Journée internationale des infirmiers : comment revaloriser la profession

12/05/22
Journée internationale des infirmiers : comment revaloriser la profession

Selon une enquête de l’agence de recrutement Medical Express réalisée en avril, deux infirmiers et aides-soignants sur cinq envisagent de quitter leur travail. La crise sanitaire mais surtout le manque d’appréciation affecteraient particulièrement leur moral. A l’occasion de la journée internationale des infirmiers, le Guide Social fait le point sur leur motivation et propose quelques pistes concrètes pour les soutenir.

Selon l’agence Express Medical, partenaire RH du secteur médical, le manque de considération pèserait lourd sur l’entrain professionnel des infirmiers. En avril, l’agence a commandé une enquête au bureau de recherche iVox, qui a interrogé 1.153 professionnels belges en soins infirmiers et en soins de santé sur leur bien-être au travail. L’enquête révèle que 72% des infirmiers et aides-soignants interrogés ont souvent le sentiment que leur travail n’est pas suffisamment reconnu par la société.

Mais l’enquête démontre tout de même une amélioration de cette situation, car deux infirmiers et aides-soignants sur cinq se sentent plus appréciés par leurs patients qu’en 2019 (42%). En effet, dans une enquête précédente, Express Medical soulignait déjà l’importance pour les travailleurs de se sentir valorisés dans leur quotidien professionnel.

Alors comment continuer sur cette lancée et rendre le quotidien professionnel des soignants plus agréable ?

 Lire aussi : Infirmier en soins généraux : métier en pénurie, nombreux débouchés

Se sentir reconnu pour préserver son amour du métier

Le métier d’infirmier est difficile, mais beaucoup de travailleurs sont avant tout animés d’une profonde passion pour le contact humain. Cette même passion permet alors de relativiser les difficultés et de s’accrocher. Pour Charlyne, infirmière à domicile, la passion pour son métier est un vrai moteur qui l’aide à redémarrer en cas de coups durs : “Notre profession nécessite des personnes passionnées souhaitant transmettre et avancer. Je pense que la passion permet de nous sauver de certains moments de fatigue et d’épuisement. Sans cette passion pour notre métier et ses nombreuses richesses, honnêtement, je ne pense pas qu’on puisse rester bien longtemps.

Mais comment faire lorsque la passion s’effrite ? Si les conditions de travail peuvent être pesantes, se sentir valorisé permet de garder à l’esprit le sens de son métier. Avoir la sensation de compter pour les autres permet donc de faire la différence dans la carrière professionnelle des infirmiers. Pour Christine, infirmière en cheffe de l’unité en soins palliatifs, il est clair que la passion ne suffit pas : “Indépendamment de l’amour pour le métier, il nous faut avoir une reconnaissance pour notre travail. Malheureusement, elle a été négligée pendant de longues années et il a fallu une crise supplémentaire pour se rendre compte de l’urgence d’agir pour notre secteur. Donc, vocation oui c’est vrai car cela reste un choix mais c’est un terme qui véhicule beaucoup de clichés concernant notre capacité à dire amen à beaucoup de choses.

L’enjeu est de taille : à court terme, l’accompagnement des bénéficiaires risque d’être réalisé à la hâte par des professionnels lassés, et au long terme, les soignants s’exposent à un épuisement professionnel. Véronique, infirmière à domicile, témoigne : “Le plus important, c’est d’apprendre à tenir dans la durée. Sinon avec nos personnalités de « sauveurs  », on court droit au burn-out. Je suis passée par là il y a très longtemps et me faire aider m’a permis de poursuivre plus sereinement ma carrière. Il faut pouvoir garder toute sa sensibilité et son empathie mais ne pas se perdre.

Ce besoin de valorisation des infirmiers et des soignants est bien connu des institutions de santé et l’agence Express Medical est consciente des conséquences, d’une part sur le bien-être des travailleurs, mais également sur la longévité de la profession. La directrice générale Pascale Vanrillaer déclarait déjà en 2019 : “Les infirmier(ère)s qui ne se sentent pas valorisé(e)s auront plus rapidement tendance à tourner le dos au secteur. Nous perdons ainsi un énorme potentiel. La charge de travail trop élevée et les tâches administratives qui pèsent sur leurs épaules torpillent l’appréciation des infirmier(ère)s et leur bien-être. Si l’on veut garantir la qualité des soins, il ne faudra pas perdre de vue la reconnaissance du personnel infirmier.

 Lire aussi : Infirmier : ce métier est-il fait pour moi ?

Valoriser les infirmières dans leur intérêt et celui des patients

Œuvrer à la satisfaction des soignants représente un enjeu pour leur bien-être individuel, mais aussi un défi de santé publique. Agir sur leur motivation professionnelle leur permet d’être plus disponibles et présents pour leurs bénéficiaires. Selon la directrice générale d’Express Medical, propos issus du communiqué de presse de 2019, pour “garantir voire améliorer la qualité des soins, il faut continuer à accorder au personnel infirmier la reconnaissance qu’il mérite.” Pour ce faire, l’agence propose au terme de son enquête plusieurs pistes possibles.

Pour améliorer l’attractivité de la profession, il est nécessaire d’en faciliter les conditions de travail, notamment en embauchant davantage de soignants et en leur accordant une rémunération plus élevée. Selon le Forem, le métier d’infirmier en 2021 faisait partie des professions en pénurie de main d’œuvre, et cette situation pourrait empirer au fil des années : “Les besoins en travailleurs pourraient à l’avenir augmenter au vu du vieillissement de la population et du contexte de crise sanitaire apparu en 2020, dans la mesure d’un financement suffisant du secteur de la santé.

Plus particulièrement, la directrice d’unité commerciale d’Express Medical, Leen Verwimp, interrogée par Reflexion Medical Network, propose d’encourager la création de postes d’infirmiers de projet, qui accomplissent leurs missions sur une période donnée - entre 6 à 9 mois – pour un établissement en particulier. Selon la directrice, ce poste serait de plus en plus demandé : "Nous constatons qu’il y a un grand intérêt pour le statut de l’infirmier de projet. Il s’agit d’un concept relativement nouveau dont les avantages vont bien au-delà du simple gain d’expérience. Cela donne aux infirmiers la possibilité de suivre des formations complémentaires qui sont remboursées par leur employeur et cela leur offre des avantages extra-légaux supplémentaires."

Enfin, une solution évidente pour redonner le sourire aux prestataires, accessible à tous et pourtant peu mise en pratique : manifester son soutien aux soignants par des gestes anodins de courtoisie et de respect.

Luisa Gambaro

Et pour aller plus loin :

[Découvrez les fiches métiers dédiées à la profession d’infirmiers] :
 Formation, missions, débouchés, spécialisations… : découvrez le métier d’infirmier
 Quelles sont les études pour devenir infirmier en Belgique ?
 Infirmier en soins généraux : métier en pénurie, nombreux débouchés
 Devenir infirmière indépendante en Belgique : les étapes-clés
 Devenir infirmier indépendant : les conseils pratiques d’un professionnel
 Quel est le salaire d’un infirmier en Belgique ?

[Découvrez les autres témoignages d’infirmier.ère.s] :
 Soins palliatifs : "On ne peut pas rater une fin de vie... c’est trop précieux"
 Charlyne, infirmière à domicile : "Sans passion, difficile de tenir sur la longueur !"
 "Voici comment je suis devenu infirmier psychiatrique"
 Louise et Eva, infirmières de rue : "On adore le soin mais on préfère le prendre soin"
 Interview de Laura Vaudon, Maitre de Formation Pratique à la HELHa

[Découvrez les autres professions du secteur psycho-médico-social] :

 Les témoignages
 Les fiches métiers



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus