Elections : pour une société respectant les droits humains

Elections: pour une société respectant les droits humains

J – 53 avant les élections ! L’occasion pour les associations et fédérations de faire entendre leurs voix. C’est au tour de la Ligue des Droits Humains de scander ses revendications. Sécurité sociale, droit de l’enfant, accès aux soins de santé, handicap de grande dépendance… Tout y passe !

[DOSSIER spécial élections]
- Comment améliorer l’accès à l’aide et aux soins des plus vulnérables ?
- Les politiques doivent prendre soin de nos infirmiers !
- Une politique ambitieuse pour nos logements publics
- 12 propositions pour améliorer la vie des handicapés intellectuels
- Les volontaires ont besoin de jours de congé !
- Sept leviers incontournables pour améliorer la santé mentale
- Les psychomotriciens veulent de la reconnaissance

La Ligue des Droits Humains a décrypté les actions et les réformes sous le spectre du respect des droits humains. Force est de constater que la dernière législature aura fait plus de mal que de bien dans ce domaine. La LDH revient sur les améliorations que la Belgique a à faire afin d’améliorer le quotidien de tout être humain, sans exception.

La fin du Projet Individualisé d’Intégration Sociale

En matière de droits sociaux, la Belgique a encore un long chemin à faire selon la Ligue  : politique de lutte contre la pauvreté incohérente, réforme instaurant la dégressivité comme fin de droit aux allocations d’insertion, plan d’activation du comportement de recherche d’emploi, droit au logement non-efficient… Autant de démarches qui ne vont pas dans le bon sens.

Plus concrètement, la LDH demande, notamment, de ne plus rendre obligatoire le fameux Projet Individualisé d’Intégration Sociale (PIIS) car il favoriserait la sanction de personnes déjà exclues des mécanismes classiques de solidarité. Mais aussi d’abolir la loi portant sur le financement de la sécurité sociale. Une annulation qui permettrait de fixer les allocations sociales au-dessus du seuil de pauvreté et de lier ce montant à l’évolution du bien-être.

- [A lire] : CPAS de Liège : les travailleurs et les usagers sont en colère !

Stop à la détention des enfants

Depuis 2018, des enfants peuvent être détenu dans des centres fermés. Un viol clair et net des droits de l’Enfant par la Belgique, qui a déjà été condamnée à trois reprises par la Cour européenne des droits de l’Homme dans ce cadre. La Ligue des Droits Humains interdit la détention des enfants sur base de leur statut migratoire et demande l’amélioration de l’accueil des mineurs étrangers accompagnés ou non (MENA).

Mais, comme le rappelle la Ligue, les droits de l’enfant, c’est aussi lui offrir la possibilité de participer à toutes les décisions les concernant, lui permettre le droit à la vie familiale, ou encore, lui garantir une éducation accessible et de qualité. Dans le cas des mineurs délinquants, elle demande la fin du fait qu’un jeune de plus de 16 ans puisse être jugé par un tribunal appliquant le droit pénal commun.

- [A lire] : Grande réforme des IPPJ : découvrez tous les changements !

Handicap : lutter contre le manque de solutions d’accueil

Pour rappel, en 2013, la Belgique a été condamnée par le Comité européen des droits sociaux pour sa carence de solutions d’accueil des personnes adultes handicapées de grande dépendance. Dans celle-ci, le Comité souligne le manque de système d’information et d’évaluation sur le sujet. Raison pour laquelle la Ligue recommande une collecte des données claires et fiables sur les besoins de ces personnes afin de permettre une approche globale et coordonnée.

Bien évidemment, il convient de plus, selon la LDH, de garantir une place dans un lieu d’accueil pour toutes personnes handicapées de grande dépendance en les augmentant ou, au moins, en leur octroyant une priorité d’accès. Mais aussi, veiller à leurs accès aux services et droits sociaux afin de les protéger de la précarité et de l’isolement social.

- [A lire] : Handicap : "Nous avons créé près de 400 places en 4 ans à Bruxelles"

L’accès aux soins de santé pour tous

Finalement, la LDH revient sur le droit des patients. Notamment, elle demande de réformer l’accessibilité des soins, de pallier la pénurie de médecins généralistes ou encore repenser largement l’articulation entre les différentes lignes de soins. Avant tout, elle aimerait l’adoption de mesures garantissant l’accès aux soins de santé de l’ensemble de la population, même aux publics vulnérables (personne en situation irrégulière, personne âgée, personne précarisée…).

- [A lire] : Améliorer l’intégration des soins pour désengorger les hôpitaux

Le Guide Social est également sur Facebook et Twitter. Pour être tenu au courant en temps réel des dernières offres d’emploi et actualités du secteur, c’est simple, il vous suffit de cliquer sur « J’aime » et sur « Suivre » !



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus