Mieux que Viva for Life, la sécurité sociale

Mieux que Viva for Life, la sécurité sociale

Chaque année, nous avons droit à ce cirque médiatique qu’est Viva for Life. Cette année, son retentissement a été légèrement éclipsé par l’actualité, mais cette opération, et ses semblables, continuent encore et toujours à tenter de nous faire croire que l’on peut endiguer la misère à coups de dons à une chaîne radio et de financements au lance-pierre de projets associatifs.

Au-delà du danger que représentent ces opérations pour le principe même de la sécurité sociale, un des socles de notre démocratie, de telles opérations, qui ont également, voire prioritairement, pour but de faire de l’audimat, donnent dans la surenchère au niveau de la mise en scène de ce qu’elles prétendent contribuer à endiguer : la misère, la pauvreté infantile, etc. En termes de dignité humaine, on repassera.

La sécurité sociale en danger

Il fut un temps, la solidarité a été érigée en principe national, donnant naissance à la sécurité sociale, financée par chaque citoyen et entreprise au travers de ses impôts. Notre système de sécurité sociale était d’ailleurs, jusqu’à il y a peu, un des plus performants du monde. Force est de constater qu’au fil du temps, il a été de plus en plus dénué de sa substance et qu’à l’heure actuelle, des familles entières passent à travers les mailles d’un filet devenu trop lâche.

Le doux rêve de l’émancipation, la réalité de l’assistanat

Malheureusement, un certain assistanat, financièrement gérable il y a quelques décennies et profitable politiquement, a progressivement pris la place du principe d’émancipation allant de pair avec la sécurité sociale. Il faut dire que l’éducation, l’émancipation et l’aide aux plus fragiles d’entre nous nécessitent d’investir massivement, notamment dans le social et l’éducation, et que ça n’a jamais été le fort de nos gouvernants, même en période de plein emploi. A l’heure actuelle, poursuivre dans la voie de l’assistanat n’est plus envisageable, au regard de la situation économique de notre pays, et le doux rêve de l’émancipation n’a toujours pas trouvé sa place au sein des manifestes politiques. En effet, les politiques « sociales » actuelles, beaucoup plus individualistes qu’auparavant, n’ont de cesse de détricoter un filet déjà bien mis à mal.

Charity business ou individualisation de l’aide sociale

Dans un tel contexte, on pourrait se réjouir de l’arrivée d’opérations de charity business telles que Viva for Life. En réalité, elles ont toujours existé, mais leur retentissement médiatique était peutêtre moindre qu’aujourd’hui, à l’ère des réseaux sociaux, de l’instantanéité de l’information, de la multiplicité des médias et de l’omniprésence d’internet dans la vie de la majorité d’entre nous. Pourtant, le principe même de ces opérations de charity business est condamnable : elles légitiment l’appel à la générosité publique pour pallier un travail qui doit être fait par l’Etat et financé par chaque citoyen, selon le principe de solidarité globale qui régit notre système social. Les citoyens le financent d’ailleurs déjà. C’est la redistribution qui pose problème. De telles opérations légitiment les cadeaux fiscaux accordés à de grandes entreprises, les coupes budgétaires faites ici et là, l’augmentation indécente des budgets des cabinets ministériels, le maintien d’administrations obsolètes et trop coûteuses, la déresponsabilisation politique globale.

La course au buzz

En outre, dans cette course au buzz et à l’audimat, l’expression « le poids des mots, le choc des photos » n’a jamais été aussi vraie. Il faut mettre en scène, démontrer, à coups de photos, de vidéos, de témoignages, de statistiques simplistes. Le tout en un format court et percutant, qui saura capter l’attention de l’internaute et du téléspectateur moyen, devenu de plus en plus déshabitué de la lecture et de l’analyse, pourtant nécessaires si l’on veut un tant soit peu cerner des problématiques aussi complexes que la pauvreté infantile. De telles pratiques posent évidemment question, en termes déontologiques, mais aussi relativement à la notion de plus en plus floue de dignité humaine, à l’heure où tout devient télé-réalité.

Nous n’avons pas besoin de charité...

Pourtant, de telles opérations financent des projets, permettent à des associations de (sur)vivre. Justement, tout le problème est là. Si, grâce à de telles opérations, certaines associations peuvent respirer (au passage, tant pis pour les autres), c’est bien qu’il y a un souci en termes de financements structurels. Car les associations n’ont pas besoin qu’on leur jette des miettes chèrement gagnées pour respirer, elles ont besoin de financements structurels pérennes. En effet, les quelques milliers d’euros offerts à chaque association sélectionnée ne sont qu’une goutte d’eau dans l’océan de leurs besoins. Concrètement, ce genre de financements ne change pas grand chose, mais nous sommes tellement étranglés financièrement que nous en sommes là … Avec des financements pérennes, tout le temps perdu à remplir des dossiers de candidature longs comme le bras et à réinventer son travail quotidien pour le faire rentrer dans les cases de l’appel à projets du moment pourrait alors être employé aux missions de terrain, si essentielles et, pour beaucoup, non couvertes par les institutions publiques.

Mais de financements structurels pérennes

Aucune association ne recourt à Viva for Life, ou à des opérations et organisations similaires par plaisir, nous le faisons parce que nous n’avons pas le choix. Comment cautionner cette mise en scène de la misère sous prétexte de sensibilisation du « grand public » ? Comment cautionner cette course au projet le plus « innovant » alors que tant de besoins structurels sont inassouvis et que la sécurité sociale est chaque jour un peu plus vidée de sa substance ? Comment envisager sans broncher ce retour à la charité prodiguée par les dames patronnesses d’antan au « pauvre méritant et laborieux » ? Mieux que Viva for Life, il y a la sécurité sociale. Ne cassons pas l’outil.

MF - travailleuse sociale

[De la même autrice] :
- Travail social : déceler un manipulateur et s’en protéger
- Travailleur social : (se) motiver au changement
- Le non-marchand, encore et toujours oublié de la crise
- Travailleur social : astuces pour mieux communiquer, malgré le masque
- "Être éducateur dans une société en crise"
- Le non-marchand, oublié du (dé)confinement
- Patients psychiatriques, détenus, personnel : les oubliés de la crise
- Coronavirus : travailleur social en télétravail ?
- Coronavirus : quand nos hôpitaux en sont réduits à mendier...
- Gare à la surenchère dans l’offre de services sociaux
- Toujours en burn-out malgré les vacances...
- Vivre un deuil au travail
- De l’injonction à la résilience chez le travailleur social
- Éducateur spécialisé, le parent pauvre
- L’hypnose, un formidable outil pour le travailleur social
- Travailler en réseau : bénéfices et difficultés
- Les travailleurs sociaux sont-ils tous sur un pied d’égalité ?
- Travailleur social : gérer la lassitude professionnelle



Commentaires - 5 messages
  • Merci infiniment d'avoir traduits en mots et parfaitement argumenté ce que je ressens depuis un certain temps.

    Que votre analyse et votre message soient abondamment diffusés, espérons encore en un changement de politique et un vote plus responsable.

    Pierre-Yves de Namur.

    Pieriv vendredi 8 janvier 2021 13:09
  • certaines asbl ne remplissent même pas le rôle pour lequel elles ont été créées elles sont là uniquement pour justifié des subsides qui pourraient être mieux redistribués

    Carine debergen dimanche 10 janvier 2021 12:40
  • Merci pour ce texte. Vraiment merci. Il reflète ce que je pense aussi.

    Marjolaine.

    Marjosongs jeudi 14 janvier 2021 09:58
  • Merci merci de mettre en mots ce que je marmonne dans mon fauteuil depuis le début de ce programme.
    Vous avez le juste vocabulaire et les arguments que je n'arrivais pas à chorégraphier et dont je ne savais pas quoi en faire.
    Chacun c'est compétence...
    Encore merci

    barbouille42 jeudi 14 janvier 2021 17:04
  • Bonjour,
    Merci pour votre opinion instructive !
    Je suis d'accord sur le fond de votre message, concernant le manque de financement structurel des associations de terrain et la mauvaise répartition de l'argent récolté du contribuable au travers des impôts. Il est temps que nos dirigeants reviennent à de vraies priorités telles que l'éducation, la santé et la justice, au lieu de considérations purement économiques.

    Cependant, je soutiens Viva for Life. En effet, cette opération, bien qu'il y ait une part de mise en scène, m'a fait prendre conscience de l'étendue du problème. Pourtant, je dois avouer que je ne viens pas du milieu le plus aisé et mes parents ont beaucoup travaillé pour que je puisse faire des études et des activités. Mais quand bien même, je ne me rendais pas compte de certaines problématiques mises en lumière par Viva for Life. Je me rends bien compte que les dons ne sont qu'un pansement très petit pour pallier à l'urgence comparé à l'ampleur du manque de financement, mais je ne comprends pas pourquoi cette opération en particulier dérange tant.

    Si je suis votre logique, les Restos du Coeur n'ont pas lieu d'être (j'aimerais qu'ils ne soient pas nécessaires ceci dit). Ou encore, le Télévie serait donc à mettre au même rang que Viva for Life parce qu'après tout, le financement de la recherche et la santé sont des compétences des autorités. Or, certains chercheurs sont exclusivement payés grâce aux dons et pendant cette opération, on voit aussi des témoignages de personnes sur le point de mourir, faute de traitement. Là aussi, on peut y voir de la mise en scène. Enfin, la mort, la maladie, le handicap, tout comme la pauvreté, dérangent mais il ne faudrait pas les cacher pour autant, selon moi.

    Je me pose dès lors cette question : pourquoi ne pas associer le RWLP à l'opération Viva for Life ? Pourquoi ne pas en profiter pour éclairer encore plus les revendications que le réseau a pendant toute l'année ? Pourquoi ne pas en profiter pour mettre le doigts sur les problèmes sous-jacents à la pauvreté infantile grâce à vous, aux travailleurs sociaux ? Je trouve personnellement que ce serait une meilleure approche que de les transformer en ennemis de la cause, ce qu'ils ne sont pas. Et ce serait plus intéressant de vous entendre vous à l'antenne plutôt que la ministre qui ne fait rien pour que ça s'arrange...

    SarGlm lundi 18 janvier 2021 14:16

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus