Travailleurs sociaux - Formuler un objectif de travail : quels critères ?

Travailleurs sociaux - Formuler un objectif de travail : quels critères ?

Nous faisons cela tout le temps, en tant que travailleurs sociaux : aider nos bénéficiaires à formuler des objectifs, pour ensuite les aider à les atteindre. Nous nous plions nous-mêmes à l’exercice lorsque nous remplissons des appels à projets ou des rapports d’activités, ou encore pour ceux d’entre nous qui ont des entretiens d’évaluation. D’aucuns diraient que nous sommes capables de formuler des objectifs les yeux fermés … Et pourtant, un objectif est le résultat d’une stratégie. La PNL considère d’ailleurs qu’il y a plusieurs critères à remplir afin qu’un objectif soit atteignable.

[Dossier] :
- La PNL : un formidable outil pour le travailleur social
- Les présupposés de la PNL, (re)partir sur de bonnes bases

L’objectif doit être énoncé en termes positifs

Notre cerveau ne peut pas se faire une représentation de quelque chose formulé en termes négatifs. D’ailleurs, notre cerveau « supprime » les termes négatifs lorsque nous formulons un objectif. Par exemple, « ne plus fumer » devient donc « fumer » … Aussi, il est primordial de formuler un objectif de manière positive. De même, notre cerveau ne peut pas se représenter un « non-comportement » tel que, par exemple « arrêter de … ». Sachant cela, nous pouvons orienter nos questions de manière à ce que la personne formule un objectif destiné à « aller vers » un état désiré, et non pas à « s’éloigner de » quelque chose.

L’objectif doit être vérifiable et observable

La personne doit être capable de dire comment elle saura qu’elle aura réalisé son objectif. Elle doit pouvoir décrire ce qu’elle verra, entendra, ressentira de nouveau et qui en sera la preuve. De même, l’objectif atteint doit être observable par d’autres, donc la personne doit pouvoir expliquer ce que les autres verront, entendront qui sera la preuve que cet objectif est atteint. Pour être vérifiable, l’objectif doit être un comportement : les pensées, états, etc. ne sont pas vérifiables. Il s’agit donc d’amener la personne à se projeter dans la situation et à décrire des comportements. Il s’agit aussi pour elle de se demander à quoi elle saura qu’elle recule. En effet, les changements sont rarement linéaires, et la « rechute » peut faire partie du processus. Elle est donc à questionner, car elle apporte des informations, au même titre que n’importe quel feedback.

L’objectif doit être précis et contextualisé

En effet, on peut (désirer être capable de) faire certaines choses dans certains contextes et pas dans d’autres. Pour autant, certains objectifs sont difficilement contextualisables, mais il reste dans notre intérêt de le faire, afin de faire les choses petit à petit et d’éviter la paralysie. Il est question ici de savoir où, quand et avec qui la personne désire atteindre cet objectif, ainsi que où, quand et avec qui la personne ne désire pas l’atteindre. Avec qui elle souhaite partager cette réussite, et avec qui elle ne le souhaite pas. En effet, en règle générale, une partie de nous souhaite changer et une partie ne le souhaite pas. Il s’agit donc de donner à la partie qui ne le souhaite pas de quoi être satisfaite.

L’objectif doit être sous le contrôle de la personne

Ce travail est très important : il s’agit de questionner qui est responsable de l’atteinte de l’objectif, et de faire en sorte que la personne sorte d’une situation où elle est passive et aille vers une situation où elle est active. Il s’agit peut-être aussi, parfois, d’aider la personne à prendre conscience que que qu’elle cherche dépend des autres et de l’aider à s’émanciper de ça. Parfois, il s’agira de l’aider à redéfinir son objectif pour qu’il soit sous son contrôle tout le temps. Identifier les personnes pouvant faire barrage est aussi très important, car la personne n’est jamais seule, elle s’inscrit toujours dans un système, même si ce système est composé de personnes qui ne sont plus physiquement proches.

L’objectif doit être réaliste et réalisable

Il doit à la fois relever du réel et être lié aux ressources de la personne, à la mise en oeuvre du réel. Bien souvent, nous sommes confrontés à des objectifs réalistes, mais pas réalisables … il est difficile d’accompagner quelqu’un à accepter que quelque chose soit réalisable pour l’un, mais pas forcément pour l’autre. Dans ce cas-ci, le travail peut être de rendre l’objectif sous contrôle de la personne, ou d’aider la personne à avoir accès à une autre personne, ou à une structure, qui possède l’accès aux ressources nécessaires.

L’objectif doit être écologique

Cela signifie qu’il doit être en accord avec les valeurs de la personne, et donc que la personne doit avoir conscience de ses valeurs. En effet, nos objectifs sont une manière de mettre nos valeurs en mouvement. La personne doit y gagner en atteignant cet objectif, et ce choix doit être écologique dans le temps. En outre, plus la réversibilité est difficile et plus les aspects écologiques et les conséquences sont à travailler. La personne doit également avoir conscience de ce qu’elle a à perdre en atteignant son objectif, et être en accord avec cela. En outre, la personne doit savoir en quoi les changements qu’elle met en oeuvre impacteront également son ou ses systèmes (familial, professionnel, social, etc.). De même, un objectif s’inscrit généralement dans quelque chose de plus large, il est une étape et il importe de le comprendre, de comprendre les tenants et aboutissants de cet objectif.

Le plus petit pas

Quel est le plus petit pas que la personne puisse faire pour s’engager dans son changement ? Il s’agit de poser un acte concret, de se mettre en mouvement, de la manière la plus subtile possible. En effet, un très petit pas n’induit pas l’idée de changement pour le cerveau, qui accepte sans résister. En outre, l’action est importante, car elle engage la personne dans son processus de changement. Nous le savons, formuler un objectif est un travail important, qui nécessite de prendre du temps, car de la formulation de cet objectif dépend souvent la réussite de l’entreprise. La manière dont la PNL aborde les choses, et plus particulièrement la définition des critères de formulation d’un objectif, peut nous aider dans ce travail si délicat et si indispensable au quotidien.

MF - travailleuse sociale

[De la même autrice] :
- "Être éducateur dans une société en crise"
- Le non-marchand, oublié du (dé)confinement
- Patients psychiatriques, détenus, personnel : les oubliés de la crise
- Coronavirus : travailleur social en télétravail ?
- Coronavirus : quand nos hôpitaux en sont réduits à mendier...
- Gare à la surenchère dans l’offre de services sociaux
- Toujours en burn-out malgré les vacances...
- Vivre un deuil au travail
- De l’injonction à la résilience chez le travailleur social
- Éducateur spécialisé, le parent pauvre
- L’hypnose, un formidable outil pour le travailleur social
- Travailler en réseau : bénéfices et difficultés
- Les travailleurs sociaux sont-ils tous sur un pied d’égalité ?
- Travailleur social : gérer la lassitude professionnelle



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus