Chronique d’un psy : "Les psy, ça ne compte pas…"

Chronique d'un psy:

Alors que la crise sanitaire continue de toucher de plein fouet la santé mentale de notre population, T. Persons tente de comprendre pourquoi il est tellement compliqué d’intégrer le bien-être psychologique dans la balance des directives de notre gouvernement.

Les symboles, pour les psy, c’est toute une histoire. Ils sont là, discrets, faisant sens, nous rappelant à quelque chose de plus global qui nous échappe, et sur lesquels on peut ne pas forcément mettre des mots. Les symboles, ça en dit long, sans pour autant s’étaler comme un discours. C’est fugace, humble, souvent subtil, parfois indéchiffrable. Ça nous marque, ça nous émeut, ça nous choque. Quand une femme arbitre ne peut être saluée par un Cheikh qatari, c’est tout un symbole. Quand notre Premier Ministre tourne le dos à son interlocuteur psychologue sur un plateau de télévision, c’en est un autre…

Vous n’êtes pas sensé l’ignorer, un psy, c’est plutôt dans la réflexion. Alors du coup, face à une énigme, moi, je creuse. Peut-on postuler que notre Premier Ministre est un goujat mal élevé ? Non, avec sa tête de jeune premier tout propre, tout gentil, tout inoffensif qui va contrebalancer son côté charmant fils à papa qui roule en décap’, le polo Ralph Lauren noué autour du cou, il n’y a rien qui laisse paraître une mauvaise éducation. Notre petit Alexander sait se tenir. Il connait la bienséance, les règles d’usage. Ce n’est donc pas ça. Est-il aveugle ? Non. Pas de canne, pas de chien, pas de lunettes noires, pas de piano. Est-il étourdi ? Diantre, le gars est ingénieur commercial, il est à la tête d’un État. Non, il n’est pas du genre à pas faire exprès. Il est même plutôt du genre à faire exprès de pas faire exprès. Tout est maitrisé, calculé, cadré.

Du coup, vous êtes sûr qu’il n’est pas aveugle ? Non, ça non. Mais si tout est maitrisé dans son chef, peut-on postuler qu’il préfère ne pas voir ? On met des œillères, on tourne le dos, on fait comme si ça n’existait pas. Une fissure au plafond, un réchauffement climatique, une domination patriarcale, si je ne le vois pas, est-ce que cela existe ? Couvrez ce sein que je ne saurais voir ! Il y a peut-être de ça… De fait, le discours du psy, ça dérange. Non, mieux vaut se retourner vers ses semblables : les chiffres, les données, les courbes. Ça, notre Alexander, il peut comprendre. La souffrance, la solitude, le mal-être, on ne peut pas les gommer à coup de mesures. Il faut du temps, de la compréhension, de la bienveillance. Bref, les psy, ça l’emmerde.

Au moment de prendre une décision, on fait sans eux

Pourtant, c’était pas Alexander qui disait qu’il faudrait prendre en compte la détresse psychologique de notre population ? C’était lui ? Ou un autre ? Il faut dire, tout le monde y va de sa saillie. La santé mentale, c’est important. C’est même primordial, mais uniquement dans la communication de nos Élus. Après, pour le reste, on va quand même pas s’enticher d’avis d’experts qui pensent que pour aller mieux, il faudrait de la transparence et de la clarté. Puis, c’est bon, là, on a ouvert les coiffeurs pour que les gueux puissent se couper les tifs, on a fait de belles photos et c’est pas suffisant ? Faudrait ouvrir l’Horeca aussi ? Et puis quoi encore, de la culture ? Du lien social ? Tout cela n’est pas bien sérieux, voyons.

Clairement, les psy, ils ont beau faire des groupes d’experts, être alertes dans les médias, ça ne compte pas ou peu. On dira qu’on les écoute, qu’on les convie dans les cabinets ministériels, mais au moment de prendre une décision, on fait sans eux. Or, quand on se prive de quelque chose parce qu’on a trop peur de le regarder en face et que ça devient un fameux handicap, on consulte un professionnel… Alors Alexander, par pitié, au nom de la population, je t’en conjure, prends rendez-vous. Ce serait un fameux symbole, non ?

T. Persons

[Sur le même sujet] :



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus