Consultations psychologiques en visioconférence, le futur ?

Consultations psychologiques en visioconférence, le futur ?

Le développement de l’e-santé passe aussi par le secteur de la santé mentale ! Pour les psychologues, la possibilité de consultations par écrans interposés s’invite peu à peu dans la pratique. Si cela facilite l’accès à la thérapie pour le patient, de nombreux aspects restent à étudier.

Les nouvelles technologies s’introduisent dans le secteur des soins de santé et engagent d’importantes innovations. Dans le domaine de la santé mentale, les psychologues réfléchissent ainsi à l’introduction de consultations en visioconférence, qui assureraient un accès de la thérapie à un plus large public. En Belgique, la plateforme MyPsy dispose déjà d’un système sécurisé pour ce type d’échanges. L’investissement des psychologues reste pourtant timide car des problèmes demeurent, notamment en matière d’éthique et d’efficacité de la thérapie.

Un accès à la thérapie pour tous

La thérapie en visioconférence dispose de nombreux avantages pour le patient : plus pratique, moins de perte de temps dans les transports, possibilité de consulter dans n’importe quel lieu... Mais c’est surtout un moyen d’élargir le public des psychologues, en garantissant un accès pour tous aux consultations.

En effet, dans certaines zones rurales, il peut être difficile de trouver un psychologue et les délais d’attente pour un rendez-vous sont donc souvent longs. Pour les patients expatriés, la thérapie en ligne offre la possibilité de consulter dans sa langue maternelle. Un argument de taille dans la mesure où une communication claire et comprise des deux parties est essentielle en psychologie. De la même manière, cela vaut aussi pour les psychologues expatriés qui souhaiteraient conserver leur patientèle.

Les consultations en visioconférence peuvent aussi être envisagées pour des personnes à mobilité réduite, comme les personnes âgées ou en situation de handicap. Pour certains troubles psychiques, comme l’agoraphobie par exemple, elles peuvent aussi être une solution temporaire. Enfin, en rendant la démarche vers le psychologue plus accessible, on peut espérer que le recours au psychologue deviendrait moins tabou. Ainsi, des personnes en souffrance, qui n’osaient pas se tourner vers une aide professionnelle, pourraient s’y adresser plus facilement. Un effet pervers est cependant à envisager : la déconnexion avec le contact physique, avec les contraintes de temps et d’organisation de la consultation, pourrait pousser certaines personnes à consulter pour des raisons ne relevant pas d’une expertise psychologie.

- [A lire] : Stop à l’hyper-psychiatrisation de la société !

Et au niveau éthique ?

En dépit de leurs nombreux avantages, les consultations psychologiques en ligne posent aussi de nombreux problèmes éthiques. En effet, pour le patient, il peut être difficile de s’assurer du professionnalisme du praticien. Aux plateformes alors de vérifier la conformité de la formation de leurs psychologues ? Oui, mais pas seulement... Le patient peut aussi de lui-même consulter la liste de la Commission des Psychologues des praticiens agréés. En jeu, ce n’est pas seulement la qualité du suivi, mais aussi l’assurance de la préservation du secret professionnel. A l’heure du nouveau Règlement Général de Protection des Données, qui concerne aussi les professionnels de santé, la conservation des données personnelles apparaît ainsi primordiale. Enfin, sur Internet, c’est aussi toute la question de la publicité pour un service de soins qui se pose.

Au sujet de ces enjeux déontologiques, la Commission des Psychologues a assuré au journal Le Vif qu’elle préparait ses recommandations, qui seront envoyées aux psychologues en temps voulu.

Une innovation à l’étude

La thérapie par visioconférence n’est pas seulement étudiée par la Commission des Psychologues, elle l’est aussi dans le monde universitaire pour comprendre son efficacité réelle. C’est le cas par exemple du projet européen eMEN, qui cherche à comprendre comment améliorer les soins de santé mentale grâce aux nouvelles technologies. Si les chercheurs semblent s’accorder pour dire que la consultation en visioconférence reste efficace, ils relèvent tout de même quelques biais par rapport à la thérapie en personne. En visioconférence, le sentiment de responsabilité du praticien pourrait en effet être altéré, et la confiance du patient dans le diagnostic aussi.

S’il est difficile pour le moment d’envisager une généralisation des consultations par visioconférence, elles peuvent néanmoins servir d’outil complémentaire à la thérapie. On peut par exemple imaginer que le praticien puisse enregistrer sa consultation afin de pouvoir la réexaminer ensuite. Cette méthode présenterait les mêmes avantages que le recours à la caméra dans les entretiens, mais avec l’avantage d’une plus grande discrétion de l’outil, qui diminuerait l’inconfort du patient. La consultation en ligne pourrait donc devenir non seulement un outil pour affiner le diagnostic, mais aussi pour le psychologue un moyen d’examiner sa méthodologie et de remettre en question sa pratique.

- [A lire] : Quand les outils triangulent la relation thérapeutique

La rédaction



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus