Echanger les pratiques pour un meilleur accueil

Echanger les pratiques pour un meilleur accueil

Afin de permettre une amélioration de l’accueil et de l’accompagnement des sans-abris, le service communal schaerbeekois Latitude Nord échangera le 8 mars avec des professionnels français.

En période de grand froid, les réseaux d’aide aux sans-abris s’organisent. Malgré l’investissement de 15 millions d’euros pour la lutte contre le sans-abrisme de la part du gouvernement bruxellois, la grande précarité demeure et les acteurs de première ligne doivent mettre en place des solutions d’accueil. A Schaerbeek, le service communal Latitude Nord recevra jeudi 8 mars des professionnels de l’aide aux personnes en grande précarité venus de France. L’objectif de cette rencontre est d’échanger sur les pratiques de chacun afin d’améliorer l’accueil et l’accompagnement des sans-abris.

Un échange de bonnes pratiques

Les membres de l’association française Espoir rencontreront les travailleurs sociaux et le psychologue de l’équipe de Latitude Nord, le service communal schaerbeekois. Lors de cette matinée, les professionnels français et belges échangeront sur leurs pratiques d’accueil et d’accompagnement des personnes sans-abris. L’objectif est d’améliorer ces pratiques, aussi bien pour l’association que pour le service communal, pour mieux faire face aux demandes différentes des personnes en grande précarité. "Situé en face de la gare du Nord, je peux vous dire qu’à Latitude Nord, on en voit du monde", explique Yvan Bjoko, coordinateur de Latitude Nord, dans un communiqué, "Qu’ils viennent d’ici ou d’ailleurs, nous assurons à tous le même accueil. Mais tous ne veulent pas la même chose. Certains cherchent une rencontre informelle, un accompagnement social, administratif ou psychologique. D’autres viennent pour se réchauffer, boire une boisson chaude ou faire un brin de toilette."

Un accueil nécessaire

Pour les travailleurs sociaux, la question de l’accueil des sans-abris est d’autant plus importante en cette période hivernale. Les centres d’hébergement d’urgence tournent ainsi à plein régime. Les travailleurs sociaux doivent aussi faire face au refus de certaines personnes de dormir en centre d’accueil de nuit. Ainsi, les communes de Namur, Etterbeek, Bruxelles et Charleroi ont demandé l’arrestation des sans-abris qui refusent cette solution. Une décision qui fait polémique au sein du secteur.

En Belgique, de nombreuses initiatives pour les sans-abris

En Belgique, le secteur de l’aide aux personnes en grande précarité fait preuve de nombreuses initiatives. C’est par exemple le cas du projet Home for less, dont les participants, étudiants en architecture, ont conçu des studios entièrement démontables à installer dans les bâtiments inoccupés de Bruxelles. On peut aussi citer Housing First, un dispositif qui permet à des personnes sans-abris d’être logées et accompagnées afin de leur permettre une meilleure insertion socio-professionnelle, qui connaît un réel succès.

[A Lire]

- Le Samusocial pour le libre choix des sans-abris
- Le secteur des sans-abris, entièrement réformé
- Le plan Grand froid, pour lutter contre le sans-abrisme



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus