"Donnez aux infirmières une reconnaissance, un signe de bienveillance"

La fédération nationale des infirmiers de Belgique a rédigé une lettre ouverte à l’intention des ministres fédéraux de la santé, des pensions et à la Première Ministre. Dans ce texte fort et sans langue de bois, la présidente de la FNIB réclame aux élus la reconnaissance de la pénibilité et de la dangerosité de la profession infirmière. Le Guide Social a repris en intégralité le texte.

Economie et Santé ne riment pas ! Ne le voyez-vous pas ?

Arrêtez, s’il vous plait, de nous prendre pour des imbéciles ou pire des anencéphales.

La revalorisation du métier des soignants des hôpitaux, d’autres structures de soins et aux personnes âgées ainsi qu’aux soins à domicile est une PRIORITE de santé et d’intérêt public.

Vous libérez une prime « coronavirus 19 », c’est un début. Mais, il faut maintenant concrètement et sur le long terme reconnaître la pénibilité et dangerosité de notre profession infirmière. Reconnaissez-nous comme « métier pénible » et permettez-nous alors les compensations liées à cela dont la pension anticipée plus rapidement. Que faut-il d’autre à Monsieur Bacquelaine comme exemple de dangerosité et de pénibilité ? Attendre qu’un nombre impensable de soignants (tous) décède pour diminuer la facture ? C’est écœurant, inhumain et irresponsable !

Les « blouses blanches » communément désignées par cette couleur ont été abandonnées dans cette économie de marché. Economie et Santé ne riment pas : comment faire tourner cette économie si la majorité de soignants ne soignent plus ? Par contre, Santé et Economie sont de « bons amis » : le premier favorisera le second !

Cette hécatombe résulte de vos choix politiques : assumez ! Simple grippe avez-vous clamé Madame De Block ? Pas besoin de protection ! Nous sommes des pleurnichards ? Où êtes-vous pendant que nous sommes sur le terrain contre vents et marrées et contre cet ennemi impitoyable et invisible ?
Arrêtez !

Faites ce geste politique attendu et d’intérêt citoyen.

Donnez-nous une reconnaissance, un signe de bienveillance : arrêtez les coupes budgétaires dans la Santé et reconnaissez notre pénibilité.

Dalla valle Alda

Présidente de la FNIB

[Sur le même sujet] :
- Le cri d’alarme des infirmières à domicile en 1ère ligne face au virus
- "Les infirmiers et infirmières à domicile sont les grands oubliés !"
- Distribution de masques aux infirmières à domicile : "Un capharnaüm !"
- Soigner ou se protéger : un dilemme de chaque instant pour le personnel en première ligne
- Isaura Castermans, infirmière de 30 ans, est décédée
- "Je suis vue comme une pestiférée", témoigne une infirmière
- Coronavirus : "Hier, j’ai tué mon patient", témoigne un infirmier
- "Terrassons le coronavirus et la marchandisation de la santé"
- "Ces pieds de nez, c’est à nous soignants sur la ligne de front que vous les faites"
- "Aujourd’hui, je suis Belgique, soignant et solidaire !"
- Covid-19 : "Supprimez nos stages infirmiers et faisons du volontariat"
- Coronavirus : l’inquiétude des étudiants infirmiers actuellement en stage



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus