Mobilisez-vous avec Droit à un Toit pour en finir avec le sans-abrisme

Mobilisez-vous avec Droit à un Toit pour en finir avec le sans-abrisme

Ce vendredi 29 novembre, le collectif Droit à un Toit invite à un rassemblement à Bruxelles pour inciter les politiques à mettre un terme au sans-abrisme. Les militants espèrent que des moyens financiers suffisants vont permettre d’instaurer une prévention efficace et un relogement immédiat. Cette mobilisation s’inscrit dans la suite de plusieurs actions symboliques.

« Droit à un toit ou droit dans le mur ? » Ce slogan du collectif Droit à un toit (DaT) vise à alerter du manque d’investissement des politiques dans la lutte contre le sans-abrisme. Créé en juillet 2017, ce mouvement est composé qu’un réseau d’asbl mobilisé sur le terrain en région bruxelloise. Professionnels, bénévoles et citoyens révoltés par le manque de moyens mis en place pour en terminer avec le sans abrisme multiplient les actions pour faire entendre leur voix. Une nouvelle action symbolique est prévue sur la place Saint-Jean à Bruxelles ce vendredi 29 novembre à 11 heures.

- [A lire]  : Sans-abrisme : sortir de la logique saisonnière

Un financement pour la fin du sans-abrisme

Si l’action de vendredi est prévue pour être courte (une demi-heure), sa symbolique n’en reste pas moins forte. A 11h15, seront distribués aux militants des masques de Nawal Ben Hamou, ministre du Logement, et, d’Alain Maron, ministre de l’Action Sociale et Santé. « Nous imaginons que les deux ministres s’adressent fictivement à leurs collègues parlementaires et plus particulièrement à Rudy Vervoort, Ministre-Président du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale, pour leur réclamerle financement nécessaire à une fin du sans-abrisme. C’est pour cela que notre slogan est Rudy Vervoort, décuple notre budget », explique le porte-parole de DaT, Laurent d’Ursel.

Le porte-parole du collectif nous présente les motivations derrière cette manifestation : « Pour la première fois en dix ans, le gouvernement propose un programme qui va dans la bonne direction et qui prend en compte nos revendications. Cependant si les moyens financiers ne suivent pas les promesses du programme politique, le résultat sera le même que pour les mandats précédents. Or la Finlande l’a prouvé, s’il y a une volonté politique de mettre le paquet sur la prévention et le relogement des personnes à la rue, une fin du sans-abrisme est possible. » Une action du même type sera menée ce mercredi par le Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté. Postés devant le parlement wallon, à Namur, les militants vont aussi porter des masques à l’effigie des ministres et vont partager le même slogan que DaT : « La fin (du sans-abrisme) justifie les moyens (financiers) ! »

- [A lire]  : Le moment est venu d’avoir une politique de fin du sans-abrisme sur Bruxelles

Des actions symboliques fortes

Le 13 novembre dernier, DaT a réalisé une action symbolique auprès de la nouvelle agence de Bruss’Help, l’organe régional de coordination de l’aide aux sans-abris. Les militants ont proposé par mail au conseil d’administration de Bruss’Help de leur racheter les noms de domaine brusshelp.be et brusshelp.brussels pour un euro symbolique. Cet achat emblématique vise à obtenir publiquement la promesse de Bruss’help de tout faire pour aller vers un sans-abrisme. Le conseil d’administration n’a pas encore répondu à cette invitation.

« Le but derrière ces actions est d’expliquer au grand public mais aussi aux travailleurs sociaux qu’il est possible de faire sortir les gens de la rue si les pouvoir publics s’y engagement fermement. Si le sans-abrisme persiste c’est par manque de prévention, de moyens et de réponses au niveau des structures », explique Laurent d’Ursel avant d’exposer les potentielles solutions : « Les moyens financiers doivent être mobilisés afin de permettre un relogement immédiat ainsi que la création d’un réseau autour de la personne en précarité pour une meilleure prévention et un accompagnement pertinent. Il faut comprendre qu’il s’agit d’un choix de société : soit les autorités décident d’agir et de limiter les dégâts soit elles mettent le problème de côté et passent à autre chose. »

Alors, rendez-vous ce vendredi à 11 heures sur la place Saint-Jean à Bruxelles pour inciter les politiques à limiter au maximum les dégâts causés par le sans-abrisme. Si vous ne pouvez pas être présents, vous pouvez imprimer les portraits des ministres, vous prendre en photo avec et poster le cliché sur les réseaux sociaux avec une série de hashtags comme #droitauntoit et #sansabrisme.

- [A lire]  : Sans-abrisme : "Un manque de moyens et de ressources humaines !"

A.T.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus