Coronavirus : les recommandations de la Compsy aux psychologues

Coronavirus: les recommandations de la Compsy aux psychologues

Dois-je fermer mon cabinet ? Comment veiller à la bonne hygiène dans la salle d’attente ? Comment effectuer de la téléconsultation ? Comment gérer les patients mis en quarantaine ? La Commission des Psychologues a diffusé une série de recommandations à destination des psychologues cliniciens en pratique pour faire face efficacement à l’épidémie de coronavirus. Voici les conseils de la Compsy :

En premier lieu, il est important d’assurer la continuité des soins pour nos patients qui ont besoin de soins. En outre, il est important de prévenir toute nouvelle propagation du virus. Enfin, nous devons tout faire pour que notre système de santé ne soit pas surchargé :

- Garantir la continuité des soins : il n’est pas conseillé de fermer votre cabinet pour le moment, bien au contraire. Si nous fermons tous nos cabinets, nous risquons de surcharger la deuxième ligne, la troisième ligne et les services d’urgence. Nous devons éviter cela à tout moment ! Pensez également à la situation dans laquelle vous seriez vous-même malade. Nous vous conseillons de prendre des accords avec vos collègues à proximité.

- Poursuivez les accompagnements essentiels : vérifiez attentivement dans le dossier de votre patient quels accompagnements doivent être poursuivis et quels traitements peuvent être temporairement arrêtés, au moins jusqu’au 03 avril 2020. Faites cette évaluation principalement sur la base de l’appréciation du risque de décompensation de votre patient sans suivi qui rendrait nécessaire des soins plus intensifs et menacerait de surcharge.

- Limiter la propagation du risque : le plus grand risque à l’heure actuelle est la contamination intergénérationnelle (différents âges en un même lieu). L’une des zones à risque pour cette contamination est la salle d’attente.

Si l’accompagnement doit être poursuivi :

- Veillez à une bonne hygiène dans la salle d’attente et pendant vos consultations : les recommandations en matière d’hygiène de base sont bien entendu en vigueur pendant vos consultations. Invitez les gens à se laver et à se désinfecter les mains. Evitez tout contact physique (gardez une distance minimale de 1 mètre, saluez-vous à distance).
- Encouragez les gens à ne pas payer en espèces. Si vous utilisez un terminal de paiement, désinfectez-le régulièrement.)
- Eviter la présence de groupes vulnérables (personnes âgées, affaiblies). Vous pouvez par exemple demander aux gens d’attendre dans la voiture plutôt que dans la salle d’attente.
- Personnes malades : utiliser les consultations par internet et par téléphone (voir plus loin). Veillez à ne pas recevoir ces personnes dans votre salle de consultation.
- Détection précoce : la définition du cas actuel de coronavirus (Covid - 19) englobe une infection aiguë des voies respiratoires supérieures ou inférieures, ou une personne souffrant d’un trouble respiratoire chronique dont l’état se détériore. Conseillez à ces personnes de contacter leur médecin généraliste par téléphone. Soulignez que ces personnes devraient d’abord contacter leur médecin généraliste par téléphone au lieu de se présenter en personne.
- L’anxiété secondaire : avec les mesures affectant de plus en plus la vie quotidienne des gens, l’anxiété au sein de la population va augmenter. Nous vous demandons de prévoir un espace dans votre cabinet pour accueillir les personnes anxieuses, qui peuvent avoir besoin d’une aide à court terme pour éviter d’aggraver encore leur peur. Les conseils ci-dessus peuvent être utiles lors de cette première rencontre.
- Privilégiez autant que possible les consultations par internet et par téléphone : Afin d’éviter une nouvelle propagation du virus, mais en même temps de garantir la continuité des soins, les consultations par téléphone et par internet offrent une alternative valable. Utilisez cette alternative autant que possible. Des lignes directrices spécifiques pour le recours à la téléconsultation et des outils en ligne ont été élaborés par le Standing Committee on Psychology & Health et le Project Group E-health de l’EFPA, European Federation of Psychologists’ Associations.

Lignes directrices pour le recours à la téléconsultation

Pendant cette période de (auto-) quarantaine dans le cadre du coronavirus COVID-19, l’EFPA, European Federation of Psychologists’ Associations, souhaite souligner la valeur ajoutée et l’importance des téléconsultations. Le Standing Committee on Psychology & Health et le Project Group E-health affirment que les consultations en ligne, notamment par le biais du chat vidéo, sont une alternative possible pour les soins et la thérapie psychologiques. C’est essentiel pour protéger non seulement votre propre santé, mais aussi celle de vos patients/clients. Les recherches montrent que les consultations en ligne sont légèrement moins optimales que les soins conventionnels, mais peuvent néanmoins conduire à des résultats similaires. Des lignes directrices complètes pour des soins éthiques et fondés ont été adoptées au niveau international depuis un certain temps déjà (par exemple, les lignes directrices de l’American Psychological Association, https://www.apa.org/practice/guidelines/telepsychology). Ils aimeraient souligner les points essentiels suivants pour l’utilisation de cette technologie à court terme :

- Discutez de cette option avec votre patient/client, de préférence par téléphone. Expliquez la logique sous-jacente et soulignez l’importance de recourir aux téléconsultations pour le moment. L’idéal est de ne commencer un tel processus que pour maintenir un accompagnement en cours : cela vous donnera également une meilleure idée de la manière d’intervenir en cas d’urgence, par exemple en cas de risque d’automutilation ou de suicide.
- Assurez-vous que vous et votre patient/client êtes dans une pièce isolée et calme et ne pouvez pas être dérangés par d’autres personnes.
- Prévoyez suffisamment de temps pour les problèmes techniques éventuels.
- N’utilisez pas un ordinateur public, déconnectez-vous après une session et assurez-vous que votre système d’exploitation et vos applications sont à jour.
- En cas de violation de la sécurité de votre appareil, informez les patients/clients et la police et faites appel à un professionnel de l’informatique.
- Utilisez des outils professionnels : n’utilisez pas Messenger, WhatsApp, Skype ou Telegram.

Divers outils sont actuellement disponibles, mais aucun n’est totalement adapté aux psychologues belges et à nos services de santé mentale. Nous fournissons donc un aperçu ad hoc des outils qui ne reçoivent pas notre approbation ou recommandation formelle, mais qu’il peut être pertinent de prendre en considération. À cette fin, la VVKP a travaillé avec Sofie Staelraeve de Dashplus, qui conseille et soutient les innovateurs dans le domaine des soins de santé numériques.
- Whereby : Outil convivial de la Norvège. Pas spécialement conçu pour les soins. Gratuit ou 9,99 € par mois pour un compte professionnel.
- Kara Connect : Système accessible adapté aux besoins des professionnels de la santé, originaire d’Islande. 29 € par mois.
- Zoom for Healthcare : La variante pour les soins de la célèbre plateforme de réunion. 189,60 € par mois, jusqu’à 10 appels simultanés. Il semble particulièrement adapté aux pratiques de (grands) groupes.

Lignes directrices supplémentaires pour les psychologues indépendants :

- Préparez votre pratique : déterminez si vous pouvez faire preuve de plus de souplesse dans le suivi de vos patients/clients. Pouvez-vous adapter votre politique générale concernant les annulations de dernière minute ? Avez-vous préparé un plan alternatif au cas où vous seriez vous-même malade ? Quelqu’un peut-il continuer à assurer la communication avec vos patients/clients au cas où vous seriez vous-même malade ? Avez-vous établi une liste de numéros utiles que vos patients/clients peuvent contacter en cas d’urgence ?
- Établissez un plan de communication pour vos patients/clients : déterminez les mesures que vous prendrez pour rester en contact avec vos patients/clients et leurs proches en cas de confinement ou de quarantaine. Déterminez également les mesures que vous prendrez en cas d’annulation d’un rendez-vous ou de maladie. Notez toutes ces mesures dans un document que vous pouvez partager avec vos patients/clients et qui peut servir de source de discussion. N’hésitez pas à envoyer ce document par courrier électronique ou à le publier sur votre site internet.

Situation particulière : quarantaine

Une situation particulière concernant le coronavirus, les patients/clients mis en quarantaine. Cela signifie une situation particulièrement difficile et stressante pour le patient/client. Un collègue Atle Dyregrov, professeur de psychologie clinique à l’université de Bergen, en Norvège, a écrit ce texte utile sur la manière de gérer l’isolement et la quarantaine. Ce texte contient de bons conseils utiles sur la manière de traiter ces personnes : https://krisepsykologi.no/how-to-cope-with-quarantine-isolation/.

[Sur le même sujet] :
- Coronavirus : "Les infirmiers et infirmières à domicile sont les grands oubliés !"
- Coronavirus : le gouvernement fédéral vient en aide aux indépendants
- Coronavirus : le personnel hospitalier se sent abandonné par les autorités
- Les ambulanciers menacés par la pénurie de masques FFP2
- Les kinés face au coronavirus : "C’est la débrouille absolue !"
- Coronavirus : les recommandations aux maisons de repos wallonnes
- Coronavirus : l’ONE adresse ses recommandations aux crèches et PSE
- Coronavirus : branle-bas de combat pour tous les hôpitaux
- Une maison de repos bruxelloise en quarantaine à cause du coronavirus
- Des guidelines créées par les infirmières à domicile
- Maisons de repos : le sous-effectif à l’épreuve du coronavirus…
- Crèches et coronavirus : les professionnelles sur le pied de guerre
- "Les SDF risquent de faire partie des oubliés de la crise sanitaire"
- "Terrassons le coronavirus et la marchandisation de la santé"



Commentaires - 2 messages
  • Très intéressant
    En effet je suis Psychologue
    Travailleur indépendant et cette crise nous pénalisé car nous n avons plus de revenus et plus les moyens d exercer
    Les personnes ont besoin de parler d échanger durant ce Confinement
    Je suis disponible et respecte les consignes

    Forez42000 jeudi 19 mars 2020 09:21
  • Bonjour

    Je ne suis absolument d acccrd avec l idee de poursuivre les séances au cabinet. Comment pouvez vous donner de tels conseils vu la gravité de la situation en France?
    J ai pour ma part reçu des patientes venant de l Oise et une personnalité de l Assemblee Nationale la semaine dernière. J ai conscience que j ai pris un risque pour moi-même ainsi que pour mes analysants venant après ces rv.
    Malgre toutes les mesures et distance de sécurité nous ne pouvons faire prendre ce risque a nos patients ainsi qu à nous même.
    Maintenir les soins oui mais certainement pas au prix d un danger plus grave.
    Alors adaptons nous et trouvons d autres moyens d exercer qui permettront à nos patients de trouver malgré yout un espace de parole.

    Aloha64 vendredi 20 mars 2020 18:05

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus