Miriam 3.0 : améliorer l’accompagnement des femmes monoparentales

Miriam 3.0 : améliorer l'accompagnement des femmes monoparentales

Le projet Miriam qui accompagne les femmes en situation de monoparentalité au sein des CPAS vient d’être renouvelé pour une troisième fois. À l’initiative du SPP Intégration sociale, le programme se démarque en alliant empowerment et sensibilité.

Lancé en 2015, le projet Miriam est parti d’un constat saisissant : sur dix individus en situation de monoparentalité en Belgique, huit sont des femmes. Et quand inégalités de genre, précarité et discrimination s’ajoutent, il devient difficile pour elles de mener une vie normale. En replaçant la femme au centre de son parcours au CPAS et en l’accompagnant à son rythme, le projet Miriam souhaite ainsi prendre en compte ces problématiques pour des résultats optimaux.

- [A lire] : Le plan de lutte contre les violences faites aux femmes approuvé

Une autre manière de travailler

Le projet Miriam souhaite offrir un accompagnement différent de l’aide classique apportée au sein des CPAS. Miriam suit une approche holistique du genre. En plaçant ce paramètre au centre de tous les autres, le projet s’attaque ensuite aux autres problèmes. Travail, logement, enfants, confiance en soi : le travail est individuel mais aussi collectif pour un empowerment globale. Dans cette démarche, les bénéficiaires choisissent aussi elles-mêmes de participer.

Pour les Case managers qui les suivent, Miriam est aussi un meilleur cadre de travail : posture toujours encourageante, échanges ponctuels, entrevues non limitées dans le temps... L’accompagnement est durable pour des résultats concrets. “Aussi accidentée, fragilisée, déstructurée qu’elle soit, à un moment donné, il y a un petit quelque chose qu’il faut aller chercher chez la personne pour qu’elle évolue, et ça prend le temps que ça prend mis au final, c’est payant.”, explique un Case Manager du programme dans un rapport.

- [A lire] : Travailleur social : actions concrètes pour atteindre un objectif et résoudre un problème

Un premier bilan positif

En tout, déjà 10 à 15 femmes par CPAS ont pu bénéficier du programme, lui-même disponible dans une dizaine de centres en Belgique. Les résultats sont d’ailleurs positifs ! D’un point de vue matériel, l’équipe du programme a constaté une augmentation de leurs revenues, une amélioration de leur logement et de leur santé. “J’ai trouvé un logement grâce à une assistante sociale. Ma vie a changé.”, explique Rouguiatou Koita dans une vidéo, après avoir bénéficié de Miriam pendant deux ans et demi.

Pour les questions relatives à l’emploi, l’évolution est aussi notable : plus formées et plus sollicités, les femmes en situation de monoparentalité ont maintenant plus d’opportunités. Pour l’équipe, c’est en grande partie grâce à une meilleure confiance en elles : les bénéficiaires sortent de l’accompagnement moins isolées, entourées, avec une connaissance approfondie des aides existantes et un projet professionnel.

Face à ces bons résultats, une troisième version du programme vient d’être lancée dans six nouveaux CPAS. Les centres d’Anderlecht, de La Louvière, de Malines, de Schaerbeek, de Seraing et de Sint-Niklaas ont donc désormais un accompagnement Miriam.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus