Coronavirus : les masques de protection arrivent enfin dans les IPPJ

31/03/20
Coronavirus: les masques de protection arrivent enfin dans les IPPJ

Les Institutions Publiques de Protection de la Jeunesse (IPPJ), malgré le confinement, continuent de mener leurs délicates missions. Ces services d’aide et de protection de la jeunesse déploraient cependant un manque de matériels de protection, notamment les masques, indispensables pour poursuivre leur travail. La CGSP a porté les demandes des travailleurs dans l’espace public, et a été entendue ce 31 mars !

Alors que le confinement dure en Belgique depuis maintenant une dizaine de jours, « certains services à la population sont maintenus », comme l’a indiqué la semaine dernière Stéphane Streel, représentant de la CGSP dans un communiqué de presse. Il pensait alors notamment « plus particulièrement » aux IPPJ et aux « services d’aide et de protection de la jeunesse. »

Comme les jeunes, au sein de ces IPPJ, « ne sont pas confinés dans leur chambre 24/24h » et « bénéficient de certaines activités », la question de la protection du personnel se posait dans ces structures. Or, comme en témoignait le syndicat : « L’administration promettait de fournir au personnel le matériel de protection indispensable comme le gel hydroalcoolique », les masques mais aussi les gants et les thermomètres. Le problème, c’est qu’ils n’étaient pas encore mis à disposition des agents.

Et il en allait de même pour les assistants sociaux des services d’aide et de protection de la jeunesse : « Chargés de recevoir en urgence les familles en difficulté ». Cela poussait donc la CGSP à réclamer d’urgence « le matériel de première ligne nécessaire » pour les « agents qui continuent à exercer leurs missions dans des conditions sanitaires plus que difficiles. »

« Face à de réelles difficultés »

Mais aujourd’hui, 31 mars 2020, la situation a changé. Stéphane Streel l’explique : « Le secrétaire général de la Communauté française a certifié que les IPPJ seraient fournies en masques dans le courant de la journée ». En effet, celle-ci a commandé environ 4 millions de masques du fait de « la défaillance du fédéral dans ce domaine ». Jusque alors, les IPPJ continuaient à recevoir des jeunes sans équipements.

Le syndicaliste déroule : « Hier encore, les IPPJ pouvaient recevoir des jeunes bruxellois, placés en institution, qui n’avaient que faire du confinement. Ils sortent et se baladent toute la journée, pouvant devenir des vecteurs de contamination. D’où le risque pour les travailleurs sans équipements de tomber malade et de ramener la maladie chez eux. Ils pourront maintenant se protéger eux, et protéger les jeunes et leurs propres familles. »

Idéalement, dépister les gens à l’entrée serait la meilleure solution, mais ce n’est pas faisable aujourd’hui. « Nous sommes face à de réelles difficultés. Ce sont les mêmes difficultés que les prisons au niveau fédéral, même s’il n’y a pas encore de mouvements de grogne chez les jeunes. » Il faut dire que ces services d’aides et de protection de la jeunesse sont des services continus, une machine qu’on ne peut pas arrêter. « Il fallait faire face à la peur des agents. » Et surtout, répondre à leurs craintes, ce qui est maintenant chose faite, avec cette distribution de matériel à venir.

C. D

[Sur le même sujet] :
- Aide à la jeunesse : "Nous sommes les parents pauvres de la crise"
- Béatrice, éducatrice dans la petite enfance, lance un coup de gueule
- Coronavirus : "Non, la quarantaine n’est pas romantique pour tou.te.s !"
- Santé : le personnel a besoin de matériel de protection au plus vite !
- Éducateurs, travailleurs sociaux… les oubliés de la crise sanitaire
- Travailleurs sociaux, entre envie de servir et inquiétude
- Caroline confectionne des masques en tissu pour les soignants
- "Prendre soin du personnel de la santé et du social : une nécessité !"
- "Aujourd’hui, je suis Belgique, soignant et solidaire !"
- Coronavirus : le personnel hospitalier se sent abandonné par les autorités
- Les kinés face au coronavirus : "C’est la débrouille absolue !"
- "Terrassons le coronavirus et la marchandisation de la santé"



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus