Premier bilan pour la politique de "gender mainstreaming" à Bruxelles

Premier bilan pour la politique de

La secrétaire d’Etat bruxelloise en charge de l’Egalité des Chances, Bianca Debaets, a présenté en commission pour l’égalité femmes-hommes le premier rapport quant à l’évolution de la politique de la Région depuis l’ordonnance "gender mainstreaming". Celui-ci révèle quelques évolutions, qui doivent néanmoins être développées pour apercevoir de réels progrès.

En 2012, Bruxelles adoptait l’ordonnance "gender mainstreaming", qui a pour but de faire entrer les considérations de genre dans toutes les politiques. Dans le cadre de cette politique, des mesures de gender budgeting ont notamment été mises en place. La semaine dernière, la secrétaire d’Etat a présenté le premier rapport sur l’évolution de la politique régionale en la matière à la commission pour l’égalité entre les femmes-hommes du parlement bruxellois. Il en ressort que de nombreuses mesures ont bien été mises en place, mais que l’effort doit être poursuivi afin de mettre fin aux inégalités.

Premier rapport, bilan nuancé

Le rapport présenté par Bianca Debaets fait l’inventaire sur plus de 300 pages des décisions prises entre 2015 et 2017 pour favoriser l’égalité entre les hommes et les femmes dans la Région. Pour le moment, force est de constater que les résultats ne sont pas flagrants. Pourtant, les instances régionales ont bien bougé. Dans chacune d’entre elles, des "coordinateurs genre" ont ainsi été nommés et les équipes ont été sensibilisées à l’égalité des genres. Des mesures nécessaires selon Bianca Debaets : "Les inégalités naissent souvent car les lignes politiques ne tiennent, involontairement, pas compte du genre", a-t-elle déclaré. "Les femmes et les hommes, en fonction de leur sexe, sont confrontés à des diverses réalités et ont de ce fait d’autres besoins et nécessités auxquels les responsables politiques doivent être attentifs". Enfin, des objectifs ont été fixés et plusieurs mesures, encore au stade de projets, sont étudiées.

- [A lire] : "Sale Chienne", la campagne qui lutte contre le sexisme en rue

Des initiatives à poursuivre

Plusieurs outils et mesures ont été développés dans le cadre de l’ordonnance "gender mainstreaming" pour favoriser l’égalité femmes-hommes, et les efforts en la matière doivent se poursuivre. C’est par exemple le cas du "test genre", qui vise à vérifier que tous les projets de lois respectent l’égalité des genres. Mal utilisé dans certains administrations, il devrait bientôt faire l’objet d’une ordonnance pour être amélioré. Le rapport aborde différents aspects abordés par la Région pour plus d’égalité. C’est le cas par exemple de la discrimination au logement, qui a fait l’objet d’une vaste étude en 2016, mais aussi de l’entreprenariat des femmes, qui est encouragé au travers de la plateforme Women in Brussels. On peut citer aussi des réflexions sur l’examen d’entrée au SIAMU, afin d’y intégrer plus de femmes, et sur la nécessité de statistiques sur le genre, auxquelles l’institut bruxellois s’atèle petit à petit.

- [A lire] : Des mesures pour faire face aux violences sexistes

Intégrer les questions de genre dans les politiques

L’ordonnance "gender mainstreaming", adoptée en 2012 en Région bruxelloise, vise à faire entrer la question du genre, de l’égalité entre les hommes et les femmes, dans toutes les politiques. De fait, toutes les décisions doivent respecter ce principe et tendre vers une meilleure égalité. En effet, aujourd’hui encore, les femmes demeurent défavorisées dans de nombreux domaines. Plus souvent victimes de violences sexistes, notamment au sein du couple, elles sont aussi dévalorisées sur le marché du travail par exemple, où elles subissent parfois un harcèlement moralement éreintant.

- [A lire] : 2017, année de libération de la parole des femmes

La rédaction



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus