L'après-covid : une meilleure reconnaissance des éducatrices et des éducateurs !

03/09/20
L'après-covid: une meilleure reconnaissance des éducatrices et des éducateurs !

C’est évident, la pandémie a rendu la précarité et les difficultés des familles visibles. Elle a aussi et surtout creusé les inégalités. Elle a redéfini ce qui est essentiel pour nous : la santé, la famille, les relations sociales, le bien-être à la maison et au travail. À côté du monde médical et des grandes surfaces mis en avant dans la presse, le secteur social n’a eu que peu de visibilité. Les revendications et les besoins du secteur ne sont pas nouveaux, ils sont exacerbés. En déconfinement, les acteurs de l’Enfance et de la Jeunesse en reviennent à leurs revendications premières.

Dans le secteur non marchand comme ailleurs, les mesures sanitaires ont posé de nombreux défis supplémentaires aux acteurs de terrain. Les conditions de travail n’étaient déjà pas idéales en temps normal avec des budgets serrés et des quotas bénéficiaires-personnel très serrés. La pandémie a encore renforcé cette réalité et provoque aujourd’hui l’indignation de ces professionnels, restés dans l’ombre.
Arc-en-Ciel rappelle l’importance des éducatrices et éducateurs dans l’ensemble des secteurs de soins à la personne pour le bon fonctionnement de la société, autant en temps normal qu’en temps de crise. Nous profitons de cette période charnière pour mettre sur la table des revendications de meilleure reconnaissance et de valorisation du travail. Et faire en sorte que nos accompagnant.e.s ne restent pas plus longtemps les oublié.e.s de la crise.

Soutien à l’humain !

Parmi les experts du groupe de travail fédéral du déconfinement, il n’y avait presqu’aucun représentant du secteur à profit social. Pourtant, s’il y a bien un secteur qui a tourné, et pas au ralenti, pendant cette période, c’est bien celui des soignants au sens large : en milieu médical mais aussi dans l’accompagnement des enfants et jeunes, des personnes précarisées ou plus vulnérables, etc. Ils sont tous soignants !

Le secteur social, c’est aussi une multitude de projets de la société civile, qui mobilisent des femmes et des hommes et font un travail colossal auprès d’autres humains. Travail ESSENTIEL, étant donné qu’il répond à des besoins ESSENTIELS que les institutions publiques ne sont pas en mesure de combler seules.
Pendant le confinement, les demandes et les besoins de la population étaient immenses. Et ce sont les organisations du non marchand qui, s’adaptant au jour le jour, ont été les amortisseurs sociaux de la crise.

Tous les éducateurs, de tous secteurs confondus, ont géré cette crise au quotidien, en soutenant, en accompagnant, en portant et supportant leurs bénéficiaires durant cette période exceptionnelle. Dans la plupart des cas, ils ont réussi à s’adapter, avec leur bonne volonté et les moyens du bord. Mais beaucoup de professionnels se retrouvent en difficulté car leur propre santé mentale a été mise à mal. Les demandes de soutien psychologique sont là. Pour que tous puissent continuer à réaliser leur métier avec le même professionnalisme, nous demandons une augmentation de l’offre de soins psychologique pour ces professionnels. Mais également un soutien externe qui leur permette de travailler, non sur l’angoisse, mais sur le sens de la fonction et du travail réalisé dans la société.

Coconstruire une société plus durable

Nous souhaitons une société plus juste, plus humaine et plus solidaire, dont l’axe central ne serait plus seulement le profit et la croissance, mais le bien-être de tous. Une société dont nous serions fiers et qui se concentre, non pas sur la sécurisation, mais sur la prévention, non pas sur la répression, mais sur l’éducation, non pas sur la stigmatisation mais sur l’égalité des chances.

Le secteur social est une pierre angulaire de la société actuelle, et encore davantage de celle à laquelle nous aspirons. Pourtant, les politiques montrent peu d’intérêt pour ces métiers essentiels, généralement en pénurie et épuisés. Sans infirmièr.e.s, sans éducateur.rice.s, sans aide-soignant.e.s, qui va s’occuper de nos jeunes, de nos vieux, de nos personnes précarisées… ? Qui s’occupera de notre bien-être et du vôtre en temps voulu ?

Il est temps que nos représentants politiques placent l’humain, et donc le secteur social, au centre de leurs préoccupations. Pour ce faire, il est également nécessaire que ce secteur soit non seulement l’objet d’une réflexion nouvelle, mais également acteur de celle-ci, en étant inclus dans les processus décisionnels.

Être mieux payé, mieux reconnu, mieux respecté

En bref, nous revendiquons :

  • une revalorisation des études et des écoles formant des intervenants sociaux (animateurs, éducateurs, accompagnants, assistants sociaux, psychologues, coordinateurs, puéricultrices, etc.) ;
  • une attractivité et de la considération pour ces métiers de terrain, essentiels au bon fonctionnement de la société ;
  • un meilleur accompagnement des employeurs pour leur permettre de dégager du temps et des moyens pour les actions de terrain et le suivi des équipes ;
  • des moyens financiers supplémentaires pour une meilleure prise en charge des publics fragilisés, et particulièrement des enfants et jeunes.

Investir dans le social, c’est investir dans notre avenir commun et dans notre bien-être à tous. C’est s’engager pour l’enfance, la jeunesse et l’éducation permanente, c’est accompagner et suivre les jeunes et familles précarisées, c’est valoriser les mixités sociales, c’est promouvoir les initiatives solidaires, c’est donner une vraie place à tous pour éviter de tomber dans une société toujours plus divisée et fracturée...

Dans le social, on ne « rapporte » rien. C’est pourtant l’humain et son bien-être qui font le cœur de notre société et notre RICHESSE !

Signataires : Arc-en-Ciel ASBL et 64 de ses associations membres actives dans les secteurs de l’Enfance, la Jeunesse et l’Aide à la Jeunesse, représentant ensemble 5482 enfants et jeunes bénéficiaires et 1340 encadrants !

[Dossier déconfinement : la parole est au terrain]
- L’après Covid-19 : "Le travail social va devoir se réinventer"
- L’après Covid-19 : pérenniser la créativité née dans l’adversité
- Les éducateurs et l’après Covid-19 : "La relance doit passer par le soutien de l’humain !"
- CGSP ALR/hôpitaux IRIS : "Il faut refinancer les services publics et le secteur de la santé"
- Infirmiers et aides-soignants : après l’action et la colère, le deuil et les propositions
- L’urgence d’un confinement pour tous... ou d’un chez-soi pour chacun.e ?
- Covid-19 et psychomotricité : quand le corps en relation devient une menace
- Covid-19 et personnes âgées : une crise annoncée
- Covid-19 : le paradoxe des psys en période de crise
- Sortie de la crise Covid-19 : "Le Non-Marchand aura un rôle central !"
- 123 chercheurs pensent l’après Covid-19 : "Les élus doivent partir des réalités du terrain"
- Handicapés français vivant en Belgique : "Le confinement... et après ?"
- Handicap et déconfinement ? Pas de mesures précipitées sans concertation

Savoir plus :

Tous les signataires : Abaka, Action Sociale au Bernalmont, Ajyal, AMO CIAC Couvin, AMO Globul’in, AMO LE Signe, AMO Mille Lieux de Vie, ASBL Le Courant d’air, asbl LA POMMERAIE, asbl le Tandem, Asbl Les Bourgeons, asbl Li Mohon SA-AJ, ASBL Maison Maternelle Fernand Philippe, ASBL Rencontres, asbl Saint-Michel, ASBL Solidarcité, Asbl Vision, A-Z solution asbl, Cemome, Centre de jeunes d’Anderlecht, Centres Arc-en-Ciel asbl, Chaînes de Services et d’Amitié, COO S. van Durme Asbl, D’CLIC, Don Bosco Télé-Service, Ecole à l’Hôpital et à Domicile ASBL, Espoir et Vie, Foyer l’Aubépine ASBL, Foyer Listré-Plunus, Home Saint-François ASBL, IMP Sainte Gertrude, J4 AMO, La Cohésion Sociale d’Evere, La ferme du Soleil asbl, La Hutte, La Marjolaine ASBL Maison Heureuse, La Tchicass, La Termitière Heureuse, L’Accueil AMO, Le 88 Maison de Jeunes, Le Chemin Vert, Le Foyer des Jeunes des Marolles, Le Nid Marcelle Briard, L’Etape, Maison de Jeunes de Marche asbl, MJ Le 404, Maison du Sacré-Coeur A.C.I.S. asbl, MJ Regard, Natolo, Notre coin du quartier, Ouvre-boites asbl, Promotion Services, Rasmali, Résidence Rolland, SAse La Sonatine, Service d’Accrochage Scolaire, Service Résidentiel Général Le Bivouac, SRG le Phare, SRG Les Foyas, SRG Les Petits Sapins d’Uccle, SRS Tamaris Tamaya, SRU Vert Lion, Synergie14, Terrain d’Aventures de Hodimont.




Commentaires - 1 message
  • Les ecoutes dédiées aux professionnelles face au cobdi sont quasi pas utiliser. Que l on reconnaissent ou plutot que l on protège le diplôme d educateur spécialisé en accompagnement psycho educatif est essentiel.

    ludovicdahlem jeudi 3 septembre 2020 12:54

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus