Nouveau ou nouvelle dans une équipe, on en relève plus aisément sa spécificité, ses forces et ses faiblesses. Avec le temps, on s’accommode. L’arrivée de stagiaires ou de nouveaux collègues nous remet en contact avec nos impressions du début. Cette confrontation n’est pas nécessaire au quotidien, mais elle est porteuse de sens si elle vient interroger le fonctionnement et la clinique de manière ponctuelle.

Figure de projection

Dans la co-intervention, la présence d’un thérapeute masculin et d’une thérapeute féminine peut, dans certaines situations, enrichir le travail réalisé. De la même manière, la collaboration d’intervenants de générations différentes est également source de profit pour les patients rencontrés. Un patient ne projettera pas les mêmes imagos sur un clinicien de 30 ans que sur un thérapeute de 65 ans.

V.B, psychologue clinicienne

[Du même auteur]

- Orientation scolaire, la marge de manœuvre est parfois faible
- Démissionner, entre joie et tristesse
- Logopédie à partir de 2 ans...plus qu’une option
- Le psy pour enfant, moins cher que le psy pour adulte !
- Indépendant complémentaire... Une nouvelle aventure
- Petits bébés, grands oubliés, toujours d’actualité ?
- Doit-on tout supporter ?
- Le testing, à quelles fins ?
- Être bénévole, une vocation ?
- Que fait-on des productions des enfants en thérapie ?
- ACS, préavis en 7 jours... violences aux patients et aux collègues !
- Bru Stars, nouveau-né suite à la réforme des soins de santé
- Je voulais devenir famille d’accueil, mais n’ai pu être que psychologue
- Formateur ou gourou ?
- La co-intervention dans le travail thérapeutique
- Miroir sans tain et filmer les entretiens, des outils pour qui ?
- Recherche ou clinique… il faut trop souvent choisir !
- Quand les bouffées d’oxygène disparaissent
- Hôpital pédopsychiatrique : durée de séjour maximum 3 ans !
- Parent’aise, un nouveau lieu d’accueil dans les Marolles
- S’expatrier en tant que psychologue, une aventure...
- Quand le psy et le judiciaire se rencontrent, quels enjeux autour d’une expertise ?
- Quand une équipe psychosociale se lance dans l’organisation d’un colloque… Défi ou folie !
- Le travail thérapeutique avec un interprète, un véritable défi
- Trisomie 21, vers quel enseignement s’orienter ?
- Psychologue et éducateur... Deux visions d’une même réalité ?
- Institution d’Aide à la jeunesse... 18 ans et après ?
- Le remboursement des soins de logopédie, réservé à l’élite intellectuelle ?
- Un an après… Du sentiment d’inutilité à la réflexion
- Ouverture d’une antenne de l’équipe SOS enfants-ULB
- MGF : lancement de la plate-forme européenne UEFGM



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus