12 propositions pour améliorer la vie des handicapés intellectuels

12 propositions pour améliorer la vie des handicapés intellectuels

Que mettre en place pour améliorer concrètement la qualité de vie et le bien-être des personnes porteuses d’un handicap intellectuel  ? Inclusion ASBL fournit 12 propositions sur lesquelles les politiques pourront baser leurs initiatives inclusives.

[DOSSIER spécial élections]
- Comment améliorer l’accès à l’aide et aux soins des plus vulnérables ?
- Les politiques doivent prendre soin de nos infirmiers !
- Une politique ambitieuse pour nos logements publics
- Pour une société respectant les droits humains
- Les volontaires ont besoin de jours de congé !
- Sept leviers incontournables pour améliorer la santé mentale
- Les psychomotriciens veulent de la reconnaissance

Le 26 mai prochain, nous serons invités à nous rendre au bureau de vote. 2019, une année marquée par les élections mais aussi un anniversaire. Celui de la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées (CDPH) qui fête ses 10 ans. A cette occasion, Inclusion ASBL a tenu à remettre ce texte en perspective au regard de la situation et de nos préoccupations actuelles en la matière. Elle en ressort 12 mesures concrètes et facile à mettre en place, afin d’améliorer la qualité de vie des personnes porteuses d’un handicap intellectuel.

Créer un conseil d’avis transversal en FWB

De l’avis de l’asbl, toute nouvelle politique ou adoption d’un texte législatif devrait faire l’objet d’une consultation systématique des personnes en situation de handicap par l’intermédiaire de conseils facultatifs. Raison pour laquelle elle demande la création d’un conseil d’avis transversal en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Réduire le délai de traitement des dossiers

Une personne atteinte d’un handicap mental a plus chances de tomber dans la pauvreté qu’une autre. Or, les délais de demandes d’aides sont souvent extensibles. Inclusion asbl demande de rétablir, pour 2020, un traitement efficace et rapide des dossiers à la DGPH.

Lever le moratoire sur la création de places en Wallonie

Ce moratoire, en place depuis 1997, interdit tout subside à une nouvelle institution d’accueil, sauf pour les « cas prioritaires » (personnes en situation extrême) ou en cas d’appels à projets lancés par le ministre compétent. Un manque de financement qui empêche des familles de mettre en place des projets qui répondent aux besoins de leurs proches, explique Inclusion ASBL.

- [A lire]  : Handicap : "Nous avons créé près de 400 places en 4 ans à Bruxelles"

Mettre à l’étude le projet d’assurance handicap

Selon l’association, l’assurance autonomie ne permet pas de répondre aux demandes des personnes en situation de handicap avec des besoins d’accompagnement importants. Il faut donc revoir le système de financement. Inclusion ASBL propose la création d’un fonds francophone pour l’assurance handicap fonctionnant sur le modèle de l’INAMI.

Installer un médiateur fédéral

Depuis 2013, la Belgique a instauré un nouveau statut de protection conforme à la dignité humaine afin de reconnaître au mieux la capacité juridique de la personne handicapée dans des conditions d’égalité. Néanmoins, selon l’asbl, des améliorations peuvent encore être apportées. Elle demande d’installer un médiateur fédéral «  protection juridique/administration  » afin de surveiller l’application de cette loi de 2013 et de traiter tout signalement en la matière.

Établir un plan de désinstitutionnalisation

Par désinstitutionnalisation, Inclusion ASBL entend désigner la transformation profonde des lieux de vie collectifs et non la fermeture de ceux-ci. Afin d’atteindre cet objectif, les Régions doivent bien évaluer les besoins afin de prévoir une offre variée de services qui y répond mais aussi rendre incontournable la participation des personnes et des familles au sein des services, planifier la transformation de ces lieux de vie selon la Convention, diversifier les sources de financement…

Rembourser la logopédie pour tous

Actuellement, les séances logopédiques ne sont pas remboursées par l’INAMI pour les enfants dont le QI est inférieur à 86. Une situation que dénonce l’asbl.

- [A lire]  : Journée de l’autisme : l’espoir d’un monde plus inclusif

Créer une plateforme «  inclusion scolaire  »

Elle servirait à aider et orienter les familles dans leurs démarches et favoriser le développement des pratiques inclusives dans les écoles.

Soutenir la prise en charge des personnes vieillissantes

Selon l’association l’augmentation de l’espérance de vie n’a pas été assez prise en compte dans l’offre de services pour les personnes avec un handicap. Elle demande, notamment, le soutien de projets pilotes à Bruxelles et en Wallonie et une meilleure coopération entre l’INAMI et Phare / AViQ afin de développer des services adaptés aux personnes âgées en situation de handicap.

- [A lire]  : Guider les professionnels travaillant avec des handicapés mentaux âgés

Promouvoir l’utilisation du logo S3A

Pour rappel, le S3A est le symbole d’Accueil, d’Accompagnement et d’Accessibilité créé par l’Unapei. Il sert à repérer facilement les lieux qui proposent un accueil et accompagnement adapté aux personnes porteuses d’un handicap intellectuel.

Traduire les programmes électoraux en FALC

Le fait de voter est un droit mais, il n’est pas toujours accessible à tous. C’est pourquoi Inclusion ASBL demande de rendre obligatoire la publication des programmes électoraux en langage Facile à Lire et à Comprendre (FALC).

Livres et série télévisée dont ils sont les héros

Finalement, l’association aimerait qui voit le jour une collection de livres en FALC. Elle soutient aussi le développement d’une série télévisée dont le héros est en situation de handicap intellectuel.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus