Un manque criant de médecins et de crèches à Charleroi

Un manque criant de médecins et de crèches à Charleroi

A la pénurie de places d’accueil dans les crèches s’ajoute maintenant celle des médecins généralistes en région de Charleroi. Le gouvernement wallon fait des efforts pour mettre fin au manque de places mais à l’heure actuelle le problème est loin d’être résolu.

Même si le gouvernement fait des efforts pour mettre fin à la pénurie de crèche, en Wallonie, ce besoin est de plus en plus important et préoccupant. Charleroi n’y échappe malheureusement pas, écrit L’Avenir.

- [A lire] : Appel à une reforme du secteur de la petite enfance en Wallonie

Une forte pénurie des généralistes

L’atlas socio-économique de Charleroi Sud Hainaut présente dans sa dernière apparition, une pénurie des médecines généralistes de plus en plus importante. Ce problème date depuis plusieurs années.

En effet, en 2015, on comptait seulement un médecin généraliste pour 753 habitants dans la zone Charleroi Sud Hainaut.

Dans toute la province, le ratio est d’1 généraliste pour 702 habitants, contre 1 pour 585 habitants en Wallonie et 1 pour 595 habitants en Belgique.

L’atlas révèle une grande disparité d’une commune à l’autre. Si à Gerpinnes on compte 1 médecin pour 380 habitants, Châtelet ne loge qu’un généraliste pour une population de 1.172 habitants.

- [A lire] : Un bébé bus, une solution contre la pénurie de places en crèches

L’âge des professionnels, une des causes ?

A l’origine du problème, la pyramide d’âge de ces professionnels de santé. 21% des médecins généralistes ont plus de 65 ans et 66% d’entre eux ont 50 ans et plus. Selon l’étude présentée par l’atlas socio-économique de Charleroi, la diminution du nombre de ces professionnels de santé entre 2014 et 2015 a entraîné une baisse du taux de couverture.

- [A lire] : A Bruxelles, les crèches illégales profitent du vide juridique

Une situation similaire dans les crèches

La situation est aussi alarmante dans le secteur d’accueil en crèches. L’étude montre qu’en 2015 il y avait 3.325 places pour une population de 13.284 enfants, soit un taux de couverture de 25%. Comparé à la moyenne nationale (37,7%), régionale (32,9%) ou encore provinciale (27,7%), on remarque que cet indice est nettement inférieur.

Afin de couvrir ce besoin, plusieurs initiatives ont vu le jour. Tel est le cas du plan Cigogne III, adopté en 2013 par le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Ce plan prévoit d’ouvrir près de 4 000 places en Hainaut. Cela permettra une augmentation de près de 30% par rapport à la situation actuelle.

Ce problème de pénurie de crèche touche toute la Wallonie et si le gouvernement fait des efforts pour mettre fin au manque de places, à l’heure actuelle le problème est loin d’être résolu.

La rédaction



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus